En direct

L'art dans la ville : des artistes reconnus choisis pour le tram-train de Mulhouse

Laurent Miguet |  le 18/02/2005  |  UrbanismeTransportsCultureMaîtrise d'ouvrageCollectivités locales

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Urbanisme
Transports
Culture
Maîtrise d'ouvrage
Collectivités locales
Droit du travail
Haut-Rhin
France entière
Bas-Rhin
Rhône
Immobilier
Profession
Architecture
Réglementation
Valider

Les artistes Daniel Buren et Tobias Rehberger sont missionnés pour «accompagner» les deux lignes du tram-train. Mais leurs interventions ne sont pas toujours cohérentes avec le travail de la maîtrise d'oeuvre.

Daniel Buren pour la ligne des Coteaux (est-ouest), Tobias Rehberger pour la ligne des Faubourgs (nord-sud) : dans l'accompagnement artistique du tram-train mulhousien, le maître d'ouvrage renforce une stratégie d'identification visuelle spécifique à chacune des deux lignes à mettre en service au début 2006. Cette volonté s'était déjà exprimée dans les choix de la composante architecturale de la maîtrise d'oeuvre du projet : une dominante végétale pour l'aménagement de la ligne des Coteaux, tandis que le minéral caractérise les abords de la ligne des Faubourgs.

Une démarche consensuelle

Daniel Buren ponctue la première d'une série d'arches monumentales, alors que sur la seconde, Tobias Rehberger crée neuf événements artistiques inspirés par les quartiers traversés. Après la livraison de la première phase à la fin 2005, les deux artistes poursuivront leur travail dans les extensions prévues, programmées jusqu'en 2011.

Comme tous les maîtres d'ouvrage de projets de tramway lancés en France depuis le début des années 90, le Syndicat intercommunal des transports de l'agglomération mulhousienne (Sitram) a mis en oeuvre la procédure inspirée de la loi sur le « 1 % artistique », conçue au départ uniquement pour les bâtiments publics. Pour éclairer ses choix, il s'est entouré d'un comité d'experts présidé par François Barré, personnalité unanimement reconnue dans le monde de l'art, de l'architecture et de l'urbanisme. La participation de Michel Krieger s'inscrit dans le même consensus : comme conseiller municipal délégué à l'art urbain durant les deux mandats de Catherine Trautmann à Strasbourg, ce plasticien a contribué à inventer les pratiques en matière d'accompagnement artistique des tramways. Il résume l'esprit du travail des experts en ces termes : « Un tram requiert des compétences pointues dans différents domaines. L'art en fait partie, qui peut contribuer au mieux vivre en ville. »

Ce discours trouve un écho particulier à Mulhouse : « Avant l'intervention récente de Jean-Paul Raynaud dans le quartier du Nouveau-Bassin, aucun artiste de dimension internationale n'est jamais intervenu dans l'histoire de Mulhouse », constate Michel Samuel-Weis, adjoint au maire chargé de la culture et collectionneur d'art contemporain. Pour combler ce déficit, le cahier des charges du projet a abouti à la sélection de valeurs sûres : « Le Kunst Kompass, sorte de hit-parade mondial des artistes, place Tobias Rehberger à la 38e place et Daniel Buren à la 48e », précise l'adjoint.

Artistes et maîtrise d'oeuvre : le hiatus

Rassurant pour les décideurs, ce classement n'a néanmoins pas suffi à convaincre la composante architecturale de la maîtrise d'oeuvre : « Alors que nous avons adopté un parti caméléon pour fondre le tram dans la ville, les grandes arches de Buren, hautes de 7,40 m, risquent d'aboutir à ce que le 1 % artistique constitue au final 100 % de l'image du projet », craint Jean-Marc Bouillon, P-DG de l'Atelier du paysage. « Arrivée très tard dans le projet, l'intervention de Daniel Buren télescope notre travail sur les stations, en particulier les totems techniques dans lesquels se logent les courants faibles, les distributeurs de titres de transport et la cartographie », renchérit Dominique Gautier, de l'agence d'architecture lyonnaise Bruno Dumétier. Selon cet architecte, la démarche mulhousienne a souffert d'un timing décalé : « A Lyon, nous avions travaillé très en amont, ce qui a permis à la maîtrise d'oeuvre d'enrichir le programme de la commande artistique. Mais à Mulhouse, nous sommes arrivés après le choix des candidats, qui s'est décidé entre le maître d'ouvrage et son mandataire. »

Fiche technique

Maître d'ouvrage : Syndicat intercommunal des transports de l'agglomération mulhousienne (Sitram).

Maître d'ouvrage délégué : Société d'équipement de la région mulhousienne (Serm).

Maître d'oeuvre : Systra/IRH Environnement pour le transport, Atelier Bruno Dumétier/Atelier du paysage pour l'insertion urbaine.

Montant des travaux du réseau urbain : 340,2 millions d'euros, dont 249,1 millions pour la première phase, à livrer début 2006.

PHOTO :

Les interventions de Daniel Buren : des arches monumentales qui scandent les différentes stations de la ligne dite des «Coteaux» (image de synthèse).

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur