L'immobilier logisitique garde la pêche
L'entrepôt Ikea à Gennevilliers (Haust-de-Seine). - © Vailog - Segro

L'immobilier logisitique garde la pêche

Cyril Peter |  le 23/07/2021  |  France Immobilier logistique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Immobilier
Immobilier logistique
Valider

Au premier semestre 2021, la demande placée d’entrepôts logistiques a atteint 1,5 million de m², en hausse de 12 % en un an.

L’immobilier logistique continue de surfer sur la vague e-commerce qui le porte depuis le début de la crise. « Pour affronter une période d’incertitudes où pics et creux de consommation pourraient se prolonger, vendre et livrer par tous les canaux disponibles attise la demande d’un outil immobilier logistique performant… et opérationnel à brève échéance », observe Alexis Bouteiller, directeur logistique utilisateurs chez Cushman & Wakefield.

Sur le même sujet Et voici le premier « pure player de l’immobilier logistique en France »

Toujours plus grands

Vérification en chiffres, au premier semestre 2021. La demande placée d’entrepôts est montée à 1,5 million de m², en hausse de 12 % en un an et au-dessus de plus de 15 % de la moyenne décennale. Une performance en partie due à la vitalité du deuxième trimestre, avec 765 600 m² commercialisés (+ 32 % de plus par rapport au T1 2021).

Dans le détail, les formats de 10 000 m² à 30 000 m² ont concentré près de la moitié de la demande placée. En attendant la montée en puissance des entrepôts XXL, « la principale nouveauté réside dans les gabarits compris entre 30 000 m² et 60 000 m² », avec dizaine de transactions au S1 2021, contre trois au S1 2020, relève Cushman & Wakefield.

La dynamique vient à 55 % de la dorsale. L’Ile-de-France devance les métropoles de Lyon, Lille et Marseille en termes de signatures. Les régions Centre-Val-de-Loire et Normandie se démarquent, avec respectivement 188 600 m² et 187 200 m² commercialisés, estime la société de conseil JLL.

Sur le même sujet Comment JLL optimise la recherche immobilière des industriels et logisticiens

« Actifs résilients »

Quant aux profils des preneurs, les logisticiens s’effacent au profit des entreprises qui passent par des transporteurs pour livrer leur marchandise. Lors du dernier trimestre, les chargeurs ont concentré 57 % des signatures et 63 % des surfaces commercialisées, selon JLL.

Preuve que l’immobilier logistique est le grand gagnant de la crise : les investissement ont atteint 1,5 Mds€ au S1 2021, « un rythme d’activité soutenu », d'après Cushman & Wakefield. « Aux yeux d’un nombre croissant d’investisseurs, les actifs d’entreposage restent clairement identifiés comme résilients et source de création de valeur, une situation très différente de la période post-subprime », conclut le spécialise de l’immobilier d’entreprise.

Commentaires

L'immobilier logisitique garde la pêche

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil