En direct

L’habitat participatif, une promesse d’innovation pour le logement
Habitat participatif - © © DR

L’habitat participatif, une promesse d’innovation pour le logement

Nathalie Levray |  le 29/10/2014  |  ImmobilierTechniqueBâtimentInnovationFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Logement
Technique
Bâtiment
Innovation
France entière
Valider

La Coordin’action nationale des associations compte quatorze associations membres à travers la France. A l’occasion de son numéro d’octobre (n° 69) paru mercredi 29 octobre Opérations Immobilières a rencontré ses porte-paroles, François Desrues et Olivier David et leur a posé la question suivante : « Après la loi Alur, quel avenir entrevoyez-vous pour l’habitat participatif ? » Voici leur réponse.

« Le défi est d’assurer la reproductibilité de projets pionniers ; en clair, il faut passer de l’expérimentation au développement. »

Après des années d’incubation dans les réseaux associatifs et militants, l’habitat participatif a reçu ses lettres de noblesse en 2014. L’article 47 de la loi Alur lui apporte une reconnaissance, en créant deux formes de société dédiées à la construction et à la gestion de logements sur initiative citoyenne, la coopérative d’habitants et la société d’attribution et d’autopromotion [ndlr : Opérations Immobilières n° 64, avril-mai 2014, p. 48]. Fort de cette réussite et de la mobilisation des pionniers, qui ont convaincu les partenaires institutionnels de l’intérêt de la démarche, le mouvement de l’habitat participatif est confronté dorénavant au défi de l’élargissement des expérimentations au plus grand nombre possible. Trois enjeux majeurs sont identifiés.

Une reconnaissance en pratique

La communication est le premier ; il faut faire connaître l’habitat participatif à un large public, aux aménageurs publics et privés, aux bailleurs et aux promoteurs sociaux ainsi qu’aux architectes et urbanistes privés. Si cette action relève bien sûr des médias à mobiliser, des publications à diffuser, du soutien aux associations locales et citoyennes, l’habitat participatif doit aussi être intégré aux pratiques d’urbanisme. Ce point crucial suppose que les collectivités territoriales réservent une partie conséquente des terrains à bâtir ou du parc de logements à rénover au développement de l’habitat participatif. Certains l’ont déjà réalisé par la mise en place de dispositifs spécifiques dans leur plan local de l’habitat ou d’urbanisme, des appels à projets, etc.

Une adaptation du droit

Le deuxième enjeu tient à la consolidation des principes inscrits dans la loi Alur et à la rédaction des décrets d’application. Il s’agit de lever les freins juridiques et financiers à la mise en œuvre des projets. Par exemple, la garantie d’achèvement doit être adaptée au montage juridique opérationnel, en particulier lorsque les citoyens futurs habitants sont autopromoteurs, car la garantie classique ne répond pas à ce schéma...

Une extension des réseaux

Dernier chantier à ouvrir, celui de la mise en lien des personnes. Les expériences pilotes témoignent de l’innovation de la part des acteurs du terrain qui ont inventé cette nouvelle façon de produire du logement. Mais il faut pérenniser la filière. Ce qui signifie mettre en réseau les projets pour apprendre les uns des autres, mais aussi former aux spécificités de l’habitat participatif les professionnels qui y interviennent comme les étudiants du secteur de l’habitat (notaires, banquiers, architectes, etc.) et de l’économie sociale et solidaire.

Des liens qui durent

Pour conclure, il est un pari à gagner, celui du maintien du caractère participatif du projet sur la durée. Le point fort de l’habitat participatif est l’implication de la population tant dans le projet que dans le quartier. Ce mode de production de logements créé une synergie sociale très forte. Les collectivités et les bailleurs sociaux ont bien compris l’intérêt de cette dynamique en termes tant de lien social que de maintenance administrative et financière des lieux. Non seulement le projet doit être pensé avec une véritable participation des habitants, mais encore doit-il durer comme tel dans le temps !

Commentaires

L’habitat participatif, une promesse d’innovation pour le logement

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Traité des baux commerciaux

Traité des baux commerciaux

Date de parution : 12/2017

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur