En direct

L’Etat lance un groupe de travail «chaleur et froid renouvelables»
La chaufferie biomasse de l'usine Smurfit-Kappa de Biganos-Facture. - © Dalkia

L’Etat lance un groupe de travail «chaleur et froid renouvelables»

A.F. |  le 27/03/2019  |  IndustrieRéseau de chaleur

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Industrie
Réseau de chaleur
Valider

Composé du ministère de la transition écologique et solidaire, des collectivités locales et des fédérations professionnelles, ce nouveau groupe de travail devra lever les freins au développement des énergies renouvelables dans la consommation finale de chaleur.

Dans le cadre du plan de « libéralisation des énergies renouvelables », Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé le lancement d’un groupe de travail « chaleur et froid renouvelables », visant à identifier et à lever les barrières d’une filière qui tarde à connaître un plein essor.

« La filière française des réseaux de chaleur est une filière dynamique : ils constituent un outil essentiel de planification énergétique territoriale. Ce groupe de travail, axé sur la distribution, doit permettre aux acteurs de trouver des solutions pour en faire une filière d’avenir », a indiqué Emmanuelle Wargon.

Sous-groupe


Composé de membres du ministère, de collectivités locales et de fédérations professionnelles, ce collectif se divisera dans les prochaines semaines en sous-groupe autour de quatre axes :

-Créer et développer les réseaux de chaleur et de froid et mettre en valeur leur attractivité

-Assurer la compétitivité économique des réseaux de chaleur

-Renforcer le taux d’énergie renouvelable et de récupération des réseaux de chaleur

-Innover en créant des outils d’aide à la conception et au pilotage


Selon le ministère, le GT « Chaleur et froid renouvelables » devra fournir des propositions en vue d’accélérer le déploiement des réseaux alimentés par des énergies vertes sur l’ensemble du territoire. Les mesures définitives seront annoncées lors de la conclusion du groupe d’ici fin juin.

Une filière au ralenti


Le retard pris par la France dans le développement de la chaleur renouvelable est régulièrement pointé du doigt par les associations, collectivités locales et fédération professionnelles engagées dans la transition énergétique.

En 2017, les énergies renouvelables et de récupération ne représentaient que 18,7% de la consommation finale brute de chaleur (vs 18,3% en 2016), alors que la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) veut porter ce niveau à 38%, d’ici 2030.

Pour relancer la filière, le ministère de la Transition écologique avait confirmé, lors de la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie, le renforcement du fond chaleur, avec 255 millions d’euros prévus en 2018, 307 M€ en 2019 et 350 M€ en 2020.

Si la hausse significative de ce dispositif piloté par l’Ademe a été saluée, certaines associations se sont étonnées de l’écart des moyens alloués de la chaleur renouvelable par rapport à l’électricité renouvelable. « Ces moyens représentent moins de 10% du soutien à l’électricité renouvelable alors que les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie sont du même ordre de grandeur pour les deux énergies », indiquait en novembre dernier l’association Amorce.

Commentaires

L’Etat lance un groupe de travail «chaleur et froid renouvelables»

Votre e-mail ne sera pas publié

studer

29/03/2019 09h:18

La raison des 90 % de subventions pour l'"électricité renouvelable" ? (soyons concrets : pour l'éolien et le solaire PV ?) C'est que les lobbies de ces deux filières sont très actifs et sont très imbriqués (pour rester correct) avec les écolos politiques. Eux mêmes ont bâti leur fond de commerce sur le rejet du nucléaire, thème porteur sur le plan électoral, et la seule façon pensent-ils est de "vendre" le remplacement du nucléaire par l'éolien et le solaire. Pourtant l'exemple allemand (kWh deux fois plus cher, impasse technique en raison du caractère aléatoire de ces énergies, obligation de conserver la production charbonnière) devrait ouvrir les yeux, mais l'idéologie est souvent aveugle et suicidaire. Pourtant la chaleur (et le froid) renouvelable est un sujet important, et ce groupe ferait mieux de réfléchir au développement d'une filière courte "bois-énergie" et surtout à l'optimisation des pompes à chaleur : mais celles-ci étant électriques...

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur