En direct

L’eau retournera en régie en 2018

bertrand escolin |  le 24/06/2011  |  Collectivités localesGironde

Bordeaux Agglomération -

C’était dans l’air depuis quelques mois. Le président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Vincent Feltesse, vient d’annoncer le retour par étapes à un système d’exploitation en régie de l’eau et de l’assainissement d’ici à 2018. La décision sera mise aux voix en conseil communautaire le 8 juillet prochain. Un coup dur pour la Lyonnaise des eaux, gestionnaire historique des eaux bordelaises.

Le contexte se prêtait pour le moins à la réflexion sur un éventuel mode de gestion : depuis 2005, les contrats étaient régulièrement renégociés, notamment sous la pression des associations locales. La Lyonnaise des eaux gère depuis 1992 la concession du service d’eau potable, qui doit expirer fin 2021. Depuis 1993, elle gère également en affermage le service d’assainissement, et ce jusqu’en décembre 2012. « Même si les modes de gestion actuels sont différents, l’eau et l’assainissement sont un bien public, dont la gestion et la gouvernance doivent revenir dans le giron public », explique Vincent Feltesse. D’où la volonté de prendre du temps, et de préparer le passage en régie d’ici à 2018. Un délai qui permet de se délier dans un premier temps du contrat sur l’eau potable. Le prix de sortie du contrat sera alors de 50 millions d’euros, contre 150 si elle avait lieu actuellement.

Transparence et maîtrise à long terme

Pour l’assainissement, l’arrivée à échéance du contrat en 2012 permettait de toute façon une renégociation. Mais l’ambition n’est pas uniquement celle d’une reprise en main de la gestion : il s’agit pour la CUB de prendre en compte des objectifs du service qui soient en cohérence avec la stratégie globale de l’agglomération. On sait à quel point l’environnement, le cadre de vie sont importants dans la politique métropolitaine. Il s’agira également d’assurer une transparence sur la gestion et les coûts. Ainsi, la CUB vient de mettre en ligne l’ensemble de ses données publiques (http://data.lacub.fr).
Autre exigence : le retour dans le giron public d’une maîtrise du long terme : « Il n’est plus acceptable de déléguer une majeure partie de nos missions à des entreprises privées, même si elles sont techniquement très performantes, sur des durées de vingt à trente ans, voire plus », s’exclame le jeune président, qui insiste par ailleurs sur la nécessité d’associer les usagers et les associations aux décisions. Une délégation de service public temporaire permettra de synchroniser la sortie des deux contrats. Ce changement annoncé concerne notamment le millier de salariés actuels de la Lyonnaise.

Commentaires

L’eau retournera en régie en 2018

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX