En direct

L'émergence du bâtiment intelligent
Rencontres du bâtiment Intelligent : au micro, Mireille Jandon, CSTB. A sa droite, Serge Le Men, Smart Building Alliance. A sa gauche François-Xavier Hermelin, Groupe Moniteur. - © © AH

L'émergence du bâtiment intelligent

le 27/05/2013  |  ArchitectureTechniqueAlpes-Maritimes

Les premières Rencontres du Bâtiment Intelligent (1) qui se sont tenues ce vendredi 24 mai à la Cité de l’Architecture, auront été l’occasion d'évoquer le contexte de leur émergence et de leur nécessité à venir.

Mireille Jando, chef de service automation au CSTB, a présenté le contexte qui préside au développement des bâtiments intelligents.  Évoquant la transition énergétique, telle que théorisée par Jérémy Rifkin dans « La 3e révolution industrielle », elle en souligne deux aspects : la décentralisation de la production d’énergie d’une part et la décentralisation de la gestion de notre société grâce à Internet. « Le bâtiment intelligent est au cœur de cette transition énergétique » souligne-t-elle.

Le contexte économique, lui, impose d’utiliser au mieux l’argent devenu rare. Trois axes sont à privilégier : limiter les gaspillages donc réduire la consommation de 15 à 30 % des bâtiments par une meilleure gestion. Deuxième axe : adapter ces derniers à la transition énergétique en les rénovant et en les construisant plus efficaces et en leur adjoignant des ENR. Dernier axe : optimiser l’ensemble bâtiment et réseaux énergétiques via les smart-grids.

Sur chacun de ces trois axes, Mireille Jandon met en avant le rôle de la réglementation. Sur la limitation du gaspillage, le rapport Gauchot, qui s’est intéressé à la « rénovation du parc tertiaire » dans le cadre du Plan Bâtiment Durable met en avant la nécessité de suivre « la consommation globale tous usages (appelée aussi consommation réelle), autrement dit l’énergie facturée. Cette utilisation de la consommation globale tous usages se distingue de celle utilisée pour la réglementation thermique avec 5 usages (chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage et auxiliaires). » Le groupe de travail recommande également des objectifs de diminution de la consommation.

Sur le deuxième axe, la RT relative au bâtiment existant sera bientôt renforcée. Et demain, la RT 2020 devrait fixer des objectifs de production locale et de consommation globale ainsi qu’intégrer les notions d’énergies grises et d’impact environnementaux (CO2, eau).

Enfin, sur l’optimisation des bâtiments et des réseaux, les pistes à suivre sont celles du développement des smart grids et des stratégies d’effacement. Une nouvelle approche de l’énergie primaire permettrait également de prendre en compte la disponibilité de l’énergie.

Un nouvel écosystème

L'écosysteme du bâtiment intelligent (ou smart building)
L'écosysteme du bâtiment intelligent (ou smart building)

«Il faut passer de la ville numérique à la ville intelligente ». Voilà ce pour quoi milite Serge Le Men, président de la Smart Building Alliance et directeur général de Newron System. Pour faire face à une urbanisation galopante et à une monopolisation des ressources par les grands centres urbains, eux-mêmes improductifs, Serge Le Men considère comme une nécessité de construire un nouvel écosystème (cf. graphe). L’enjeu énergétique apparaît double : outre la production décentralisée d’énergie, la nécessité d’une grande flexibilité se fait jour qui passe par la gestion de l’intermittence, de la demande de pointe et son corolaire, l’effacement. La réglementation doit donc faciliter cette gestion et permettre la rémunération des différents acteurs (production, stockage, distribution, gestion...). C’est tout un modèle économique qui doit être mis en place.

Autre enjeu de ce nouvel écosystème : la mise à disposition des données pour une gestion en temps réel. « La donnée, c’est le pétrole de demain » prédit Serge Le Men. Outre qu’elles devront être partagées, ces données posent le problème de leur traitement au vu de leurs quantités gigantesques. Et bien sûr de leur sécurité. En contrepartie, s’ouvre un champ encore inexploré de services supplémentaires qui vont bien au-delà de la gestion énergétique.

Condition pour réussir cette transition de la ville numérique à la ville intelligente, le bâtiment doit réaliser sa mue et passer d’un système GTB au « smart ». « Il faut réussir à définir au sein du bâtiment des interfaces entre les systèmes et veiller à les maintenir interopérables », insiste Serge Le Men. Un chantier qui ne fait que commencer.

Prochain évènement sur ces sujets, la convention Innovative City qui se tiendra à Nice les 18 et 19 juin prochain.

(1) Organisées par le Groupe Moniteur avec le soutien de la Smart Building Alliance, de l’Association française de l’éclairage (AFE), du Groupement des industries de l’équipement électrique (Gimélec) et de la Fédération française de Domotique (FFD) en partenariat avec les industriels Theben, Hager et ABB.

Commentaires

L'émergence du bâtiment intelligent

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur