L’"éco-autoroute" A19 ouvre la voie au grand contournement sud de Paris

L'autoroute A19 Artenay-Courtenay (101 km) vient d'être inaugurée. Baptisée "éco-autoroute" par son concessionnaire Arcour (groupe Vinci), cette infrastructure se veut parfaitement "grenello-compatible".

Partager
L’
Un projet qui dépasse de très loin les strictes prescriptions réglementaires en matière d'environnement.

Lundi 8 juin, a été inaugurée l'autoroute A19 Artenay-Courtenay. Une autoroute d'aménagement du territoire puisque ses 101 kilomètres relient désormais l'A10, l'A6 et l'A77 bouclant ainsi le grand contournement sud de la région parisienne. La mise en service interviendra le 16 juin prochain à midi, soit quatre mois plus tôt que la date prévue dans le contrat de concession. Quatre mois d'exploitation supplémentaires pour le concessionnaire Arcour, filiale de Vinci qui a la charge de l'ouvrage durant 65 ans. Entre 8.000 et 9.000 véhicules par jour en moyenne sont attendus dont 20% de poids lourds. Les tarifs doivent encore faire l'objet d'une ultime validation par les services de l'Etat.
"Par la qualité de son intégration dans l'environnement, l'A19 constitue un modèle vers lequel l'ensemble du réseau autoroutier doit tendre", a déclaré Dominique Bussereau, secrétaire d'Etat chargé des transports au Meeddat. Pierre Coppey, P-DG de Cofiroute et d'Arcour, s'est livré à un véritable plaidoyer pour l'autoroute, passant l'infrastructure au tamis du développement durable. Economiquement, d'abord : "l'autoroute est le plus bel instrument de lutte anticrise jamais inventé. D'abord parce que les travaux publics relancent l'activité mais aussi parce que une fois en service, l'autoroute est un vecteur de croissance". Sur le plan environnemental ensuite : "un important travail d'intégration paysagère, 108 bassins de traitement des eaux de ruissellement, soit plus d'un par kilomètre ; 116 passages pour animaux sauvages dont deux sections couvertes de 150 mètres en forêt de Montargis [...] Et nous avons développé une panoplie d'outils pour favoriser l'éco conduite et limiter les émissions de CO2". Enfin, sur le plan de la sécurité, un marquage blanc continu séparera -dans un sens de circulation- la bande d'arrêt d'urgence des voies de circulation au lieu de la traditionnelle bande discontinue. "Avec cette expérimentation, nous entendons démontrer qu'une ligne continue protège mieux nos clients et nos agents routiers".

Plus loin que la réglementation

Ne s'agit-il pas tout de même d'une application simple de la réglementation ? "Dans les domaines dont on parle, la loi fixe surtout des principes et c'est en fait le dialogue et la concertation qui produisent l'éco-autoroute, assure Pierre Coppey. Sur A19, Vinci a signé, le 31 mars 2005, un contrat de concession avec de simples avant projets d'études sommaires et nous avons travaillé ensemble, avec les services de l'Etat, parisiens et déconcentrés, avec les élus, avec le monde agricole, avec les associations pour inventer un projet qui dépasse de très loin les strictes prescriptions réglementaires". Concrètement, 9.000 mètres linéaires de murs ou de merlons anti-bruit ont été construits, là où la réglementation n'en imposait que 4.000. Le profil de l'autoroute a été abaissé de deux mètres dans la traversée de la forêt de Montargis pour limiter la pente imposée aux animaux sauvages susceptibles d'emprunter les passages qui leur sont réservés... Des arguments qui n'ont toutefois pas convaincu la poignée d'opposants au projet venue à l'inauguration pour dénoncer notamment l'imperméabilisation des sols.
En ces temps de crise, Pierre Coppey n'a pas manqué de rappeler que "le premier métier du concessionnaire, c'est le financement". En effet, en remportant l'A19, Vinci avait inauguré -surprenant par là-même ses concurrents- la vague des autoroutes à subventions publiques restreintes. Par la suite, celles de l'A41 Annecy-Genève et de l'A65 Langon-Pau tomberont même à zéro. Pour l'A19, sur les 850 millions d'euros, 97 millions sont couverts par des concours publics. Vinci a, en plus de son investissement en capital, pris en charge le financement initial de l'autoroute avant de procéder à un refinancement à hauteur de 650 millions d'euros via un pool bancaire autour de la banque européenne d'investissement (BEI).

La Grenellisation des autoroutes est en bonne voie

Dominique Bussereau l'a rappelé lors de l'inauguration de l'A19, «plusieurs mesures du plan de relance de l'économie portent sur la mise à niveau environnementale que les sociétés concessionnaires d'autoroutes devront réaliser sur les sections les plus anciennes de leurs réseaux». En effet, dans la loi pour l'accélération des programmes de construction, les sociétés concessionnaires d'autoroutes sont appelées à densifier leurs investissements dès 2009 pour financer des travaux portant sur l'insertion dans l'environnement, la sécurité ou encore les échanges avec le réseau non concédé. Au total, un milliard d'euros de travaux avec pour contrepartie, l'allongement des délégations de service public d'un an. Henri Stouff, président de l'Asfa (association des sociétés françaises d'autoroutes), est optimiste : "nous procédons aux derniers réglages avec les services de l'Etat et les avenants aux contrats de concession pourront être signés dans les délais impartis, à savoir avant le 17 août prochain". "Vinci est au rendez-vous du plan de relance, ajoute Pierre Coppey. Nous allons consentir au total plus de 500 millions d'euros d'investissements, sans argent public, au prix d'un alourdissement de la dette du groupe".

SUR LE MÊME SUJET

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil