En direct

L’ascenseur en panne n’est plus une fatalité
Publi-rédactionnel

L’ascenseur en panne n’est plus une fatalité

le 21/01/2021  |  France

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
France
Valider

Malgré la réglementation qui impose le contrôle technique périodique et l'entretien régulier, l’ascenseur est parfois une source de désagrément pour les usagers en raison des pannes ou de l’immobilisation de l’appareil. Faut-il réparer ou changer l’équipement ?

Depuis l’arrêté du 18 novembre 2004, les ascenseurs sont soumis à des contrôles périodiques obligatoires afin de garantir la sécurité et la fiabilité des équipements dans les bâtiments. Pour autant, au-delà des prescriptions normatives, il existe aujourd’hui des solutions innovantes pour transformer l’entretien des ascenseurs.

Tous les cinq ans, un contrôle technique

Afin d’identifier et de signaler sur un ascenseur tout défaut présentant un danger pour la sécurité des usagers, la réglementation impose la réalisation d’un contrôle technique quinquennal. Celui-ci peut être effectué par un contrôleur technique « bénéficiant d’un agrément l’habilitant à intervenir sur les ascenseurs » (art. R. 125-2-5 du Code de la construction et de l’habitation) ou par un organisme indépendant. Soixante-dix-sept points de contrôles, précisés par un arrêté, doivent être vérifiés. Dépendamment de ceux-ci, la vérification doit s’effectuer par examen visuel ou réalisation d’essai, avec présence ou non de l’ascensoriste. La charge de la réalisation du contrôle quinquennal incombe au propriétaire du bâtiment. La réglementation s’impose également aux immeubles détenus en copropriété. Dans ce cas, les copropriétaires sont tenus de choisir un prestataire et la répartition des coûts s’opère selon un critère d’utilité.

L’entretien : une visite toutes les six semaines

En complément de ce contrôle technique, le Code de la construction et de l’habitation, à l’article L. 125-2-2, rend obligatoire, depuis la loi de 2003, l’entretien des équipements. Cet entretien des ascenseurs est encadré par un contrat conclu entre les propriétaires et les professionnels. Il comprend au minimum une visite toutes les six semaines ainsi qu’un nettoyage annuel (cuvette, toit, local machines).

Les dispositifs de sécurité imposés par la réglementation :
• fermeture des portes palières ;
• accès sans danger à la cabine ;
• prévention des chutes de la cabine ;
• protection contre les dérèglements de vitesse ;
• protection des utilisateurs contre les chocs ;
• moyen d’alerte disponible avec un service d’intervention ;
• protection des circuits électriques ;
• accès aux locaux des machines pour le seul personnel d’intervention.


Changer d’ascenseur, une solution radicale

Il peut parfois être avantageux d’envisager un changement complet de l’équipement, notamment lorsque des travaux de mise en conformité doivent être effectués ou lorsque l’on souhaite réaliser des gains importants en termes de facture énergétique. D’autant plus qu’en France, 25 % des ascenseurs ont plus de quarante ans ! Le remplacement ou la modernisation d’un d’ascenseur constitue ainsi l’occasion d’une remise aux normes des équipements – notamment en termes d’accessibilité et de sécurité, tout en améliorant le confort. Le remplacement d’un ascenseur peut être avantageux si l’installation a plus de 25 ans, la cabine petite et exigüe, la vitesse très lente et les pannes fréquentes. Toutefois, lorsque l’état global de l’ascenseur est encore fonctionnel, une simple modernisation permet de conserver un équipement conforme aux dernières réglementations en vigueur.

La maintenance prédictive, pour plus de confort et de sécurité ?

Pour autant, en dépit d’une visite périodique toutes les six semaines, les usagers se trouvent parfois coincés dans une cabine ou privés d’ascenseur dans leur immeuble à cause d’une panne. Il existe des solutions pour réduire ces désagréments et rendre l’ascenseur encore plus fiable. Ainsi, KONE propose des ascenseurs connectés. Intelligents et dotés de capteurs, ils communiquent les données de plus de deux cents paramètres critiques à un système d’Intelligence Artificielle. Ce dispositif innovant identifie les dysfonctionnements avant qu’une panne ne survienne. La maintenance prédictive permet ainsi d’augmenter la sécurité et la disponibilité des équipements. Chez KONE, tous les ascenseurs neufs sont connectés « de série », mais il est souvent possible d’adapter cette technologie sur un équipement ancien pour éviter les coûts de son remplacement.

Contenu proposé par KONE

Commentaires

L’ascenseur en panne n’est plus une fatalité

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil