En direct

L'Opéra de Toulon, un chantier dans les hauteurs
Vue générale de l'Opéra de Toulon. - © © Pierre Pichère

L'Opéra de Toulon, un chantier dans les hauteurs

Pierre Pichère |  le 22/07/2015  |  SantéEnergieImmobilier

La Communauté d'agglomération Toulon Provence Méditerranée et le Conseil départemental du Var financent la rénovation de la toiture de l'Opéra de Toulon. Au programme : aménagement des combles, performance thermique, acoustique et confort d'été.

Il pleuvait sur les décors de l'Opéra de Toulon. La toiture du bâtiment, inauguré en 1862 et conçu par l'architecte Léon Feuchère selon la volonté de Napoléon III, donnait de sérieux signes de faiblesse. Les équipes de l'Opéra et la communauté d'agglomération ont élaboré une feuille de route pour une rénovation qui reponde aux besoins du lieu : étanchéité de la couverture, mais aussi économies d'énergie, confort d'été dans cette région très chaude, acoustique incontournable pour un lieu dédié à la musique et enfin création dans le grand comble d'une salle de répétition. "Au 19e siècle, explique le directeur de l'Opéra Claude-Henri Bonnet, on répétait uniquement avant le démarrage de la saison qu avait lieu autour du mois d'octobre. Une tradition qui perdure à la Scala de Milan, où la saison démarre le 7 décembre." Mais les temps ont changé, et la vie d'un opéra moderne nécessite une salle de répétition accessible tout au long de l'année pour l'orchestre, le ballet et les choeurs.

Le maître d'ouvrage mandate le cabinet marseillais Leccia & Cazorla pour concevoir le projet. Avec l'aide du bureau d'étude Unanime Architectes, la première étape consiste à analyser la structure. Elle s'avère en bon état, mais limite en termes de charges. Sur la charpente Eiffel, impossible d'augmenter la charge de plus de 20 kg au m². Quant au plancher haut, il ne résistera pas à plus de 200 kg / m².

Un traitement par sarking

Soucieux de laisser apparente la charpente métallique, ouvrage remarquable, l'architecte s'intéresse au sarking, un procédé d'isolation thermique par l'extérieur. Mais les limites de charges restreignent son choix. Il se tourne vers la solution de Monier, le Clima Comfort, qui tout en offrant une résistance thermique conforme à la réglementation thermique (R de 6,36 m².K/W) n'ajoute que 5 kg / m². Monier remporte aussi la partie pour la fourniture des tuiles, modèle Marseille, une spécificité régionale (voir encadré).

L'architecte des bâtiments de France Jacques Guérin, maillon essentiel pour ce bâtiment classé depuis 1988, l'un des rares dans la ville de Toulon, valide l'ensemble du système qui comporte, depuis la sous-face jusqu'à la couverture, une plaque de plâtre, une isolation thermoacoustique de 5 cm en laine de verre, un vide d'air de 5 cm, un écran pare-vapeur Paracoustic, un sarking en polyuréthanne, des contrelattes 6 x 4 disposées tous les 60 cm sur le sarking, des liteaux 27 x 40 et enfin les tuiles. L'absence de débord de toit facilite la ventilation en faîtage à l'aide d'un closoir Figaroll. Cette dimension joue un rôle-clé dans la pérennité de l'ouvrage, car elle facilite l'évacuation de la vapeur d'eau accumulée sous les tuiles, qui risquerait de les endommager en cas de gel. L'ensemble du lot couverture est confié à une entreprise de couverture spécialisée dans le bâti ancien, la SAS Alain Le Ny, établie à Dardilly. Monier a accompagné les équipes pour la mise en oeuvre du sarking, un procédé inhabituel sur les monuments historiques.

Sarking
Sarking

Accès

Autre dimension-clé, l'accès au chantier. Pour l'approvisionnement en matériaux, l'agence Point P de Toulon a dû mettre en place des livraisons de petites quantités tous les deux jours, car il est impossible de stocker sur site. Quant à l'accès à la toiture, une société spécialisée a déployé un échafaudage parapluie. Couvert d'une fine bâche, il permet aux équipes de travailler même par fortes chaleurs : l'air circule en toiture. Les matériaux sont acheminés jusqu'en haut non par grue mais par monte-charge. Par la toiture, dans une ouverture temporaire créée dans l'échafaudage et dans la charpente, ont transité les gros blocs de ventilation, qui alimentent tout le bâtiment.

Echafaudage parapluie
Echafaudage parapluie

Salle de répétition

Pour l'aménagement du grand comble en salle de répétition de 300 m², l'architecte n'avait aucune marge pour s'appuyer sur le plancher, ni pour ancrer dans la charpente le doublage et les luminaires. Il a donc choisi de créer une structure secondaire, prenant appui dans les poteaux de descente de charges. Une option qui autorisera l'installation des plaques de plâtre et des équipements nécessaires aux répétitions de la troupe de l'Opéra.

Commentaires

L'Opéra de Toulon, un chantier dans les hauteurs

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Amélioration et renforcement des sols - AMSOL - Tomes 1 et 2

Prix : 0.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur