En direct

L'invention de la tour européenne (7/30) : Tour Croulebarbe (1961), Paris
1961 Tour Croulebarbe, Paris - © © Coll. Pavillon de l'Arsenal.

L'invention de la tour européenne (7/30) : Tour Croulebarbe (1961), Paris

Jean-François Pousse |  le 24/07/2009  |  ArchitecturePatrimoineLogementParisProfessionnels

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Architecture
Patrimoine
Logement
Paris
Professionnels
Valider

Icône des aficionados de l'architecture des années 1950 - 1960, la tour Croulebarbe, ou tour Albert, du nom d'un des trois architectes (Édouard Albert, Robert Boileau, Jacques-Henri Labourdette), est la première tour de logements à Paris. Inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1994. Elle a fait l'objet en 2005 d'une restauration minutieuse conduite par l'architecte Gorka Piqueras.

La tour Croulebarbe, ou tour Albert, du nom d'un de ses trois architectes, fascine surtout les aficionados de l'architecture des années 1950 - 1960 pour qui elle est une icône. Première tour de logements à Paris, elle se dresse en fort retrait de la rue Croulebarbe et domine, radicale, les immeubles de logements alentour. Une dureté qu'apaise en reprenant leur épannelage une habile terrasse au septième niveau. Son plafond peint par Jacques Lagrange et la lumière qu'elle reçoit du sud-est introduisent une pause heureuse dans l'élévation et montre au grand jour la structure exceptionnelle de cette tour : des poteaux périphériques en tubes d'acier creux de 21,6 à 19,1 cm remplis de béton, répétés des pieds à la tête, sur lesquels reposent les planchers de béton armé. Renforcée par un double entrecolonnement longitudinal et un contreventement de croix de Saint-André sur les petits côtés, l'ossature rationalisée à l'extrême autorisait préfabrication, montage efficace, passage des réseaux et offrait surtout des plateaux quasi libres pour le cloisonnement. Cette belle mais implacable géométrie est adoucie en façade par des solutions habiles : angles du bâtiment traités en demi-panneau ou fenêtre à l'aléatoire calculé, vitrages clairs ou translucides ponctués de plaques d'aluminium gaufrées. Trame et vibration se mêlent et signent l'identité si particulière des lieux. Inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1994, la tour, en piteux état, a fait l'objet en 2005 d'une restauration minutieuse conduite par l'architecte Gorka Piqueras.

Ce feuilleton est réalisé dans le cadre de l'exposition "L'invention de la tour européenne" créée par le Pavillon de l'Arsenal.
Commissaire scientifique : Ingrid Taillandier, architecte et enseignante, Olivier Namias, architecte et journaliste avec Jean-François Pousse, journaliste / Scénographe : Manuelle Gautrand Architecture
Exposition du 14 mai au 4 octobre 2009 au Pavillon de l'Arsenal, entrée libre.

En savoir + sur www.pavillon-arsenal.com

Fiche Technique

Maître d'œuvre : Édouard Albert, Robert Boileau, Jacques-Henri Labourdette

Maître d'ouvrage : Société immobilière du 33, rue Croulebarbe

Ingénieur : Jean-Louis Sarf

Calendrier : 1956 - 1961

Adresse : 33, rue Croulebarbe | 75013 Paris

Hauteur en mètres : 67 m

Nombre de niveaux : 23

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur