En direct

L’infiltration par revêtements poreux
PHOTO - 762747.BR.jpg - © Guillaume ATGER / LE MONITEUR

L’infiltration par revêtements poreux

Arnaud Garrigues |  le 13/12/2013  |  EnvironnementMaîtrise d'ouvrageCalvadosEuropeSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Environnement
Maîtrise d'ouvrage
Calvados
Europe
Santé
Technique
Valider

Sommaire du dossier

  1. NF P 16 005 Systèmes de récupération de l’eau de pluie
  2. Pour une gestion raisonnée des eaux pluviales
  3. L’infiltration par revêtements poreux
  4. L’utilisation de l’eau de pluie se banalise
  5. Des puits d’infiltration des eaux pluviales en plein centre de Paris
  6. Gestion des eaux de pluie : un bassin alvéolaire totalement visitable
  7. Comment utiliser l'eau de pluie ?
  8. Lafarge lance un béton drainant pour gérer les eaux pluviales
  9. Stocker l'eau en souterrain ou dans les espaces publics ?
  10. Taxe pour la gestion des eaux pluviales urbaines
  11. La taxe sur la gestion des eaux pluviales opérationnelle en 2012
  12. Paris 13e Des biotopes marécageux à Paris Rive gauche
  13. Lille Un jardin alimenté par captage souterrain
  14. Saragosse Un paysage agricole irrigué devient parc
  15. Dépenses d’équipements de récupération des eaux de pluie (application de l’article 200 quater du Code général des impôts)
  16. Equipements de récupération des eaux de pluie : application de l’article 200 quater du code général des impôts relatif aux dépenses d’équipements de l’habitation principale et modification de l’article 18 bis de l’annexe IV à ce code
  17. Paysage d’îles jardinées et de passerelles
  18. Récupération de l'eau de pluie : un arrêté pour le crédit d'impôt
  19. Eaux pluviales : une ressource à intégrer
  20. "L’arrêté sur la récupération des eaux de pluie légitimise notre existence"
  21. Un parvis de collège inondable
  22. Des produits plus faciles à vivre et moins énergivores
  23. La norme arrive fin 2010
  24. Un parking sur quatre hectares de prairie
  25. Acteurs Montée en puissance des modules préfabriqués
  26. Un jardin d’eau au rythme des précipitations
  27. Une structure « bactériologique »en béton et maille acier
  28. Récupération des eaux de pluie dans une tour HQE
  29. Récupérer l'eau de pluie à l'intérieur des bâtiments
  30. Stockholm Une trame bleue pour un quartier central
  31. Chantier 20 m3 d’eaux pluviales au pied d’un chalet savoyard
  32. Culemborg Le bras mort d’un fleuve reconstitué
  33. Ateliers HQE avec récupération d’eaux pluviales
  34. Transposition de la directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau
  35. Loi sur l'eau et les milieux aquatiques
  36. Récupération des eaux pluviales : des coûts importants pour les communes
  37. Grenelle 2 Loi portant engagement national pour l'environnement
  38. Utilisation d’eaux issues du traitement d’épuration des eaux résiduaires urbaines pour l’irrigation de cultures ou d’espaces verts
  39. Arroser avec des eaux usées. Possible mais encore contraignant
  40. Des eaux usées traitées pour arroser les espaces verts : c’est possible !
  41. L’eau et les écoquartiers. Un duo indissociable
  42. Une ressource à mieux exploiter
  43. La gestion des eaux de pluie transforme le paysage urbain
  44. Quand les eaux de pluie renforcent la biodiversité
  45. Récupération des eaux de pluie et usage à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments
  46. Fiche n° 4.05 Utilisation de l'eau de pluie dans les réseaux à l'intérieur des bâtiments
  47. Réseaux d’eau Récupérer l’eau de pluie : nouvelles possibilités… nouvelles exigences
  48. Utilisation des eaux de pluie : protéger le réseau d'eau potable
  49. Contrôle des installations privatives de distribution d’eau potable, des ouvrages de prélèvement, puits et forages et des ouvrages de récupération des eaux de pluie
  50. La récupération des eaux de pluie enfin encadrée !
  51. Récupération de l'eau de pluie, en cas d'absence de réseau public
  52. Des alvéoles légères sur membrane ultrafine
  53. Les noues paysagées. De l'utile à l'agréable
  54. Assainissement Un nid-d'abeilles régule les eaux pluviales en toiture
  55. Illinois : un rond-point qui collecte les eaux de pluie et accueille les piétons
  56. Couverture Un système multitoiture pour le stockage des eaux pluviales
  57. Dalles Créativ’Synthétique Des parkings verts toute l’année
  58. Design durable made in Corée pour récupérer l'eau de pluie
  59. Eau pluviale : " le label HQE reflète les limites de la réglementation française "
  60. Un mail planté inondable pour un nouveau quartier
  61. Boulogne-Billancourt. Le double usage du Parc du Trapèze
  62. Un tunnel de 80 000 m3 en zone urbaine pour stocker les eaux de pluie
  63. Réaménager des espaces verts autonomes en eau malgré des contraintes urbaines
  64. Tendances Un marché sous pression… environnementale
  65. Un marché relancé par les exigences environnementales
  66. Grenoble L'eau de pluie stockée et redistribuée
  67. Industriels et installateurs passent à l'attaque
  68. Stratégies industrielles : lever les freins au développement
Gestion urbaine des eaux de pluie -

La perméabilité des revêtements améliore la gestion des épisodes pluvieux et permet ainsi d’éviter des investissements onéreux sur les réseaux d’assainissement. Mais les maîtres d’ouvrage hésitent à se lancer…

La gestion des eaux de pluie représente un réel défi en milieu urbain. Les exigences environnementales vis-à-vis des rejets des réseaux d’assainissement deviennent en effet de plus en plus contraignantes, alors que le changement climatique tend à rendre les épisodes pluvieux plus violents. Pour gérer ces flux importants d’eaux usées et assurer leur dépollution, l’un des axes de travail est de lutter contre l’imperméabilisation des sols urbains, afin de ne plus envoyer toutes les eaux qui s’abattent sur une ville vers le réseau de collecte des eaux usées, qu’il soit séparatif ou unitaire.

Une multitude de produits et solutions techniques permettant d’infiltrer les eaux de pluie ont été développés depuis de nombreuses années mais, comme le regrette Bernard Chocat, professeur à l’Insa de Lyon, « elles sont encore peu utilisées, du fait des craintes et idées reçues des maîtres d’ouvrage à ce sujet » (lire l’encadré ci-dessous). La perméabilité d’un revêtement est obtenue grâce à l’utilisation de matériaux poreux qui peuvent être un enrobé bitumineux, un béton, une résine ou des pavés. Leur porosité, en général comprise entre 15 et 30 % selon les matériaux, permet d’infiltrer l’eau et de lui faire atteindre la couche de base et/ou la couche de fondation.

Infiltration directe ou indirecte

Plusieurs stratégies sont possibles : infiltrer directement l’eau dans le sol, ou la recueillir en posant en dessous un géosynthétique étanche et l’envoyer soit vers un point d’infiltration, soit vers le réseau d’assainissement. Dans ce dernier cas, l’intérêt est alors de retarder l’arrivée des eaux dans le réseau grâce à un stockage tampon dans la chaussée. Et, dans tous les cas, cela permet d’améliorer la gestion du phénomène pluvieux, de réduire les pollutions liées aux déversements du réseau et les risques d’inondation ainsi que d’alimenter les nappes souterraines.
La nature du sol joue un rôle important dans le choix du dispositif : si le terrain est perméable, le plus simple est d’infiltrer directement l’eau ; s’il est imperméable, la chaussée est utilisée comme réservoir tampon ; si la qualité du sol est hétérogène ou moyennement perméable, il est possible de panacher les deux solutions.
Sur le plan économique, Maëlle Ancelle, chargée de mission de l’Adopta (Association pour le développement opérationnel et la promotion des techniques alternatives en matière d’eaux pluviales), souligne que « les revêtements poreux ont un coût plus élevé, de l’ordre de 10 % par rapport à un revêtement classique ; mais ils permettent de se passer de l’installation d’avaloirs, caniveaux et tuyaux et de réduire la quantité de granulats utilisés. Si bien qu’au final le prix est du même ordre. De plus, il est possible, sous certaines conditions, de bénéficier des aides des agences de l’eau ».

L' expert - « Trop d’idées reçues bloquent le développement des techniques »

« Plusieurs craintes injustifiées bloquent le développement des techniques d’infiltration des eaux pluviales. Tout d’abord la peur irrationnelle liée à la présence d’eau dans la chaussée, notamment par rapport aux conséquences de la dilatation de l’eau lors des phases de gel. Bien au contraire, la présence d’espaces vides dans la chaussée permet une dilatation sans risque.
Une autre crainte est liée au risque de colmatage de l’ouvrage. C’est un problème qui existe mais qui n’est pas insurmontable, car la très grande capacité d’infiltration d’une chaussée poreuse (de l’ordre de 1000 fois plus importante que les intensités des plus fortes pluies) fait que le colmatage total est rare. Le nettoyage peut être réalisé avec une aspiratrice mais aussi avec une balayeuse de rues. Reste enfin la question de la responsabilité de l’entretien de ces ouvrages, entre les services voiries et eau-assainissement des collectivités, qui n’est toujours pas tranchée.
Il faut aussi souligner que le risque de pollution des sols et des nappes est quasiment nul par infiltration directe des eaux de ruissellement d’un parking ou d’une chaussée à travers un revêtement poreux. En effet, les hydrocarbures sont fixés en surface et ne sont pas entraînés pas les eaux de ruissellement ; les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sont extrêmement volatils et la pollution particulaire se fixe dans l’ouvrage. »

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Revêtement continu - Les bétons drainants font le plein d’innovation

Les industriels s’intéressent aux bétons poreux et travaillent à les rendre plus performants. « Nous cherchons à donner de nouvelles fonctionnalités au béton, liées notamment à sa capacité à drainer les eaux de pluie », explique David Guglielmetti, directeur marketing et innovation de Ciments Calcia et Unibéton. La gamme de béton « i.dro Drain » (voir schéma ci-dessous) proposée par cet industriel peut être utilisée sur des voiries circulées ou non, avec des degrés de porosité variant de 15 à 20 % et une résistance mécanique de 25 MPa.

De son côté, Lafarge a lancé Hydromedia dans 15 pays et insiste aujourd’hui sur la capacité de son produit à répondre à de multiples applications. « Nous avons reçu des demandes très différentes pour l’utiliser en aménagement urbain, pistes cyclables, terrasses… et nous avons décidé de proposer cinq familles d’applications, qui cibleront des contraintes de trafic différentes, et parfois des demandes esthétiques particulières », souligne Eric Stora, chef de projet Hydromedia chez Lafarge. Le béton offre en effet toute une gamme de couleurs (rouge, bleu, vert…) grâce à l’ajout de pigments. Par ailleurs, l’emploi de couleurs claires permet de lutter contre les îlots de chaleur. « Cela favorise l’effet albédo (réflexion des rayons du soleil) et évite le phénomène de relargage de la chaleur que l’on observe avec les enrobés bitumineux », relève David Guglielmetti.
Enfin, des tests réalisés depuis trois ans sur un parking de l’Insa de Lyon avec l’Hydromedia de Lafarge ont montré que l’infiltration sur un béton poreux permettait de réduire de 70 à 80 % la pollution de l’eau par les hydrocarbures et les métaux lourds. Une partie des polluants se concentre en effet en surface. Sans risque, selon Eric Stora, qui recommande toutefois de passer une balayeuse aspirante au moins une fois par an.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%
Revêtement continu - Les enrobés bitumineux tiennent le haut du pavé

Les enrobés bitumineux poreux sont actuellement les plus utilisés pour l’infiltration des eaux pluviales. De leur côté, « les industriels du béton ont pris du retard, souligne Bernard Chocat, professeur à l’Insa de Lyon. Il faut dire qu’ils proposent aussi des systèmes de canalisations d’eau de pluie en béton qui représentent une logique inverse… » De plus, les entreprises françaises de travaux publics ont une culture de l’enrobé et sont mieux équipées en machines pour la pose de produits bitumineux. La couche de roulement d’une telle chaussée poreuse est composée d’un béton bitumineux drainant sur une épaisseur de 3 à 4 cm. « Le plus souvent, il y a une couche imperméable sous la chaussée réservoir et un système de surverse pour récupérer l’eau sur le côté », explique Eric Layerle, directeur technique d’Eurovia. Un autre avantage des chaussées réalisées en enrobés drainants réside dans le fait qu’ils limitent les projections d’eau et l’effet brouillard par temps de pluie. Par temps sec, c’est le niveau de bruit qui est réduit.

En théorie, on peut augmenter la capacité de rétention de la chaussée réservoir en jouant sur l’épaisseur de la structure, mais en pratique, cela entraînerait un coût trop élevé. « L’idée est plutôt de retenir l’eau sur une hauteur de plusieurs dizaines de centimètres et de créer ainsi des volumes de rétention qui vont différer l’arrivée des eaux de ruissellement dans le réseau, ce qui évite d’avoir à construire des bassins de stockage qui sont extrêmement coûteux », précise Eric Layerle.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%
Revêtement préfabriqué - Des pavés montés sur dalle ou en version écologique

Une chaussée ou un trottoir peuvent être rendus perméables grâce à l’utilisation de pavés poreux, de pavés à joints élargis, ou encore de pavés à ouverture de drainage. Cette solution est encore peu utilisée car mal connue par les maîtres d’ouvrage français, à l’inverse de ceux des pays d’Europe du Nord.

« Les pavés servent essentiellement pour des trottoirs ou des cheminements. Pour des parkings, on utilise le plus souvent des dalles-gazon ou des dalles-pavés », explique Maëlle Ancelle, chargée de mission de l’Adopta, qui cite par exemple les supports pavés TTE Multidrain d’O2D Environnement. Ce système porteur en PVC recyclé se pose sur un lit de graviers et apporte une capacité de rétention des eaux pluviales allant jusqu’à 100 litres/m². Selon Anne Beeldens du Centre de recherches routières belge, l’emploi de pavés est recommandé pour un trafic inférieur à cent poids lourds par jour.
A Caen, un projet innovant d’écopavés drainants réalisés en béton à partir de coproduits de la conchyliculture est en cours de développement dans le cadre du Pôle Mer Bretagne. « L’intérêt est de valoriser les coproduits de la pêche et de la conchyliculture, de les substituer aux matières premières granulaires naturelles, en réduisant ainsi l’impact sur la ressource tout en luttant contre la prolifération des crépidules dans le milieu marin », explique Mohamed Boutouil, directeur du laboratoire de recherche sur les matériaux et la construction (LRMC) de l’Ecole d’ingénierie et travaux de la construction (ESITC) à Caen. Cette substitution peut aller de 20 à jusqu’à 50 % des granulats. Le lancement de ce produit est prévu au début de l’année 2015.

%%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%% %%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur