En direct

L’Ile-de-France lance sa biennale d’architecture et paysage
Alexandre Chemetoff explique le "goût du paysage", une des trois expositions de la biennale, le 16 octobre lors du lancement officiel de l'événement. - © Laurent Miguet

L’Ile-de-France lance sa biennale d’architecture et paysage

Laurent miguet |  le 21/10/2018  |  ArchitectureIle-de-FranceArchitectesNature en villePaysagistes concepteurs

La première biennale d’architecture et paysage (Bap) d’Ile-de-France se déroulera du 3 mai au 13 juillet à Versailles : « Une aventure folle, montée hors de tout cadre administratif », s’est exclamée Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, lors du lancement officiel de l’événement le 16 octobre.

« Seule réponse crédible » pour l’accueil de la biennale d’architecture et du paysage selon la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, Versailles associe à cette cause ses écoles d’architecture et du paysage, son château et la ville toute entière. Commissaire général et maire, François De Mazières s’est évertué à « bâtir l’événement sur des lieux extraordinaires, mais aussi des lieux vivants et de transmission ».

Joyau de l’œuvre de Jules Adrien Mansard et siège de l’école d’architecture, la Petite Ecurie ainsi que la galerie des sculptures et des moulages s’ouvriront pour la première fois au public, dans un cadre transfiguré  par un grand jardin de 400 m², sur la place des manèges.

Trois expositions


Point d’entrée officiel de la biennale et de son exposition Augures placée sous le commissariat de Djamel Kouche, cette parcelle servira d’emblème à l’événement fusionnel, entre architecture et paysage. Un aménagement symétrique accompagne la participation de l’Ecole nationale supérieure du paysage (ENSP), gestionnaire du potager du roi : Alexandre Chemetoff, commissaire de l’exposition « Le goût du paysage », y rénove le Bâtiment des Suisses, construit en 1932 par l’architecte Armand Guéritte, et destiné à accueillir les enseignements d’art plastique.

Dans le jardin attenant, les étudiants mettront en scène les productions des trois premières promotions de la Villa André Le Nôtre, créée en 2015 pour orchestrer le rayonnement international de la conception paysagère française. Du potager à l’art, Alexandre Chemetoff résume la continuité : « Le jardin n’a rien d’un espace clôt. Devenir jardinier implique l’accomplissement d’un voyage, l’ouverture au monde », proclame l’architecte, paysagiste et architecte.

Double réconciliation

Sur les deux piliers offerts par la Petite Ecurie et le Potager du Roi, Versailles fonde la troisième exposition, intitulée Echappées belles : dans toute la ville, elle présentera 40 territoires franciliens d’innovation, sous la houlette de son commissaire général, l’urbaniste Nicolas Gilsoul, complice historique de François De Mazières depuis l’exposition « La ville fertile », que ce dernier avait impulsée en 2011comme président de la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Le maire tire de cette partie urbaine de la biennale une matière stimulante pour interroger sa propre pratique, mais aussi celle de tous les élus urbains du monde auxquels s’adresse la région capitale : « Comment prendre les bonnes décisions » ?

A défaut d’apporter des recettes, la biennale fixe un cap explicité dans son titre : « L’homme, la nature et la ville ». Le commissaire général entend tirer le meilleur parti du « changement de paradigme » qu’il perçoit, dans les relations entre architectes et paysagistes : « A la cité, je les ai vus se regarder sans amabilité. Depuis, la révolution écologique a conduit les uns et les autres à repenser leurs codes », se réjouit François de Mazières.

La perspective d’une double réconciliation Hommes – natures et paysagistes – architectes se traduit dans l’agenda de Valérie Pécresse : « D’ici à 2024, nous voulons faire de l’Ile-de-France un producteur net d’espaces naturels, en combinant la poursuite de la construction et la désimperméabilisation des sols ».

Commentaires

L’Ile-de-France lance sa biennale d’architecture et paysage

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur