En direct

L'attirance pour les petites et moyennes villes, effet de mode passager ou vrai changement ?
Publi-rédactionnel

L'attirance pour les petites et moyennes villes, effet de mode passager ou vrai changement ?

le 19/05/2021  |  Banque des territoiresConjonctureFrance

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

La relance c’est vous
Banque des territoires
Conjoncture
France
Valider

Selon le baromètre 2020 des Villes de France, 84 % des Français considèrent préférable d'habiter dans une ville moyenne que dans une grande métropole, une tendance qui ne fait que s'accentuer depuis la crise du Covid. Au printemps 2018, le gouvernement lançait Action Cœur de Ville, un programme de redynamisation des villes moyennes, dont la Banque des Territoires est l'un des acteurs majeurs. Un dispositif qui n’est pas étranger à ce nouvel attrait pour les villes à taille humaine..

Piloté par l'Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), le programme Action Cœur de Ville concerne 222 territoires correspondant à 234 communes et représentant quelque 20 millions d'habitants, soit près d'un quart de la population française. Le principe : un vaste plan national de cinq milliards d'euros sur cinq ans (2018-2022) élaboré en concertation avec les élus locaux, et dont l'objectif est de réaffirmer le rôle des villes moyennes et de leur centre-ville dans le paysage territorial de demain. Aux côtés d'Action Logement et de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), la Banque des Territoires est l'un des partenaires majeurs de ce programme, disposant d'une enveloppe d'un milliard d'euros en fonds propres et d'une capacité de prêts de 700 millions d’euros. « Nous avons mobilisé 1,7 milliards d'euros, ce qui fait de nous le principal financeur de ce plan, et notre rôle est de participer à l'animation de ce programme et surtout d'activer nos ressources pour aider les collectivités à élaborer et à mettre en œuvre leurs projets », explique Michel-François Delannoy, Directeur du Département Appui aux Territoires de la Banque des Territoires

Favoriser la relance territoriale et écologique

Mutation du commerce, adaptation et modernisation de l’habitat, évolution des mobilités, développement de l'accessibilité et des connexions, sobriété énergétique, sont autant de chantiers lancés depuis trois ans afin de proposer une offre attractive à même de favoriser le développement économique par l'implantation de nouveaux commerces et d'entreprises. « Il nous paraissait évident qu'il fallait accompagner ces villes en leur apportant  aussi la capacité de développer des innovations » insiste Michel-François Delannoy, « les accompagner avec leurs enjeux  propres, car chacune d'entre elles a ses spécificités, dans des démarches d'exploration de nouvelles modalités d’agir ».

Action Cœur de ville s'affirme donc comme un véritable accélérateur de la relance en créant les conditions d'une nouvelle dynamique pour les territoires concernés, avec les crédits de soutien à l'investissement local, la rénovation thermique et de l'habitat, et les actions en faveur des commerces de proximité. Un retour au premier plan des petites et moyennes villes résolument porté par les maires, les élus et acteurs locaux, engagés dans le plan de relance initié par le gouvernement depuis plusieurs mois au travers des mesures de France Relance.

Plus de 3 000 actions engagées

Trois ans après le lancement du programme, plus de deux milliards d'euros ont déjà été engagés, sur les cinq milliards prévus, dans plus de 3 000 actions concrètes, malgré le ralentissement de l'activité économique et la crise sanitaire que traverse le pays depuis le printemps 2020. « Nous sommes aujourd'hui vraiment à mi-parcours. Au-delà des chiffres, ce qui nous paraît très très positif, c'est la manière dont la plupart de ces villes se sont emparées du programme, la vision très claire de ce sur quoi elles doivent désormais se concentrer et les projets sur lesquels elles doivent miser » se félicite Michel-François Delannoy. Un engagement qui a permis à des centaines d'élus, partenaires régionaux et locaux, publics et privés, d'agir concrètement et de construire leur projet de territoire au plus près des réalités et des besoins des populations.

Des premiers résultats encourageants face à des attentes amplifiées par la crise, notamment pour ce qui est des commerces de proximité largement impactés. 2021 et 2022 seront donc deux années décisives, avec un double objectif d'accélération et d'amplification. Après la phase d'initialisation et l'élaboration des projets locaux, leur finalisation permet désormais de mobiliser l'ensemble des dispositifs de soutien mis en place. Dispositifs renforcés par les mesures du plan France Relance capables d'aider à la transformation de ces territoires et de positionner les villes moyennes en lieux d'accueil des nouvelles activités industrielles en lien avec les grandes métropoles régionales.

Contenu proposé par La Banque des Territoires

Commentaires

L'attirance pour les petites et moyennes villes, effet de mode passager ou vrai changement ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil