Etat et collectivités

L’Etat veut rajeunir le réseau ferré

Confronté à un réseau ferré vétuste faute d’investissements suffisants dans la maintenance, le ministère des Transports a présenté un plan de rajeunissement s’étalant jusqu’en 2010.

Ce plan de renouvellement 2007-2010 fait suite à un audit suisse prônant une importante remise à neuf et à des propositions de Réseau Ferré de France et de la SNCF. Il a été exposé lundi après-midi par le ministre des transports Dominique Perben, en présence des présidents de RFF Michel Boyon et de la SNCF Louis Gallois, sur un chantier de renouvellement de voies situé entre Les Aubrais (Loiret) et Vierzon (Cher).
Ces mesures visent notamment à « moderniser le réseau ferroviaire et assurer sa pérennité, sans fermeture de lignes », à garantir la sécurité du trafic et à enrayer les ralentissements. A l’heure actuelle, des trains sont obligés de circuler à vitesse réduite sur plusieurs centaines de kilomètres de lignes secondaires pour éviter des accidents liés au mauvais état des voies.

Le plan prévoit une hausse des dépenses de maintenance entre 2006 et 2010. L’enveloppe, d’un montant d’environ 2,7 milliards d’euros en 2005, gonflerait de 110 millions d’euros en 2006, comme prévu, de 150 millions d’euros en 2007 comparé à 2006, de 140 millions en 2008 par rapport à l’année précédente, de 100 millions en 2009 et d’autant en 2010, selon ce scénario. Elle avoisinerait donc 3,3 milliards d’euros en 2010.
Elle sera financée par des apports de l’Etat, une part des recettes tirées par RFF des péages d’infrastructures, de nouvelles cessions d’actifs immobiliers de RFF mais aussi « des économies d’entretien et d’exploitation ».
L’audit de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne évaluait le budget nécessaire à un véritable rajeunissement aux alentours de 3,2 milliards d’euros par an entre 2006 et 2025, avec un effort accentué de 350 millions d’euros entre 2011 et 2015.

L’Etat envisage aussi de mettre à contribution les régions. « Une discussion va être ouverte avec les régions afin d’examiner la possibilité d’inscrire certaines opérations dans les prochains contrats de projets », notamment sur les lignes à trafic intermédiaire, indique le plan.
Outre des investissements accrus dans la maintenance des voies, le plan de renouvellement du réseau ferroviaire souhaite « des méthodes de maintenance plus modernes » permettant de réduire les coûts grâce à des gains de productivité mais aussi la réduction des voies de service et des voies de gares.
Le plan évoque également la préparation d’un contrat Etat-RFF sur la période 2007-2010 pour améliorer la gestion des infrastructures. « Ce contrat sera préparé dès à présent en vue d’une signature en 2007 », selon le document.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X