En direct

L'EPF primé pour le fleurissement des friches
Le couvert végétal planté par l’EPF représente 10 à 20 hectares par an. - © GUILLAUME LEMOINE

L'EPF primé pour le fleurissement des friches

E. L. |  le 21/12/2018  |  EPFFriche DémolitionBiodiversitéIngénierie

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

EPF
Friche
Démolition
Biodiversité
Ingénierie
Collectivités locales
Valider

Nord et Pas-de-Calais -

 

Une poignée de graines pour changer le visage des friches.

Depuis quatre ans, l'établissement public foncier (EPF) Nord Pas-de-Calais sème quasi systématiquement des prairies fleuries sur les terrains vacants qu'elle gère. Et cette initiative pionnière présente de nombreux avantages, dont la réduction de l'envol des poussières. « Le temps de latence entre démolition et reconstruction peut-être de cinq ans, voire plus. Or, après travaux, les sols des terrains sont bouleversés, ce qui favorise l'implantation d'une flore spontanée composée souvent d'espèces envahissantes, allergènes (bouleau, ambroisie) ou encore protégées. Espèces qui peuvent pénaliser les futurs projets ou donner une image négative du site », détaille Guillaume Lemoine, référent biodiversité et ingénierie écologique à l'EPF. Le couvert végétal désormais installé supprime ces nuisances tout en rendant le site plus attractif et le cadre de vie plus agréable.

« Favoriser cette “biodiversité choisie” aide aussi à lutter contre les îlots de chaleur urbains tout en protégeant les pollinisateurs sauvages et le maillage de la trame verte, le tout sans contraintes réglementaires », se félicite Guillaume Lemoine. Ce dernier explique que le coût du semis varie entre 50 cents et 2 euros du mètre carré, ce qui est largement compensé par les effets bénéfiques constatés sur les sites et par le fait qu'aucun entretien n'est nécessaire : « Partout où ce couvert est installé, les élus sont très satisfaits du résultat. »

Graines locales ou semences classiques. Les premiers tests ont été réalisés dès 2005. Pour ses semis, l'EPF utilise des graines locales récoltées par l'entreprise belge Ecosem. Néanmoins, « si le temps de latence avant reconstruction est trop court, nous utilisons des semences classiques de trèfle, de lotier ou de luzerne, qui reviennent moins cher », explique le référent. Pour l'installation de l'ensemble de ces couverts végétaux, qui concernent désormais 10 à 20 ha par an, l'EPF a reçu en novembre le prix du génie écologique 2018 dans la catégorie « aménagement des espaces publics et privés ». Cette récompense est décernée par l'Association fédérative des acteurs de l'ingénierie et du génie écologiques, l'Agence française pour la biodiversité, le Centre de ressources « génie écologique » et le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Initiation à la construction parasismique

Initiation à la construction parasismique

Date de parution : 06/2019

Voir

Architectes et ingénieurs face au projet

Architectes et ingénieurs face au projet

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur