En direct

« L’investissement peut être maintenu »

Propos recueillis par Rémy Mario |  le 29/11/2013  |  Collectivités localesAlpes-MaritimesBouches-du-Rhône

PACA -

Le président de la FRTP Paca évoque les politiques d’investissements des collectivités et les perspectives du secteur dans la région.

Vous avez pris part en Paca à l’initiative « 50 chantiers pour le futur ». Quel en était l’enjeu ?

Nous avons donné un coup de projecteur sur trois opérations : le BHNS (bus à haut niveau de service) Campus Saint-Jérôme/Château-Gombert à Marseille, le BHNS de l’agglomération cannoise, le nouveau pont de Cavaillon sur la Durance, qui sont à nos yeux très représentatives de l’importance des investissements des collectivités et du rôle des TP pour renforcer l’attractivité des territoires et favoriser le développement économique. Les BHNS améliorent la mobilité, requalifient les espaces publics ; à Cavaillon, le nouveau pont permettra d’améliorer les échanges entre deux départements. A l’heure où les collectivités rencontrent des difficultés de financement, ce type de projet, porteur d’emploi et de richesse économique, ne doit pas être remis en cause. Nous considérons qu’avec de la volonté politique et des choix de programmation précis, cet effort d’investissement peut être maintenu.

Comment évolue l’investissement des collectivités dans la région ?

Tous les indicateurs démontrent une baisse qui va se répercuter sur l’activité des entreprises et sur l’emploi. En 2013, nous devrions être à - 3 % en termes d’activité. L’an prochain, nous devrions enregistrer un nouveau recul. Nous n’anticipons pas de reprise avant fin 2015.

Rapport de la commission Mobilité 21, plan Ayrault pour les transports dans la métropole marseillaise : comment analysez-vous les récentes annonces gouvernementales ?

Les choix faits à la suite du rapport Duron ont relativement épargné la région Paca dans un contexte de réduction drastique des investissements au plan national : il n’y a plus de LGV mais le traitement des nœuds ferroviaires de Marseille et de Nice est acté, l’autoroute A56 Salon/Port de Marseille-Fos est confirmé. Nous perdons quand même l’A51 et l’achèvement de la Léo. Pour la métropole marseillaise, 3 milliards d’euros sont prévus sur une dizaine d’années, soit moins de 300 millions d’investissements par an, pour des projets qui vont nécessiter du temps et de la volonté politique.

PHOTO - 762106.BR.jpg
PHOTO - 762106.BR.jpg

Commentaires

« L’investissement peut être maintenu »

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur