En direct

L'Ifremer alerte sur l'extraction sous-marine de granulats
Une drague aspiratrice. - © Armement STFMO

L'Ifremer alerte sur l'extraction sous-marine de granulats

AFP |  le 08/04/2022  |  GranulatsFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Granulats
Industrie
France
Valider

L'extraction de granulats en mer "n'est pas sans conséquences pour le milieu" marin avec notamment une possible modification de la nature des fonds et une destruction de la faune selon l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer.

Si le sable utilisé pour la fabrication du ciment provient essentiellement de carrières situées à terre, l'exploitation se fait aussi en mer avec 18 sites bénéficiant d'une autorisation d'extraction recensés sur les côtes françaises.

Ainsi, en 2018, 1,3% des 445 millions de tonnes de granulats extraites pour la construction de routes, d'infrastructures, de logements ou de ponts, provenait de sable prélevé en mer.

Mais cette exploitation dans les petits fonds (moins de 200 m de profondeur) en cours depuis plusieurs dizaines d'années "n'est pas sans conséquences pour le milieu" marin a alerté le 7 avril l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer)

Ainsi, la morphologie des fonds sous-marins est "modifiée par le creusement de fossés" et "l'aspiration du sédiment provoque la destruction de la faune qui habite sur le fond", explique dans un entretien diffusé sur le site de l'institut public Laure Simplet, géologue à l'Ifremer.

Doutes sur la régénération du milieu

Ces perturbations peuvent aller, selon cette spécialiste des granulats marins, jusqu'à modifier la dynamique de la houle et des courants, ainsi que les mouvements des sédiments, et provoquer l'érosion des plages alentour, un phénomène qui n'est cependant pas observé en France.

Si les impacts de l'exploitation de sable et de graviers sont bien identifiés, "la capacité du milieu à se régénérer une fois toute activité d'extraction arrêtée n'est pas encore bien connue", note la spécialiste.

Cette question de la résilience des écosystèmes marins face à de tels types de perturbations est au centre du projet de recherche "RESISTE" initié en novembre par l'Ifremer au large de l'estuaire de la Loire, dans une zone exploitée pendant trente ans comme site d'extraction de sable et gravier marin.

L'exploitation des minerais des grands fonds reste encore prospective, rappelle l'Ifremer dans un communiqué. "Nos connaissances sont encore très parcellaires, même sur ces petits fonds qui font pourtant déjà l'objet de pressions humaines", note Laure Simplet.

Commentaires

L'Ifremer alerte sur l'extraction sous-marine de granulats

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil