En direct

L’assurance de responsabilité est limitée par son objet

le 01/02/2008  |  Bouches-du-Rhône

Arrêt du 6 novembre 2007 - N° de pourvoi : 06-17275 - Cour de Cassation - Mutuelle l’Auxiliaire c/ Société Anonyme d’Economie Mixte Immobilière Ville de Martigues

La Cour de Cassation, troisième chambre civile,

Donne acte à la mutuelle l’Auxiliaire du désistement de son pourvoi en ce qu’il est dirigé contre la société Gerflor, de l’entreprise Izquierdo Manuel, et de la SA Axa assurances France Iard ;

Dit n’y avoir lieu de mettre la société Semivim hors de cause ;

Attendu, selon l’arrêt attaqué (Aix-en-Provence, 29 mars 2006), que la Société Anonyme d’Economie Mixte Immobilière Ville de Martigues (la Semivim) a fait édifier un groupe d’immeubles avec le concours, de la société civile professionnelle Christofol Michel - Zawadski Jean Maurice (la SCP), assurée auprès de la mutuelle des architectes Français, (la MAF) et du bureau d’études Berim pour la maîtrise d’œuvre ; que les travaux ont été confiés à la société Cochery Construction, aux droits de laquelle vient la société Sogea (la Sogea), qui a sous-traité le lot plomberie à la société Fayolle assurée auprès de la mutuelle L’Auxiliaire (l’Auxiliaire) ; qu’une police dommages-ouvrage a été souscrite auprès de la société SMABTP (la SMABTP) ; que la réception a été prononcée avec des réserves concernant, notamment, les canalisations le 17 octobre 1986 ; qu’au vu d’une expertise ordonnée en référé le 14 avril 1988 pour apprécier les désordres dénoncés, la Semivim a assigné en réparation l’assureur dommages ouvrage la Sogea, les maîtres d’œuvre et la MAF ; que la SMABTP a appelé en cause la société Fayolle et l’Auxiliaire le 20 juin 1997 ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal :

Vu l’article 455 du nouveau Code de procédure civile ;

Attendu que pour condamner l’Auxiliaire, d’une part, à garantir la Sogea des condamnations prononcées à son encontre à l’égard de la SMABTP assureur dommages-ouvrage et de la Semivim et, d’autre part, à garantir, la SCP, le Bet Berim et la MAF des condamnations prononcées in solidum à leur encontre à concurrence de moitié, l’arrêt retient que la responsabilité de la société Sogea ne pouvait être recherchée que sur le fondement de la responsabilité contractuelle pour faute des autres locateurs d’ouvrage, que s’agissant des désordres de canalisation l’expert avait relevé des défauts d’exécution de la société Fayolle, que la Sogea était bien fondée à obtenir la garantie de ses sous-traitants et qu’elle serait intégralement relevée et garantie par l’Auxiliaire, au titre des réparations des désordres affectant les canalisations, du surcoût d’entretien déjà avéré, de celui à venir et des travaux réalisés d’urgence par la Semivim ;

Qu’en statuant ainsi, sans répondre aux conclusions de l’Auxiliaire faisant valoir que la société Fayolle avait souscrit auprès d’elle une police couvrant la responsabilité décennale des constructeurs, que les désordres apparents à la réception ne pouvaient entraîner cette responsabilité et que les garanties souscrites ne pouvaient être mises en œuvre, la cour d’appel n’a pas satisfait aux exigences du texte susvisé ;

Sur le moyen unique du pourvoi provoqué de la MAF et de la SCP Christofol et Zawadski :

Vu les articles 1315 et 1147 du Code civil ;

Attendu que pour dire que les condamnations prononcées au titre de la réparation des désordres seront assorties de la taxe à la valeur ajoutée, l’arrêt retient que faute par les architectes et la compagnie l’auxiliaire de justifier du non-assujettissement de la Semivim à la TVA les condamnations au titre des travaux de reprise seront prononcées TTC ;

Qu’en statuant ainsi, alors qu’il appartient au Maître de l’ouvrage victime qui demande le paiement des travaux de réparation taxe à la valeur ajoutée incluse, de démontrer que ses activités professionnelles ne sont pas soumises à cette taxe et qu’il ne peut pas récupérer celle payée en amont, la cour d’appel, qui a inversé la charge de la preuve, a violé les textes susvisés ;

Par ces motifs :

Casse et annule mais seulement en ce qu’il a retenu l’obligation à garantie de la mutuelle L’Auxiliaire et dit que les condamnations prononcées au titre de la réparation des désordres sont assorties de la taxe à la valeur ajoutée, l’arrêt rendu le 29 mars 2006 par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, remet, en conséquence, quant à ce, la cause et les parties dans l’état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence autrement composée ;

Condamne, ensemble, la société Semivim, la SMABTP, la société Fayolle et la société Sogea aux dépens des pourvois ;

Vu l’article 700 du nouveau Code de procédure civile, condamne, ensemble, la société Semivim, la SMABTP, la société Fayolle et la société Sogea à payer la somme de 2 000 euros à la mutuelle L’Auxiliaire ; condamne la société Semivim à payer la somme de 2 000 euros à la MAF et la SCP Christofol Michel - Zawadski Jean-Maurice ensemble ; rejette les autres demandes ;

Dit que sur les diligences du Procureur Général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l’arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, troisième chambre civile, et prononcé à l’audience publique du six novembre deux mille sept par M. Cachelot, conseiller le plus ancien faisant fonction de Président, conformément à l’article 452 du nouveau code de procédure civile.

Décision attaqué : Cour d’appel d’Aix-en-Provence (3e chambre B) 2006-03-29.

Commentaires

L’assurance de responsabilité est limitée par son objet

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX