En direct

L’autopromotion gagne en maturité depuis Strasbourg
Projet d’habitat participatif à Kaysersberg (Haut-Rhin) - © © Matthieu Husser Architectes

L’autopromotion gagne en maturité depuis Strasbourg

Christian Robischon, bureau de Strasbourg du Moniteur |  le 08/08/2014  |  Bas-RhinHaut-RhinMoselleFrance entière

Tout juste reconnu par la loi Alur, l’habitat participatif commencerait-il à créer un courant d’affaires digne de ce nom ? L’activité grandissante du Strasbourgeois Unanimm incite à penser que oui. Après 23 lots dans sa ville d’origine, cette structure d’assistance aux projets enchaîne avec trois nouveaux dossiers en Alsace et en Lorraine.

Son premier projet, la « K’Hutte » dans le faubourg strasbourgeois de Cronenbourg, est en plein chantier pour une livraison mi-2015. Avec ses 21 logements et deux locaux d’activités pour un coût total de 5,9 millions d’euros, il se présente comme la plus importante réalisation d’habitat participatif en cours en France. Toujours à Strasbourg, Unanimm a obtenu la réservation d’un lot de 1 150 m² dans l’écoquartier Danube auprès de l’aménageur Sers. Il vise le dépôt du permis de construire à la fin de l’année. Un autre projet dimensionné pour 18 à 20 logements fera l’objet d’un dépôt de permis également dans les prochains mois à Kaysersberg (Haut-Rhin), compte tenu d’une pré-commercialisation désormais proche de 50%. Enfin, la structure alsacienne a obtenu le soutien de la ville de Metz pour un projet pouvant aller jusqu’à 1 600 m2 en réhabilitation et neuf dans le quartier de Devant-les-Ponts. La réunion de lancement avec les premiers candidats acquéreurs s’est déroulée fin juin.

Société coopérative de construction et vente

La K’Hutte a mis du temps à émerger : depuis l’automne 2010, pas loin de trois ans ont été nécessaires pour définir le montage, affiner le contenu et boucler la réservation. « Un noyau de 40% de réservation a été atteint en quelques mois, puis il a fallu une bonne année pour arriver à 80% de commercialisation », souligne Bertrand Barrière, le dirigeant d’Unanimm. Mais cette maturation a permis à la société de se doter d’une sorte de « boîte à outils » qu’elle peut désormais déployer plus vite, en veillant à ne pas tomber dans la standardisation qui serait le contraire de l’esprit de l’habitat participatif.

« A la K’Hutte, les personnes physiques et morales parties prenantes se sont organisées en une société civile coopérative de construction et de vente (SCCCV) qui s’est constituée une fois que la pré-réservation a atteint 80%. Le permis de construire a été déposé dans la foulée, fin 2012 », expose Bertrand Barrère. Unanimm intervient comme assistant à maître d’ouvrage. La SCCCV passe contrat avec elle ainsi qu’avec la maîtrise d’œuvre et elle vend les lots en Vefa. Le prix, situé dans le marché, s’est échelonné de 2 900 à 3 600 euros TTC/m². Le projet s’est entouré d’une équipe complète de maîtrise d’œuvre. A l’architecte mandataire, le cabinet strasbourgeois Yves Grossiord, s’ajoutent trois bureaux d’études (SIB Etudes pour les structures, Solares Bauen pour la thermique et les fluides, BEE-FL pour l’électricité) et un économiste de la construction, le bureau Les Economistes.

Ateliers avec les propriétaires

Yves Grossiord travaillera également dans l’écoquartier Danube, tandis que le Strasbourgeois Matthieu Husser et l’atelier lorrain HaHa conçoivent respectivement les opérations de Metz et de Kaysersberg, où la société coopérative porteuse devrait se fonder à la rentrée.

La façon de dialoguer avec les futurs propriétaires constitue une autre facette désormais rodée dans le premier projet en vue de sa duplication. A la K’Hutte des ateliers successifs se sont organisés entre la création de la SCCCV et le début des travaux pour définir les options pour les parties communes, les aménagements extérieurs et personnaliser les logements. Les séances déjà écoulées de cette démocratie participative ont amené par exemple à préférer l’enduit à la chaux à une solution plastique, à doter les cloisons d’un isolant en fibre de bois et à équiper l’immeuble de brise-soleil aluminium.

L’esprit communautaire continue ainsi à vivre tout en s’adaptant aux contraintes de la construction, estiment les tenants de cette « autopromotion accompagnée » comme ils la désignent. Pour le faire souffler, les futurs habitants de la K’Hutte pourront arpenter une terrasse commune de 200 m². Et à Kaysersberg, il est question de partager four à pain, verger, ou poulailler.

Commentaires

L’autopromotion gagne en maturité depuis Strasbourg

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX