En direct

L’Inra choisit la forêt des Vosges comme ressource locale

M. G. |  le 03/05/2013  |  ImmobilierMeurthe-et-MoselleRhôneFrance entièreHygiène

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Meurthe-et-Moselle
Rhône
France entière
Hygiène
Bois
Valider
Extension -

Pourquoi chercher au loin une ressource disponible sur place ? En Lorraine, l’agence Tectoniques a ainsi réalisé un bâtiment en bois pour l’Institut national de la recherche agronomique.

Pour cette extension du bâtiment de l’Institut national de recherche agronomique (Inra), situé à Champenoux (Meurthe-et-Moselle), construire en bois était plus qu’une nécessité : un devoir moral pour ces chercheurs spécialisés dans l’étude des forêts. Les architectes de l’agence lyonnaise Tectoniques, eux-mêmes engagés dans la filière bois depuis leur création, ont répondu à cette ambition.

Dès l’approche du bâtiment, le ton est donné par une façade d’entrée habillée d’une double peau en pin Douglas. La trame resserrée de la structure verticale produit un mouvement dynamique qui concentre l’attention. Au-delà de la résille, l’ensemble du bâtiment est une illustration de la construction « tout bois » (structure apparente, panneaux de remplissage de façade, etc.). Mais, avec une parcelle située au cœur de la forêt d’Amance, dans une région fortement boisée, exploiter la ressource locale apparaissait également comme une évidence. Ainsi les 250 m 3 de bois du bâtiment proviennent-ils des forêts vosgiennes, situées à quelques dizaines de kilomètres du site, et le sciage a été effectué lui aussi près du chantier. Outre l’absence de consommation « d’énergie grise » liée au transport, cette proximité permet d’assurer le suivi complet de la chaîne de production, depuis la sélection des troncs d’arbres en forêt, en passant par le sciage, jusqu’à la mise en œuvre sur le chantier. « Chacun se voit responsabilisé à chaque étape de la réalisation du bâtiment et trouve son intérêt dans la qualité du résultat final », observe l’architecte, Raphaël Verboud, coassocié de l’agence Tectoniques.

PHOTO - 719613.BR.jpg
PHOTO - 719613.BR.jpg - © Photos : Renaud Araud
PHOTO - 719612.BR.jpg
PHOTO - 719612.BR.jpg - © TECTONIQUES
PHOTO - 719615.BR.jpg
PHOTO - 719615.BR.jpg - ©
PHOTO - 719614.BR.jpg
PHOTO - 719614.BR.jpg - ©
PHOTO - 719616.BR.jpg
PHOTO - 719616.BR.jpg - ©
PHOTO - 719993.BR.jpg
PHOTO - 719993.BR.jpg - © CNDBPhotos : Renaud Araud
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Inra. Maîtrise d’œuvre : Tectoniques, architectes. BET : Tectoniques (économiste), Etico (OPC), Itinéraire Bis (paysagiste), Anglade (bois), Sechaud-Bossuyt (fluides), Inddigo (HQE). Principales entreprises : Prestini (gros œuvre), Sertelet (bois), Couvretanche (étanchéité), Brayer (menuiserie aluminium), Novabase/Venturini (menuiserie bois), Vuchet (menuiseries intérieures), Albert (serrurerie), Axima (fluides), Setea (électricité). Surface : 1 800 m 2 Shon. Montant des travaux : 5,5 millions d’euros HT.

L'expert - Tout sur le bois, sans langue de bois… Le bois… ça brûle, non ?

C’est vrai ! Mais la première cause de décès dans les incendies est l’asphyxie par les fumées dégagées à la combustion de composites. En cas de sinistre, le bois conserve ses caractéristiques mécaniques. Pas le métal, qui ramollit.

Acoustique et solutions bois sont-elles compatibles ?

Oui. Le niveau d’exigence est élevé, mais on y répond en combinant le bois avec des plaques de plâtre, de la laine minérale, etc. La difficulté est de modéliser le comportement de ces structures. Le programme « Acoubois » travaille sur les réponses aux exigences réglementaires (acoustique, thermique, incendie) et compile de nombreuses mesures in situ pour affiner les modèles prédictifs.

Construire en bois, est-ce déforester le pays ?

Nullement ! La forêt s’accroît naturellement. En France, on ne récolte que 60 % environ de ce développement. C’est-à-dire qu’on ne touche pas au capital !

En plus le bois vieillit mal…

En vêture, le bois grise. Les parties protégées restent belles. D’où l’importance de la conception. Sur les parties exposées, un traitement par lasurage ou saturation est possible. En structure, un bon chapeau et des bottes étanches suffisent : certains temples japonais ont 1 000 ans !

Cet article fait partie du dossier

BOIS

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur