En direct

L'implantation de projets photovoltaïques en zone inondable n'est possible qu'exceptionnellement
Projets photovoltaïques au sein des zones rouges des plans de prévention du risque inondation - © Adobe stock
Réponse ministérielle

L'implantation de projets photovoltaïques en zone inondable n'est possible qu'exceptionnellement

Isabelle d'Aloia |  le 02/12/2021  |  Droit de l'environnementDroit de l'urbanismeFrance Panneau photovoltaïquePlan de prévention des risques

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Droit de la construction
Droit de l'environnement
Droit de l'urbanisme
France
Panneau photovoltaïque
Plan de prévention des risques
Valider

Une réponse ministérielle fait le point sur les règles d'installation d'une centrale photovoltaïque en zone inondable.

 


Le sénateur Philippe Bonnecarrère (Tarn - UC) s'étonne que les installations photovoltaïques ne soient pas autorisées dans les zones rouges des plans de prévention du risque inondation (PPRI), alors que les travaux de création d'infrastructures publiques, y compris les réseaux, le sont sous condition d'une analyse des impacts hydrauliques et d'une non-aggravation des risques de façon notable. Pourtant, le gouvernement souhaite accélérer le développement des énergies renouvelables et notamment du solaire pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Il a d'ailleurs publié deux textes en octobre pour doper le photovoltaïque en toiture. Le parlementaire demande donc, dans le cadre des questions au gouvernement, si celui-ci entend prendre des mesures afin de ne plus interdire la réalisation de projets photovoltaïques au sol dans ces zones rouges des PPRI, dans les mêmes conditions que les infrastructures publiques.

 

 

Le respect du PPRI

La ministre de la Transition écologique rappelle que pour une " prise en compte adaptée du risque d'inondation dans la conception d'une centrale photovoltaïque au sol", cette dernière doit "respecter les dispositions réglementaires prévues par le PPRI, lorsqu'il existe". Les panneaux doivent être implantés au-dessus des plus hautes eaux connues, les installations (et les clôtures) doivent permettent la transparence hydraulique et leur ancrage au sol doit être assuré. Ce type d'ouvrage au sol "peut modifier de façon significative les conditions d'écoulement d'une crue" et être "vulnérable aux risques de submersion des panneaux et de leurs conséquences sur les installations, voire sur la sécurité des personnes".

 

L'étude d'impact

Par ailleurs, dans le cadre de la demande d'autorisation environnementale, pour les projets d'une puissance supérieure à 250 kWc, l'étude d'impact doit démontrer que le projet " n'est pas de nature à aggraver les risques encourus pour les enjeux du territoire en présence, que ça soit en amont ou en aval de l'installation".  Elle permettra également d'analyser la vulnérabilité du projet par rapport aux crues. Le porteur devra également démontrer qu'aucune alternative n'est envisageable hors zone inondable.

C'est pourquoi l'exécutif indique que "l'implantation de projets photovoltaïques au sol en zone inondable sera possible uniquement et de manière exceptionnelle en zone d'aléa faible ou moyen, c'est-à-dire moins de 1 mètre de hauteur d'eau pour la crue de référence, et en dehors de chenaux principaux d'écoulement (vitesses inférieures à 0,5 m/s)".

QE n° 18869, réponse à Philippe Bonne carrère (Tarn - UC), JO Sénat du 25 novembre 2021

Commentaires

L'implantation de projets photovoltaïques en zone inondable n'est possible qu'exceptionnellement

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil