En direct

L’autisme trouve son havre de paix
La volumétrie du bâtiment met en exergue une voûte protectrice elliptique en zinc. - © © Negroni Archivision

L’autisme trouve son havre de paix

Christian Robischon / Bureau de Strasbourg du Moniteur |  le 20/08/2014  |  AccessibilitéArchitectureYonneFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Accessibilité
Architecture
Réalisations
Yonne
France entière
Valider

C’est un projet malheureusement unique en France : en matière de centres d’accueil d’autistes, l’Hexagone figure en queue du peloton européen, a fortiori  pour le lancement de projets neufs qui  viendrait briser l’image, si ce n'est la réalité, de structures lugubres. Raison de plus pour saluer "L'éveil du scarabée" à Champcevrais (Yonne),  signé de l’architecte Emmanuel Negroni.

Dans un cadre discret, aux confins de la Bourgogne, le centre qui sera inauguré le 11 septembre 2014 fait d’abord émerger sa voûte elliptique à toiture en zinc. Celle-ci exprime le mot-clé du projet : rassurer.  "Cette voûte est protectrice, elle rend le bâtiment moins écrasant, moins imposant" fait valoir commente Emmanuel Negroni, architecte des lieux. D’un bout à l’autre de la gestation, celui-ci a cherché à apporter des sensations de douceur, de "cocon", d’insertion dans l’environnement naturel,  en éliminant ce qui pouvait apparaître anxiogène aux adultes autistes accueillis ici parce qu'incapables de vivre dans un environnement dit "normal". Les longs couloirs sont bannis et les zones de soins repoussées en périphérie pour laisser la place centrale aux espaces de vie. L’ensemble du site s’articule autour d’un arbre d’un genre particulier : tronc d’olivier mais ramifications de chêne. "Ce mélange des essences forme un plaidoyer pour le respect des différences", souligne le concepteur. L’arbre est le point de départ d’un espace public organisé comme une place de village, point de rencontre. Aisément personnalisables, les 20 lieux d’habitation s’implantent plus en retrait, dans cinq maisons bois en contact avec la nature et un maximum de lumière naturelle.

La
La "place du village" s’organise autour d’un olivier à ramifications de chêne. - © © Negroni Archivision

La lumière et les sons

Le projet s’efforce d’apporter un dénominateur commun de réponses aux formes très variées d’autisme. Les personnes les plus sensibles à la lumière pourront être rassurées par les moucharabiehs qui la tamisent dans les chambres. "Adoucie, la lumière artificielle de l’unité de vie change de couleur dans la journée : d’un  bleu à vertu dynamisante le matin, elle vire à l’orange et au jaune en soirée pour s’harmoniser avec le coucher du soleil, avant de passer au violet", décrit Emmanuel Negroni. Autre forme d’autisme, l’hypersensibilité au bruit est prise en compte par la pose généralisée d’une mousse acoustique absorbante.

Les couleurs des espaces communs - ici, le restaurant - virent au jaune et à l’orangé lorsque le soir descend...
Les couleurs des espaces communs - ici, le restaurant - virent au jaune et à l’orangé lorsque le soir descend... - © © Negroni Archivision

Sept ans de gestation

Le projet a connu un délai en phase avec son caractère atypique : pas moins de sept ans se sont écoulés entre le concours de maîtrise d’œuvre et la livraison. Ce temps long n’a pas ébranlé la confiance dans la pertinence de l’approche, aussi bien chez le maître d’ouvrage , l’Ehpad de Champcevrais, qu’auprès de la mairie partenaire du projet. Emmanuel Negroni n’avait pas de rapport personnel au monde de l’autisme. "Nous avons porté notre regard de novice et nous avons aussi capitalisé sur nos expériences de conception d’immeubles sur mesure", ajoute-t-il. Le coût de 3,15 millions d’euros HT (pour 1 580 m2 de Shon) n’est pas anodin. L’architecte le considère comme "dans la fourchette de ce qu’on peut imaginer pour un projet si particulier". Le recours à l’impression 3D pour une partie du mobilier a diminué la facture, ajoute-t-il. Le choix avait été fait de ne pas associer les familles à la conception. Toutes saluent l’initiative, avec l’espoir que la réalité rejoindra le nom de l’établissement : le scarabée est associé à la naissance et la renaissance, ainsi qu'aux événements heureux.

Commentaires

L’autisme trouve son havre de paix

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur