En direct

L’efficacité énergétique : un objectif évident… mais si compliqué à défendre
Signature du manifeste Renovate Europe, le 29 avril 2014 - © © Cler

L’efficacité énergétique : un objectif évident… mais si compliqué à défendre

Elisabeth Salles |  le 29/04/2014  |  AménagementPerformance énergétiqueRéglementation thermiqueFrance entièreImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energie
Aménagement
Performance énergétique
Réglementation thermique
France entière
Immobilier
Architecture
Technique
Valider

Quelque 70 candidats au Parlement européen ont déjà signé le manifeste Renovate Europe qui, comme son nom l’indique, vise à promouvoir auprès de la prochaine Commission de Bruxelles l’efficacité énergétique, et tout particulièrement la rénovation des bâtiments. Dans l’Hexagone, c’est la Coalition France pour l’Efficacité Énergétique (CFEE) qui porte la campagne.

Députée européenne depuis 2009, vice-présidente de l’UDI, Sophie Auconie n’en revient toujours pas que l’efficacité énergétique, qui paraît le plus facile à mettre en œuvre des trois objectifs du paquet climat-énergie, soit « le plus compliqué à défendre ». Elle en veut aussi au chef de l’État français, dont le pays accueillera l’année prochaine la conférence internationale sur le climat, de n’avoir pas montré plus d’ambition à ce sujet au sein du Conseil européen. « On a été frileux »,
a-t-elle constaté le 29 avril en venant signer dans les bureaux parisiens de la Commission européenne le manifeste Renovate Europe.

C’est bien dans l’idée de lutter pour que l’efficacité énergétique atteigne, d’ici l’an prochain, ses lettres de noblesse, autrement dit un objectif contraignant qu’a été lancée cette campagne européenne. Il s’agit, résume Raphaël Claustre, le président du CLER, « de défendre un enjeu majeur et transversal » et de le faire à plusieurs, industriels, associations, ONG. Chacun des membres de la coalition française de rappeler ensuite, en ce 29 avril, à quel point l’efficacité énergétique est une évidence : elle est le passage obligé vers la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’un des outils pour réduire la dépendance, coûteuse, aux importations d’énergies fossiles, une opportunité pour les PME du bâtiment, enfin un instrument de lutte contre la précarité énergétique, « enjeu crucial ». Le secteur du bâtiment représentant 40 % des consommations totales d’énergie en France et en Europe, le gisement est « énorme »« aller piocher », rappellent les uns et les autres.

Mais ils en sont tous d’accord, et au premier chef le représentant de la Commission à Paris : pour l’instant, les résultats sont « moyens ». « Le gouvernement français n’a pas été à la hauteur des objectifs », dénonce l’ancien patron d’EELV, Pascal Durand, rappelant « à quel point nous avons dû nous battre pour obtenir la non hausse de la TVA sur les travaux d’isolation ». Mais il accorde au président François Hollande le mérite d’avoir annoncé, lors de la dernière conférence environnementale, un objectif de division par deux de la consommation à l’horizon 2050.

Présent, le président du Plan Bâtiment durable, Philippe Pelletier, ne veut pas quitter la réunion avec une impression « misérabiliste ». « On ne fait pas rien, on est en mouvement », dit-il. Certes, les atermoiements des dernières semaines ont été « insupportables », mais on est en passe d’y voir plus clair, pense-t-il. La ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie n’a-t-elle pas annoncé le 25 avril une accélération du plan de rénovation énergétique ?

Chacun a ses pistes pour faire avancer le dossier, l’un des candidats aux Européennes présent évoque même la création, au sein de la prochaine Commission, d’une DG « efficacité énergétique ». Le sujet est trop transversal pour ce faire, rétorque un autre. Au-delà du débat, la question de fond reste la même, résume un autre : « qui paie ? L’État n’a pas les moyens, les citoyens non plus ». C’est une vision « tronquée par l’extrême court-termisme », dénonce la CFEE. « Les économies d’énergie sont un investissement productif, surtout à un moment où les coûts énergétiques ne cessent d’augmenter et où l’activité économique du secteur de la construction est en berne ». « Il faut continuer à pousser, nous avons un an et demi devant nous pour nous faire entendre », plaide le collectif d’industriels « Isolons la Terre contre le CO2 ». La croisade Renovate Europe a du pain sur la planche…

Commentaires

L’efficacité énergétique : un objectif évident… mais si compliqué à défendre

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

L’assainissement-démantèlement des installations nucléaires

Date de parution : 04/2018

Voir

Montage et exploitation d’un projet éolien

Montage et exploitation d’un projet éolien

Date de parution : 05/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur