En direct

L’intention architecturale, outil en vogue

Nicolas Guillon |  le 12/04/2013  |  MancheFrance entièreCollectivités localesInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Manche
France entière
Collectivités locales
International
Valider
Manche -

Tout est parti d’une formation organisée par le Conseil d’architecture, d’aménagement et de l’environnement (CAUE) de la Manche avec la Mission interministérielle pour la qualité des constructions publiques (Miqcp). A cette occasion, l’intention architecturale est expliquée aux techniciens des collectivités. Elle consiste pour le maître d’ouvrage à demander à plusieurs architectes d’exprimer leur compréhension d’un programme et d’illustrer leur réflexion dans une forme volontairement limitée de prestation. Le rendu se réduit en l’occurrence à trois formats A3 : un premier texte de « lecture inventive de la commande », répondant au dessein de la collectivité ; un second texte d’ « intention architecturale du candidat », expliquant sa démarche ; et, enfin, un dernier A3 de schémas et croquis.

La secrétaire générale de la mairie de Périers se dit alors prête à tenter l’expérimentation pour la construction d’une gendarmerie dans sa commune. C’est un succès, et le début d’une longue série. Les communes de Sainte-Mère-Eglise, Valognes et Barneville-Carteret, qui ont un projet similaire, vont passer par la même procédure. Mais les gendarmeries n’ont pas l’apanage de l’intention architecturale dans la Manche. Un pôle petite enfance a été réalisé suivant ce principe à Lessay, tandis que Périers et Barneville-Carteret renouvellent l’opération pour un siège de communauté de communes et un club nautique.
« La MIQCP encourage l’intention architecturale parce qu’elle permet de croiser des regards, mais également de réhabiliter une forme de travail conjointe entre la maîtrise d’usage, la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, et ce tout au long du projet, ce qui tend malheureusement à disparaître », explique Emmanuel Fauchet, le directeur du CAUE de la Manche. Elle offre, en outre, l’avantage d’ouvrir les concours aux petites agences, moyennant une indemnisation allant de 2 500 à 3 500 euros HT. Au total, on recense une trentaine de projets dans le département, devenu un exemple pour la MIQCP.

PHOTO - 716588.BR.jpg
PHOTO - 716588.BR.jpg - © JM Viste/Atelier Nord-Sud
La procédure adaptée aux projets modestes

Lors de la réforme du Code des marchés, il a été mis à la disposition des acteurs publics des modalités de commande mieux adaptées aux projets modestes, situés en dessous des seuils européens. Ceux-ci peuvent, néanmoins, nécessiter la comparaison entre différentes réponses de concepteurs. Mais plutôt que de faire porter le débat sur des projets engagés, il peut être profitable - et moins onéreux - de choisir le maître d’œuvre très en amont, sur une démarche intellectuelle. C’est la notion d’intention architecturale.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur