Etat et collectivités

L’Eurogroupe adopte un plan d’action pour rétablir la confiance des marchés

Les pays de la zone euro, réunis en sommet à Paris, ont adopté dimanche un plan d’action comprenant une garantie des prêts interbancaires et un recours possible à la recapitalisation des banques, pour rétablir la confiance sur des marchés déboussolés par la crise mondiale.

A l’issue de ce sommet extraordinaire des 15 pays de l’Eurogroupe tenu dans le sillage des recommandations des grands argentiers mondiaux du G7, le contenu du plan a été annoncé par le président français Nicolas Sarkozy, président en exercice de l’Union européenne.
Les Etats membres de l’Eurogroupe vont garantir les crédits interbancaires pour une période temporaire, jusqu’au 31 décembre 2009, a indiqué M. Sarkozy. Ces garanties d’Etat seront « payantes » pour les institutions bancaires, rémunérées selon les taux du marché, a-t-il précisé.

En effet, le blocage du marché interbancaire est au coeur de la crise.
Par peur des faillites, les banques ne se prêtent plus entre elles. Celles qui ne trouvent pas les fonds nécessaires pour équilibrer leurs comptes peuvent très rapidement se retrouver en difficulté, comme cela s’est produit pour plusieurs établissements européens.
Faute de refinancement, elles gèlent les crédits aux particuliers et aux entreprises, menaçant ainsi l’ensemble de l’économie et du système financier.

Les 15 se sont également engagés à empêcher leurs banques les plus importantes de faire faillite, notamment en procédant à des opérations de recapitalisation.
Aucun montant global n’a été annoncé pour ce plan, mais l’Allemagne, la France, l’Italie « et d’autres » pays présenteront ce lundi après-midi de façon « simultanée » les détails de leurs programmes de sauvetage, a déclaré M. Sarkozy.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X