L'Autorité de la concurrence exige un examen approfondi de l'acquisition d'Imerys TC par Bouyer-Leroux
Bouyer-leroux/Imerys TC : Un acteur qui pèserait 50% du marché de la brique - © © DR

L'Autorité de la concurrence exige un examen approfondi de l'acquisition d'Imerys TC par Bouyer-Leroux

le 23/04/2013  |  Produits et matérielsMise en concurrenceIndustrieFrance Conjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Négoce
Produits et matériels
Mise en concurrence
Industrie
France
Conjoncture
Valider
Industrie -

La prise de contrôle d’Imerys TC, leader français de la brique, par le numéro 3 du marché Bouyer-Leroux, doit faire l’objet "d’un examen approfondi" selon l’Autorité de la concurrence qui craint des "risques d'atteinte à la concurrence".

Annoncé le 12 décembre 2012 (voir notre article), le projet de cession par le groupe de minéraux industriels Imerys de son activité Imerys Structure à la société coopérative Bouyer-Leroux, pose problème à l'Autorité de la concurrence. Dans un communiqué publié aujourd'hui, l'Autorité considère que "l'opération envisagée pose des problèmes de concurrence et nécessite l'ouverture d'une phase d'examen approfondi", dit phase 2.

"Remédier aux effets de l'opération"

L'Autorité se base sur l’observation "d’une progression régulière des prix des briques fabriquées par Bouyer-Leroux et Imerys TC", et sur "le renforcement de la position concurrentielle de la nouvelle entité" pour justifier sa position et pointer un risque : "permettre à la nouvelle entité de restreindre la concurrence sur les marchés". Elle souligne notamment une situation de "quasi-monopole" sur les briques de cloison dans le grand Ouest de la France et "une position très importante" sur les briques de mur en Aquitaine.

Bien que l'Autorité de la concurrence ait reçu, le 2 avril 2013, des propositions de Bouyer-Leroux, elle considère qu'elles "ne suffisent pas à rémédier de façon efficace aux effets de l'opération". Elle lance donc une nouvelle phase d'enquête et de consultations des acteurs du marché pour déterminer "les remèdes qu'il conviendrait d'apporter à d'éventuelles atteintes à la concurrence".

Créer le leader incintesté du marché de la brique

Imerys Structure revendique 400 salariés et 95 M€ de chiffre d'affaires en 2011, tandis que Bouyer-Leroux compte 370 collaborateurs pour 90 M€ de CA. Le rachat se serait fait pour une somme "de l'ordre d'une année de chiffre d'affaires" d'Imerys Structure, selon les deux parties.

L'opération visait clairement à créer le leader incontesté de la brique en France, devant Terreal et Wienerberger, puisque les deux sociétés ensemble pèsent environ 50% du marché de la brique, et 22% des solutions constructives pour la maison individuelle, selon des indications fournies fin 2012 par la direction de Bouyer-Leroux.

Commentaires

L'Autorité de la concurrence exige un examen approfondi de l'acquisition d'Imerys TC par Bouyer-Leroux

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Conception et mise en œuvre des garde-corps

Date de parution : 05/2020

Voir

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 05/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur