En direct

L'Etat veut réduire sa participation dans le capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac
L'aéroport de Toulouse-Blagnac a enregistré en juin 2014 un trafic de 724 467 passagers, soit une hausse de +1,7%. - © © Philippe Garcia/Aéroport Toulouse Blagnac

L'Etat veut réduire sa participation dans le capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac

Christiane Wanaverbecq (Bureau Sud-Ouest du Moniteur) |  le 16/07/2014  |  France entièreHaute-GaronneBâtimentERP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
France entière
Haute-Garonne
Bâtiment
ERP
Valider

Actionnaire principal dans le capital de la société Aéroport Toulouse-Blagnac, l'Etat va lancer, d'ici à la fin du mois de juillet, une consultation pour céder jusqu'à 49,99 % de ses actions. L'acquéreur devrait être sélectionné en novembre. La recomposition du capital ne remet pas en cause un plan d'investissement de 63,9 millions d'euros sur cinq ans.



Dans un communiqué commun publié le 11 juillet dernier, Michel Sapin, ministre des Finances et des comptes publics, et Arnaud Montebourg, ministre de l'Economie, du redressement productif et du numérique, ont annoncé « avoir demandé à l'Agence de participations de l'Etat d'engager une procédure de cession de la participation de l'Etat au capital de la société Aéroport Toulouse-Blagnac ».
D'ici à la fin du mois de juillet, une « procédure d'appel d'offres, ouverte et transparente » va être lancée pour permettre à l'Etat, à ce jour principal actionnaire avec 60 % des parts, « de céder immédiatement jusqu'à 49,99 % du capital ». La consultation sera assortie d'une option de vente pour le solde. La cession des parts de l'Etat dans l’aéroport se ferait en deux étapes. Une deuxième opération de cession devrait se faire plus tard, à hauteur ?de 11 %. Vinci Airport, Aéroports de Paris ou encore la Caisse des dépôts et de consignations auraient déjà fait part de leur intérêt.

Projet ancien

Dans leur communiqué, les deux ministres invitent la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse, qui détient 25 % du capital, à « céder une fraction de sa participation aux côtés de l'Etat ». A ce jour, la CCI n'a pas souhaité s'exprimer sur une démarche qui n'est pas une surprise. En 2011, l'Etat avait déjà tenté de se désengager mais s'était heurté à l'opposition des autres actionnaires que sont le conseil régional de Midi-Pyrénéées, le conseil général de la Haute-Garonne et la communauté urbaine Toulouse Métropole, chacun détenteur de 5 % du capital.

Appel à la vigilance

Martin Malvy, président du conseil régional de Midi-Pyrénées, ainsi rappellé que ses préoccupations, « liées à la poursuite du développement de la plate-forme aéroportuaire de Toulouse » et exprimées en 2011, étaient les mêmes ». A l'instar de ses homologues du conseil général de la Haute-Garonne et de la communauté urbaine Toulouse Métropole, il insiste sur la nécessité « de vigilance de la part des partenaires publics, dont nous avions souhaité qu'ils demeurent majoritaires au capital de la nouvelle société". Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, qui souhaite conserver une participation de 5 % dans le capital, insiste, pour sa part, sur la nécessité de « prendre en compte les éléments du territoire. L’aéroport est un outil qui participe au dynamisme économique de la métropole et de la région. C’est une zone en fort développement avec le projet de Parc des expositions."De son côté, Pierre Izard, président du conseil général de la Haute-Garonne, précise « que le développement et le succès de l’aéroport de Toulouse – Blagnac, détenu à ce jour à 100 % par la puissance publique, sont le fruit d’une gestion publique qui a fait preuve de son efficacité ».
Hausse du trafic en juin
Pour l'heure, l’aéroport de Toulouse-Blagnac a stabilisé en 2013 son niveau de trafic, en hausse de 0,1%. La plateforme a embarqué 7,5 millions de passagers. En juin, elle a même enregistré un trafic de 724 467 passagers, soit une hausse de +4,7 %. L'annonce de la recomposition du capital de la société Aéroport Toulouse Blagnac ne remet pas non plus en question un plan d’investissement de 63,9 millions d’euros sur cinq ans. L'investissement majeur sera la construction d'une aire de stationnement pour avions.

Commentaires

L'Etat veut réduire sa participation dans le capital de l'aéroport de Toulouse-Blagnac

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur