En direct

L'ENTRETIEN : AMBROISE GUELLEC « La facture d'eau ne doit plus augmenter »

jean-jacques talpin |  le 17/01/1997  |  SantéCollectivités localesUrbanismeRéglementationDroit de l'environnement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Santé
Collectivités locales
Urbanisme
Réglementation
Droit de l'environnement
Technique
Environnement
France entière
Valider

Le président de l'agence de l'eau Loire-Bretagne veut maîtriser la pression fiscale sans diminuer le rythme des travaux, notamment pour l'eau potable.

Vous venez d'adopter le VIIe programme. Quelles en sont les priorités ?

Ambroise guellec. En cinq ans, nous apporterons 7,6 milliards de francs d'aides représentant 16,5 milliards de travaux, ce qui est considérable. Nous poursuivons sur la lancée du VIe programme avec trois priorités clairement définies : collecte et traitement des eaux usées, qualité de l'alimentation en eau potable et lutte contre les pollutions d'origine agricole. Nous voulons faire disparaître tous les points noirs d'ici à cinq ans.

Avec quels moyens ?

Durant le précédent programme, les redevances ont doublé. Nous voulons maintenir ce niveau sans l'augmenter, car le montant des impôts en France atteint un niveau proche de la saturation. La facture d'eau ne doit plus augmenter. Nous devons donc faire plus et mieux sans augmenter les dépenses et en trouvant peut-être des recettes supplémentaires.

Pourtant, l'Etat va ponctionner les agences de l'eau ?

C'est vrai. L'Etat va créer un fonds de concours, sans nous demander notre avis. Considérer que les agences sont riches n'a aucun sens, car nos recettes ne nous appartiennent pas : elles viennent des consommateurs. On ne souhaite pas que cette ponction (15 à 16 millions de francs pour notre agence, 110 millions de francs pour les six) serve à combler le déficit de l'Etat mais qu'elle soit en cohérence avec nos objectifs. Nous l'avons rappelé au gouvernement.

Le point le plus criant n'est-il pas celui des pollutions d'origine agricole ?

C'est vrai que, notamment dans l'Ouest, le plus dur est encore devant nous, même si de gros progrès ont déjà été réalisés. C'est un travail de longue durée qui exige la solidarité de tous avec une grande fermeté, la clarté et la transparence de la démarche. Mais, dans ce domaine, la révolution mentale est en marche, avec un changement d'état d'esprit qui écarte progressivement les acharnés du productivisme agricole et les intégristes de l'écologie.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2019

Voir

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Guide pratique du contentieux de l'urbanisme

Date de parution : 01/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur