En direct

«L'échéance de 2020 va arriver vite, il faut garder la dynamique»
Emmanuel Acchiardi, sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction à la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP). - © BRUNO LEVY / LE MONITEUR

«L'échéance de 2020 va arriver vite, il faut garder la dynamique»

Propos recueillis par V. P. |  le 05/10/2018  |  Développement durableE+C-DHUP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Développement durable
E+C-
DHUP
Valider

Entretien avec Emmanuel Acchiardi, sous-directeur de la qualité et du développement durable dans la construction à la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP).

Quels acteurs du bâtiment ont mis en œuvre l'expérimentation E + C - ?

Les maisons individuelles ont été les premières à entrer dans l'observatoire E + C -. La plupart des projets étaient issus de démarches volontaires. Encouragés par plusieurs appels à projets, dont celui mené avec l'Union sociale pour l'habitat et la Caisse des dépôts, ou encore par l'Ademe au travers du programme Obec, les logements collectifs ont aujourd'hui pris le relais. Le tertiaire, qui était absent jusqu'à peu, commence à arriver. Les acteurs sont confortés dans le besoin d'expérimenter par le fait que l'objectif d'une meilleure performance environnementale des bâtiments est clairement affiché par le gouvernement, notamment dans le projet de loi sur l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan).

Où en est la rédaction de la future réglementation environnementale ?

Son application étant désormais fixée à 2020, les travaux réglementaires vont démarrer prochainement. Une grande partie de cette tâche va consister à tirer les leçons de l'expérimentation, puis à étudier des évolutions remontées du terrain. Parmi celles-ci, il y a l'idée d'un système « socle et points » qui s'appuiera sur une exigence de base portant à la fois sur le « E » et sur le « C », et permettra ensuite qu'une partie de l'obligation soit réalisée en points supplémentaires par le biais de l'énergie ou du carbone.

Les notions de réemploi, de recyclage et plus largement d'économie circulaire seront-elles prises en compte ?

Dans le cadre du projet de loi Elan, la notion de performance environnementale complète celle de performance énergétique et implique de prendre en compte les notions de stockage du carbone, de matériaux recyclables ou issus de ressources renouvelables. Ce sont des éléments nouveaux qui attendent encore d'être traduits dans la future réglementation environnementale (RE). Ce qui sera fait puisque c'est inscrit dans la loi.

Quelles sont les difficultés qui restent à lever ?

L'échéance de 2020 va arriver assez vite et il ne faut pas que la dynamique actuelle faiblisse. Nous avons besoin de bâtiments en grand nombre, aux typologies et aux modes constructifs variés, qui soient répartis sur tout le territoire pour fiabiliser le travail de préparation de la RE. Nous avons également besoin de plus de données environnementales spécifiques.

En ce sens, les fabricants de matériaux et d'équipements doivent fournir un effort. Enfin, il est nécessaire que les professionnels se forment, qu'ils s'approprient les nouvelles méthodes d'évaluation. Ce processus est en cours grâce à tout l'accompagnement méthodologique qui a été fourni, les outils de formation, les Mooc, etc.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur