Industrie/Négoce

« L’Inde est l’un de nos pays prioritaires », Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain

Mots clés : Industriels du BTP

Vingt ans après son implantation en Inde, Saint-Gobain espère continuer à profiter dans ce pays d’une forte croissance de la construction, tirée par une urbanisation galopante et le développement des classes moyennes, explique dans un entretien à l’AFP son PDG, Pierre-André de Chalendar.

Quelles sont les perspectives de Saint-Gobain en Inde?

Je suis très confiant sur le développement de l’Inde et très confiant sur le développement de Saint-Gobain en Inde. C’est un de nos pays prioritaires, très clairement. Sur la longue période, c’est le pays sur lequel on a le plus fort taux de croissance, et où je suis le plus confiant qu’on va continuer à avoir un fort taux de croissance. Comme on a des positions extrêmement fortes (…) je suis très disposé à y consacrer des moyens financiers qui soient, en proportion, plus importants qu’ailleurs. Mais au rythme que permettra le développement des marchés de Saint-Gobain en Inde. Plus le marché est en croissance rapide, plus c’est facile de justifier des capacités nouvelles. Et on remplit très vite nos usines, compte tenu de la croissance.

 

Comment va évoluer la stratégie du groupe dans le pays?

Le développement des classes moyennes et du besoin exprimé de confort pour lequel il y a une demande solvable explose en Inde. Les métiers de Saint-Gobain sont encore petits par rapport à ce qu’ils peuvent être dans d’autres pays, mais ça croît très vite, donc il faut qu’on suive la demande. C’est la première source de croissance importante. La deuxième, c’est qu’on a encore des métiers de Saint-Gobain qui ne sont pas en Inde ou qui y sont très peu développés, sur lesquels on travaille (pour) apporter progressivement du chiffre d’affaires supplémentaire. Et éventuellement, ce qu’on a fait au Brésil et que je recherche en Inde: des métiers complémentaires très liés aux besoins de la population et qu’on ne ferait pas forcément dans des pays développés parce que les méthodes de construction ne sont pas les mêmes. Ça fait partie des missions confiées au Centre de recherche en Inde, (à savoir) étendre nos gammes à des produits pour climats chauds et humides et qui soient abordables. C’est un axe important pour moi.

 

Est-ce que vous envisagez d’introduire les activités d’isolation en Inde?

Oui. Je sais pas encore à quelle échéance, mais c’est une chose sur laquelle on travaille. C’est un petit marché. Dans ce genre de pays, le marché de l’isolation commence plus par de l’isolation industrielle que par de l’isolation résidentielle. Mais il va se développer avec le développement de l’air conditionné.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X