En direct

L'habitat connecté place ses jetons à Las Vegas
Au CES de Las Vegas, Google mettait en avant les nombreux nouveaux objets connectés intégrant sa suite vocale Google Assistant. - © Christina BeDell / CES

Analyse

L'habitat connecté place ses jetons à Las Vegas

Florent Maillet à Las Vegas |  le 18/01/2019  |  NumériqueCES Las VegasGoogleLegrandNetatmo

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

International
Numérique
CES Las Vegas
Google
Legrand
Netatmo
Somfy
Bâtiment connecté
Smart City
Start-up
CES
CES 2019
Valider

De nombreux objets connectés présentés à Las Vegas jouent leur avenir sur leur capacité à être pilotés par les assistants vocaux et leur interopérabilité.

 

Quand il s'agit du Consumer Electronics Show (CES), ce qui se passe à Vegas ne doit surtout pas rester à Vegas. Cette année encore, la grand-messe technologique mondiale, qui s'est tenue du 8 au 11 janvier, dans le Nevada, aux Etats-Unis, a été l'épicentre de l'innovation, en aimantant près de 4 500 entreprises, dont 414 françaises, et 200 000 visiteurs.

Et comme lors des deux dernières éditions, l'espace smart home a été l'un des plus animés, défrichant encore de nouveaux usages, à l'image de celui des portiers et serrures connectés qui a totalisé au moins une trentaine d'offres. « Il y a une profusion qui peut donner une impression de confusion », diagnostique Emmanuel Olivier, P-DG d'Ubiant, qui déploie la solution Flexom dans les logements de Bouygues Immobilier.

S'ouvrir aux autres protocoles

Face à ce foisonnement d'innovations, il revient aux grands acteurs du secteur de donner une lisibilité au marché, afin de convaincre promoteurs immobiliers et particuliers. Selon Emmanuel Olivier, le développement de l'habitat connecté doit intégrer au moins trois prérequis pour se convertir en usage durable : « Le système doit être interopérable dès sa conception, intégrer la dimension de service à l'utilisateur pour le déploiement et le suivi, et enfin protéger la vie privée et les données générées. » Somfy, qui pilote depuis 2018 l'offre de logements connectés de Nexity, accélère ainsi sa stratégie d'ouverture aux protocoles de communication standards pour rendre ses équipements compatibles avec ceux d'autres fabricants.

Sur le même sujet Logements connectés : Nexity et Somfy dévoilent une nouvelle offre domotique et communautaire

« Notre écosystème va s'étendre à l'éclairage connecté, l'un des éléments les plus demandés », précise Audrey Mina, smart home BU manager Europe Moyen-Orient et Afrique de l'industriel français. Concrètement, l'application maison TaHoma, qui permet déjà de piloter chauffage, volets roulants ou alarme, communique désormais avec tous les éclairages traditionnels existants, au moyen de micro-modules radio compatibles, et les éclairages et appareillages électriques connectés de Schneider Electric, Legrand ou Ikea, via le nouveau standard radio ZigBee 3.0. « Nous avons dû mener un gros travail de développement afin que nos solutions soient nativement compatibles avec les produits de ces marques », décrit-elle.

L'enrichissement des services passe également par l'intégration des assistants vocaux et d'intelligence artificielle d'Amazon (Alexa) et Google (Google Assistant), qui régulent la température du logement ou déclenchent des caméras sur une simple injonction, avec la promesse « d'auto-apprendre ».

Nouvelle voix

Les géants du numérique, omniprésents au CES, structurent désormais largement le marché de la smart home : de nombreux fabricants d'objets compatibles avec ces interfaces l'affichent d'autant plus clairement que le nombre d'utilisateurs de la voix devrait passer de 710 millions, en 2017, à 1,8 milliard en 2021, estime le cabinet d'analyses américain Tractica.

Sur le même sujet Assistants vocaux : la domotique donne de la voix

Mais là encore, ces nouveaux services réclament du temps. Il a par exemple fallu un an de travail aux équipes d'Amazon et à la R & D de Legrand avant que l'industriel puisse annoncer, lors de ce CES, l'intégration d'Alexa dans ses interrupteurs connectés Celiane With Netatmo. « Désormais, l'utilisateur n'a plus besoin d'élever la voix pour s'adresser à son terminal Amazon, puisque nos produits sont disposés dans toutes les pièces », s'enthousiasme Jérôme Boissou, responsable du programme d'iOt Eliot, de Legrand.

Sur le même sujet CES 2019 : Legrand donne de la voix dans l’habitat connecté

Mais les acteurs doivent rester mobilisés sur tous les fronts. De l'avis général, l'essor de la technologie vocale ne chassera pas les autres systèmes de pilotage. « Nous continuerons d'appuyer sur l'interrupteur, certaines fonctionnalités seront vocales quand d'autres nécessiteront toujours une application sur smartphone », tranche Fred Potter, le fondateur de Netatmo, pionnier français des objets connectés. Sans compter qu'il y a autant d'usages que d'utilisateurs.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur