Industrie/Négoce

« L’Etat doit respecter l’équité entre les différents matériaux de construction », Jean Bonnie (Fédération de l’industrie du béton)

Mots clés : Béton - Bois - Gouvernement - Produits et matériaux

Jean Bonnie, président réélu de la Fédération de l’industrie du béton (FIB), a profité de la tenue de l’assemblée générale de son syndicat le 20 juin pour dénoncer le manque d’équité de traitement de la part de l’État  entre les différents matériaux de construction. Le président regrette la discrimination faite aux produits en béton au profit notamment du bois. La FIB rencontrait le 20 juin le Premier ministre pour lui faire part de ces risques de distorsion et de l’inquiétude de la profession. Voici son point de vue.

 » La Fédération de l’industrie du béton (FIB) mène depuis plusieurs années des actions auprès de l’État pour qu’il respecte l’équité entre les différents matériaux de construction. Elle avait notamment, avec le Syndicat français de l’industrie cimentière (SFIC), eu gain de cause avec la sage décision du Conseil constitutionnel de censurer l’article L.224-1 sur lequel reposait le décret « bois » visant à imposer des quotas de présence de bois dans la construction. Les dernières mesures visant à favoriser d’autres matériaux que les matériaux minéraux et métalliques, confirment une iniquité flagrante de la part des pouvoirs publics, qu’il s’agisse du projet de Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt ou de la Controverse à propos de quelques idées reçues sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt publiée par le ministère de l’Agriculture, pour mettre en avant les avantages du bois.

La FIB et la filière minérale, auxquelles s’est ajoutée la filière métallique, se sont mobilisées très en amont du projet de loi Agriculture, Forêts et Bois, pour sensibiliser les pouvoirs publics. Un rendez-vous est programmé ce 20 juin, à l’issue de l’AG de la FIB, au cabinet du Premier ministre, pour dénoncer les risques de distorsion de traitement entre les matériaux, engendrés par la rédaction de l’article 29 du projet de loi, qui reconnait d’intérêt général « la fixation du dioxyde de carbone par les bois et forêts » » mais aussi « le stockage de carbone dans les produits fabriqués à partir du bois ».

Ce « socle législatif » permettrait localement la mise en place de politiques discriminatoires contraires à la Constitution, alors même que le Conseil constitutionnel s’est déjà prononcé sur ce point, en dénonçant notamment la préférence dans les marchés publics. Rappelons aussi que la notion d’intérêt général évoqué en faveur du stockage de CO² par le bois est discutable. S’il est évidemment reconnu que les bois et forêts stockent du CO², il n’en est pas de même pour les produits en bois soumis à un process industriel et à un traitement émetteurs de CO², nécessitant un transport sur de longues distances, avec 60 % des bois exportés, et dont une grande partie en fin de vie relâche le carbone stocké.

L’Etat semble nier que les solutions en béton possèdent des atouts «écologiques»  indéniables : durabilité, neutralité physico chimique, inertie thermique, recyclabilité et proximité de fabrication.

C’est d’ailleurs tout l’enjeu de l’opération  «Aménagements durables des territoires» qui positionne la filière béton dans l’économie circulaire et qui vise à promouvoir ses solutions auprès des décideurs locaux.

Il est regrettable de voir les pouvoirs publics sortir de plus en plus de leur rôle, qui est de définir des obligations de résultats, pour s’embarquer dans d’approximatives et hasardeuses obligations de moyens en cherchant à favoriser tel ou tel matériau.  Dans cette problématique nouvelle le béton fait souvent figure de produit du passé, peu apte à relever les défis de la transition énergétique. Bien sûr c’est tout le contraire. Dans ce combat que doit mener désormais toute la profession, la Fédération des Industries du Béton (FIB) doit plus que jamais poursuivre ses actions pour ne rien laisser passer des contre-vérités que cherchent à propager ceux qui ont tendance à confondre concurrence et mensonges, lobbying et intox…. »

Focus

Compte pénibilité : « un choc de complexité, pas de simplification »

La Fédération de l’industrie du béton (FIB) a également profité de l’évènement pour dire son inquiétude au sujet du compte pénibilité, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015. « Ce dispositif apparaît comme un sujet complexe : je suis pressé de connaître le détail de nos obligations », illustre Bernard Delpont, dirigeant de la Propreso.

Malgré le rapport remis au gouvernement le 10 juin par le conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes Michel de Virville (lire notre article) pour simplifier la mise en œuvre du compte pénibilité, les industriels du béton demeurent sceptiques. Jean Bonnie, président de la FIB, s’est notamment ému de la baisse de certains seuils d’exposition à la pénibilité par rapport aux premières préconisations du concertateur. Pour chacun des facteurs de pénibilité, des seuils seront en effet définis par des valeurs planchers concernant l’intensité et la temporalité de l’exposition. Au-delà de ces seuils, appréciés selon une moyenne annuelle, le salarié verra son compte pénibilité crédité.

Jean Bonnie a par ailleurs rappelé la mobilisation de la FIB pour sensibiliser les chefs d’entreprise au sujet de la prévention, afin de diffuser une « culture de la tolérance zéro ». Car nos taux d’accidents du travail sont mauvais », reconnaît le président de la fédération.

« L’exposition à la pénibilité se mesurera après application des protections individuelles et collectives », rebondit Michel de Virville. Pour l’ancien de DRH de Renault, les employeurs auront ainsi tout intérêt à développer des mesures pour améliorer les conditions de travail. « Mais les salariés, de leur côté, tout intérêt à acquérir des points », admet-il. D’où le risque, dans certains cas, de voir freiner l’application des mesures de prévention sur le terrain. « Dans quelques jours, des projets de décrets très proches de mes préconisations seront mis en circulation, pour une publication avant l’été. »

Caroline Gitton

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Tout à fait d'accord!

    Il faut en effet considérer les avantages et défauts de tous les matériaux, et en effet le béton présente des avantages. Pas au point de l’employer là où il ne présente aucun intérêt cependant !!! Thermicien de métier, j’adore le béton pour sa capacité à stocker la chaleur. Véritable contribution aux problèmes énergétiques auxquels nous sommes aujourd’hui juste un tout petit peu confrontés, le mur trombe s’accommode à merveille du béton. Or, malgré le béton, point de murs trombe non plus!
    Signaler un abus
  • - Le

    Incroyable !

    On construit « tout » en béton, apparemment ça ne suffit pas… Certains matériaux pouvant être jugés plutôt néfastes d’autres bénéfiques, de quelle équité parle-t-on ? L’inertie thermique apportée par le béton? Risible dans la mesure où les bétonneurs, qui ont gain de cause depuis des décennies, construisent à l’envers c’est à dire isolant à l’intérieur, masse thermique à l’extérieur ! Enfin l’énergie grise des filières respectives: il n’y pas que le bois qui vient de loin – il faudrait en effet du bois « local » -, le pétrole nécessaire au fonctionnement des cimenteries lui aussi traverse les océans… Quant aux zones Natura 2000 sur lesquelles lorgnent les bétonneurs ce représentant n’en parle pas, même chose pour le sable que l’on arrive même à épuiser (et qui vient parfois de loin aussi…). Je suis scandalisé ! Décidément l’argent fait dire n’importe quoi !!!
    Signaler un abus
  • - Le

    Incroyable !

    On construit « tout » en béton, apparemment ça ne suffit pas… Certains matériaux pouvant être jugés néfastes d’autres moins, de quelle équité parle-t-on ? L’inertie thermique apportée par le béton? Risible dans la mesure où les bétonneurs, qui ont gain de cause depuis des décennies, construisent à l’envers c’est à dire isolant à l’intérieur, masse thermique à l’extérieur ! Un petit défaut qu’ils s’empresseront de corriger n’en doutons pas… Enfin l’énergie grise des filières respectives: il n’y pas que le bois qui vient de loin – et il faudrait en effet du bois « local » -, le pétrole nécessaire au fonctionnement des cimenteries lui aussi traverse les océans… Quant aux zones Natura 2000 sur lesquelles lorgnent les bétonneurs ce représentant n’en parle pas, même chose pour le sable que l’on arrive même à épuiser (et qui vient parfois de loin aussi…). Je suis scandalisé ! Décidément l’argent fait dire n’importe quoi !!!
    Signaler un abus
  • - Le

    L'équité d'un parti pris

    Bonjour Je ne pense pas que l’approche du bois présentée ici reflète la recherche d’équité, sachant ce que l’on sait désormais sur l’ensemble des matériaux au regard du besoin impératif qui inclus écologie, énergétique et économie. L’époque est différente désormais de la grande période béton. Au delà de la crise générale soyons objectif et recherchons réellement tous ensemble le bien collectif et les avantages pour le client final. Le guerre béton fer et bois est dépassée, ouvrez vos portes sur l’avenir, sinon effectivement des secteurs seront mourant de plus en plus. Le changement c’est maintenant « aussi » dans le bâtiment. Tous les matériaux sont bon ou intéressant mais ne sont pas tous adaptés selon la recherche constructive la plus judicieuse. Tous les comparatifs sont sur la toile et les ingénieurs les connaissent bien. Salutations objectives.
    Signaler un abus
  • - Le

    Le bois dérange

    Le bois répond aux attentes écologiques et énergétiques avec la RT et la passive qui arrive. Restons logique, chacun le sait. Pour Info l’Europe va imposer un quota en europe d’utilisation du bois bien plus important que celaui de la France. le bien être collectif ne semble pas encore dans les carnets des plus gros lobbies. Chacun son heure, la reconstruction des trentes glorieuses est terminées et la nature offre ses solutions. Bois, terre naturelle…etc…
    Signaler un abus
  • Voir tous les commentaires (5)
    Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X