L’observatoire photographique national du paysage enrichit ses angles
Photographe du parc naturel régional des Vosges du nord, Thierry Girard expose les techniques de l'observatoire, le 27 novembre à Lorentzen (Bas-Rhin) - © Laurent Miguet

L’observatoire photographique national du paysage enrichit ses angles

Laurent Miguet |  le 05/12/2019  |  Bas-RhinMinistère de la Transition écologique et solidaire

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Paysage
Bas-Rhin
Ministère de la Transition écologique et solidaire
Valider

L’observatoire photographique national du paysage, (OPNP), lancé le 22 novembre 1989 par l’Etat, entame sa quatrième décennie sous le signe de l’ouverture. Tout au long de l’année 2020 sous l’égide du ministère de la Transition écologique, une campagne de valorisation numérique témoignera de l’élan intact des 20 territoires engagés depuis 30 ans. 10 autres observatoires illustreront les nouveaux points de vue et l’apport de la participation citoyenne.

Avec l’exposition autour de « 20 ans d’observation d’une ruralité française » ouverte le 22 novembre à Strasbourg, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) du Bas-Rhin et le parc naturel régional (PNR) des  Vosges du nord précèdent de quelques semaines le lancement de la campagne de valorisation numérique annoncée par le ministère de la Transition écologique pour fêter les 30 ans de l’observatoire photographique national du paysage (OPNP).

Pionnier vosgien

La visite de l’exposition a trouvé sa place dans les « journées paysages » co-organisées, les 26 et 27 novembre, par le conseil de l’Europe, le collectif des paysages de l’après-pétrole, le PNR des Vosges-du Nord et le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les Vosges du Nord ont fait partie des pionniers de l’OPNP. Depuis 1997, le photographe Thierry Girard a pris le relais des premières équipes missionnées pour mesurer l’évolution du territoire de 1300 km2, répartis entre le Bas-Rhin et la Moselle. Son travail s’organise autour de 40 points de vue saisis à l’aide d’une chambre photographique de 4 pouces sur 5 : 20 en hiver et en noir et blanc, autant en automne et en couleur.

Art et technique

« Les images inversées et les gestes à l’envers donnent le temps de la réflexion pour une composition aussi parfaite que possible », précise le photographe. Loin d’anéantir son inspiration artistique, ces manipulations techniques, ajoutées aux contraintes strictes établies par un comité de pilotage, contribuent à l’originalité du produit final : « Des images vraies, sans fard ni transcendance, en même temps que des œuvres d’auteur », résume Pascal Demoulin, architecte au PNR.


« A travers ces photos, il ne s’agit en aucun cas de stigmatiser les responsables des contre références, mais plutôt de capitaliser les retours d’expériences, en les confrontant avec la charte du parc », explique Romy Baghdadi, chargée du plan de paysage des Vosges du nord.

De l’urbanisme à la biodiversité

En 30 ans, le socle de 20 territoires associés à l’OPNP a fait une centaine d’émules, souvent dans d’autres PNR. Alors que l’urbanisme dominait la commande initiale, les pionniers ont enrichi les points de vue étudiés pour prendre en compte de nouvelles demandes : mesurer dans le temps la suppression de seuils d’anciens moulins, ou l’évolution des îlots de sénescence forestiers...

En Bretagne, la plate-forme des observatoires photographiques du paysage (Popp Breizh) illustre l’enrichissement apporté par la participation citoyenne, stimulée par un concours régional avec ses trois catégories : sites en danger, paysages de l’eau et insolite. Comme les professionnels de l’OPNP, les amateurs suivront leur vue dans le temps.

Du constat au projet

La mise en valeur numérique annoncée pour 2020 par le ministère de la Transition écologique reflètera autant l’avancée des 20 pionniers que l’enrichissement apporté par un échantillon de 10 nouveaux observatoires.
A chacune des 30 séries photographiques, correspondront des commentaires d’acteurs du paysage autour de l’enjeu central : passer du constat au projet, en cherchant l’adhésion des populations, conformément à l’esprit de la convention européenne du paysage, qui fête ses 20 ans en 2020.

Commentaires

L’observatoire photographique national du paysage enrichit ses angles

Votre e-mail ne sera pas publié

communication

09/12/2019 08h:53

Merci à "Paysage Actualités" pour ce bel article. L'exposition est ouverte au public au CAUE du Bas-Rhin jusqu'au 14 février 2020. Entrée libre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h à 17h. Fermeture exceptionnelle de fin d'année du 25.12 au 1.1.2020 inclus.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Date de parution : 06/2018

Voir

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Une trajectoire métropolitaine - L'exemple de Toulouse

Date de parution : 04/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur