En direct

L’ingénierie primée à l’occasion d’Aquibat
Les lauréats des prix de l’ingénierie 2020 remis par l’association régionale de l’ingénierie d’Aquitaine (Aria) à l’occasion d’Aquibat, à Bordeaux, fin février. - © Artiste Associé Photographes

L’ingénierie primée à l’occasion d’Aquibat

Orianne Dupont (Bureau de Bordeaux du Moniteur) |  le 06/03/2020  |  IngénierieGirondeCode des marchés publics

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Ingénierie
Gironde
Code des marchés publics
Valider

A l’occasion du salon Aquibat, qui s’est déroulé du 26 au 28 février derniers, L’association régionale de l’ingénierie d’Aquitaine (Aria) a décerné le prix de l’ingénierie 2020 à des bureaux d’études pour des projets réalisés ou à venir. L’AIA, Ener’CUB et Ingérop ont été distingués pour des solutions qu’ils ont élaborées.

Cette démarche vise à mettre en lumière la contribution des ingénieurs dans les opérations ; cheval de bataille de la nouvelle présidente de l’Aria, Dominique Lemaire. « Les prestations intellectuelles des ingénieurs doivent être achetées à leur juste prix pour éviter les soucis et sinistres, le Code des marchés va en ce sens et il gagnerait à être mieux appliqué ! », a rappelé Patrick Seguin, président de la CCI, qui a remis le prix aux lauréats, profitant de la présence de maîtres d’ouvrage.

Les lauréats :

► Le premier prix a été attribué au bureau d’études, AIA Ingénierie pour la conception et l’exécution de la structure de la Tour Innova (Groupe Carle, maître d’ouvrage ; Bernard Bühler et Hobo Architecture, architectes). Pour AIA, le principal enjeu technique de l’opération réside dans la conception des façades préfabriquées type prémurs pré-isolés percés aléatoirement.

Sur le même sujet Bordeaux Métropole : La tour Innova allie hauteur et bureau

Ener’CUB, bureau d’études techniques spécialisé en génie climatique, a remporté la seconde place pour la modélisation à partir d’un nuage de points de la terrasse technique du bâtiment bloc technique (BTE) du Groupe hospitalier Pellegrin (CHU de Bordeaux, maître d’ouvrage), réalisée en septembre 2019. « Nous avons élaboré un jumeau numérique du bâtiment, explique Pascal Guérin, chef de projet, avec cette numérisation, nous connaissons la position des éléments au millimètre près. » La particularité de cette démarche a été la création d’un nuage de points composé de 213 numérisations et de prises de vue photogrammétriques, insérés dans la maquette numérique. « La capture de la réalité permet la numérisation de l’ensemble des éléments structurels et techniques puis d’utiliser les données de manière illimitée sans avoir à se déplacer à nouveau. », précise l’ingénieur. Pour cela, deux techniques de captation ont été utilisées et fusionnées : la lasergrammétrie « scanner laser » et la photogrammétrie (captation par drone et/ou avec perche).

► Enfin, la troisième place revient à Ingérop pour la conception d’un doublet géothermique réversible à l’oligocène dans le cadre de l’extension et la réhabilitation des locaux de l’Ecole nationale supérieure en environnement, géoressources et ingénierie du développement durable (Ensegid) à Pessac (région Nouvelle Aquitaine, maître d’ouvrage ; DM-Architectes De Marco et Antea, maître d’œuvre).

Solution Ingérop primée à Aquibat 2020
Solution Ingérop primée à Aquibat 2020 - © Ingérop
Shéma de la solution Ingérop primée à Aquibat 2020 © Ingérop

« On est sur une installation sur deux tubes et non pas quatre, on réinjecte le chaud et le froid dans le sous-sol afin de créer des bulles chaudes et froides dans la nappe », détaille Antoine Rambaudon, chargé d’affaires thermique et fluides. Pendant l’été, le système est en mode froid et l’hiver en mode chaud. Si cette technique ne permet de produire à la fois rafraîchissement et chaleur — « handicap » compensé si besoin par la production de chaleur sur le bâtiment qui sera en mesure de couvrir les deux tiers des besoins totaux du projet — elle nécessite des installations moins lourdes. Pour cette opération, l’expérimentation porte sur la création de bulles, chaude l’été et froide l’hiver, valorisées tout au long de la saison suivante. « Son objectif réside dans l’avantage d’échanger avec une bulle chaude à 18 °C ou une bulle froide à 8 °C au lieu d’une eau de nappe à 15 °C, ce qui améliore significativement les rendements énergétiques de la pompe à chaleur », commente Antoine Rambaudon. Les puits et têtes de forage seront utilisés par l’école à des fins pédagogiques.

Sur le même sujet Aquibat 2020, une édition au plus près des attentes des professionnels de la filière

Commentaires

L’ingénierie primée à l’occasion d’Aquibat

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur