L'intermédiation locative pour échapper aux pénalités de la loi SRU
Construction de logements sociaux - © © Groupe Moniteur

L'intermédiation locative pour échapper aux pénalités de la loi SRU

le 04/01/2016  |  AménagementBâtimentLogement socialImmobilierArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Logement
Aménagement
Bâtiment
Logement social
Immobilier
Architecture
Technique
Valider

Un décret d'application de la loi Alur publié au Journal Officiel du 31 décembre permet aux communes déficitaires en logements sociaux qui logent les personnes défavorisées dans le parc privé, de déduire leurs dépenses des pénalités prélevées par l’Etat au titre de la loi SRU.

La ministre du Logement, Sylvia Pinel, a "salué" lundi 4 janvier la publication au Journal Officiel du 31 décembre d’un décret permettant de développer l’intermédiation locative dans les communes déficitaires en logement social.

Rappelons que les communes qui n’atteignent pas 25% de logements sociaux sont soumises, au titre de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU), à une pénalité financière prélevée  par l’Etat, afin de participer au financement du logement social partout en France.

Le décret n° 2015-1906 du 30 décembre 2015 pris en application de l'article 34 de la loi Alur détermine les conditions dans lesquelles les dépenses des communes en faveur de l’intermédiation locative, qui permet de loger les personnes défavorisées dans le parc privé, peuvent être déduites des pénalités prélevées par l’Etat au titre de la loi SRU. L’objectif est d’encourager la mobilisation du parc privé à vocation sociale.

Le décret précise les types d’aides accordées à des organismes agréés pour développer l’intermédiation locative, qui pourront être déduites des pénalités des communes, comme :

- le coût de la gestion et de l’accompagnement social ;

- le coût de la différence entre le loyer pratiqué et le loyer de marché

- les frais de remise en état à l’exclusion des subventions de fonctionnement qui ont vocation à soutenir globalement l’organisme concerné.

Le décret précise également que le montant déduit ne peut pas dépasser 5000 euros par logement et par an en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et 2500 euros dans le reste du territoire national.

Commentaires

L'intermédiation locative pour échapper aux pénalités de la loi SRU

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur