En direct

"L’architecture s’installe et nous devons l’aider à s’installer avec audace, imagination et une vraie exigence de qualité" a déclaré Jacques Guy. © Vincent Leloup - ©

"L’architecture s’installe comme un élément central dans notre société" par Jacques Guy, président du Groupe Moniteur

Defawe Philippe |  le 01/02/2007  |  France entièreArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Réalisations
Architecture
Valider

Retrouvez l'intégralité du discours prononcé par Jacques Guy, président du Groupe Moniteur à l'occasion de la 24ème cérémonie de remise des prix d'architecture du Moniteur.

Le Grand Palais et l’Egypte : il était difficile d’imaginer un contexte plus emblématique pour remettre les Prix d’architecture 2006 du Moniteur.
Je suis donc tout particulièrement heureux de vous accueillir à la 24ème cérémonie de remise des Prix de l’Equerre d’Argent et de la 1ère Œuvre et merci à vous, très sincèrement, Monsieur le Ministre, d’avoir accepté de présider cette cérémonie.
Le jury international que j’ai eu l’honneur de présider était composé pour l’édition 2006 de :
- Florence LIPSKY et Pascal ROLLET, architectes, Prix de l’Equerre d’Argent 2005
- Franck VIALET, architecte, Prix de la Première Œuvre 2005
- Antoine RUFENACHT, maire du Havre
- François de MAZIERES, président de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine
- Nicolas GENCE, directeur général de Vinci Immobilier
- Paolo AMALDI, architecte, enseignant et critique
- Julien DE SMEDT, architecte
- Goedele DESMET, architecte
- Carlos FERRATER, architecte
- Dominique ERRARD, rédacteur en chef adjoint du Moniteur
- et Frédéric LENNE, directeur du département Architecture du Groupe Moniteur.
Je tiens à remercier chacun d’entre eux pour leur investissement personnel et pour la qualité des débats que nous avons menés.

Après le Centre national de la Danse à Pantin en 2004 et la Bibliothèque Universitaire à Orléans en 2005, c’est l’Extension de l’Hôtel de Ville de Marseille, que le jury a désigné cette année comme lauréat du prix de l’Equerre d’Argent 2006.
Un tel édifice se drape généralement des attributs du pouvoir. Or, l’extension de la mairie de Marseille se distingue, au contraire, par une absence de façade et la création d’un nouvel espace public.
Le jury a donc été sensible aux options prises par le maître d’ouvrage qui, fait rare, n’a pas choisi un édifice émergent, franchement visible, mais a souhaité offrir de meilleures conditions de travail aux personnels et aux élus de la municipalité, en redonnant aux marseillais un espace public largement dimensionné.

Ce projet concilie urbanité et fonctionnalités nouvelles et, conformément à l’esprit du prix de l’Equerre d’Argent, c’est bien la relation réussie entre un maître d’ouvrage et un architecte qui est ici reconnue.
Je crois par ailleurs, Monsieur le Maire de Marseille, que ce Prix arrive à un moment important pour le développement de votre cité et vous aurez probablement l’occasion de nous en parler tout à l’heure.
Le Jury a également été sensible au travail de l’architecte, Franck Hammoutène, qui a su inscrire dans une topographie complexe le programme des nouveaux équipements, en reliant entre eux les bâtiments existants et en créant un nouvel espace public.
Il a pris le parti de la discrétion en insérant la totalité du programme dont l’importante salle de délibérations du Conseil Municipal sous un parvis qui renoue avec les perspectives urbaines chères aux Marseillais vers le Vieux Port et Notre Dame de la Garde.
Comme rien n’arrive vraiment par hasard, je rappellerai que Franck Hammoutène a été lauréat du prix de la Première Œuvre, il y a très exactement vingt ans.

Cette année le jury a voulu souligner la qualité particulière de la sélection présentée à l’Equerre d’Argent par deux mentions spéciales qui complètent le palmarès.
Elles ont été attribuées à deux réalisations parisiennes de grande qualité :
- L’extension du campus universitaire de Jussieu qui emprunte au centre commercial sa stratégie fonctionnelle et dont l’Atrium, véritable poumon de l’Etablissement, a été conçu comme un lieu de vie et de circulation.
- La passerelle Simone de Beauvoir qui relie le parvis de la Bibliothèque Nationale de France aux jardins du parc de Bercy associant étroitement la technique et l’architecture et apportant à la ville un nouvel espace public qui invite au repos et à la contemplation.

A côté de l’Equerre d’Argent, nous attachons aussi une grande importance au prix de la Première Œuvre et cette année nous avons eu la satisfaction de pouvoir examiner un plus grand nombre de réalisations de qualité, ce qui souligne la maturité et le réel professionnalisme de la jeune génération.
Le prix de la Première Oeuvre 2006 est attribué à la transformation par les jeunes architectes Rémi Pascal et Pierre Bouillon d’une banale demeure de banlieue en loft contemporain, suite à un long et patient dialogue avec le maître d’ouvrage privé.
Leur projet ne s’est pas attaché à fabriquer une nouvelle image extérieure du bâtiment mais il en a judicieusement recomposé les espaces intérieurs.
Imaginant le nombre important de "banales demeures de banlieue", je ne peux que souhaiter qu’un grand nombre d’entre elles connaissent un destin identique… en faisant appel à de jeunes architectes.

Vous le savez, Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs, les Prix d’architecture du Moniteur sont décernés chaque année et le cru 2006 correspond à leur 24ème édition. Cette année, le jury international a été appelé à statuer sur une sélection qui nous est apparue d’une grande qualité.
Ces réalisations sont un témoignage de ce que la demande d’architecture s’amplifie et que les architectes y répondent en déployant à la fois leur virtuosité et leurs capacités à « tenir » les projets.
La qualité de la sélection et le palmarès 2006 confirment un mouvement dont il faut se féliciter : l’architecture s’installe comme un élément central dans notre société.
Le débat architectural est très présent dans nos villes à travers les questions de requalification des espaces publics, de mixité urbaine, de logement, de transport, de nouvelles centralités… et même de densité urbaine puisque l’on ose de nouveau parler d’architecture verticale et de projets de tours aux portes de Paris... ou à Marseille, n’est-ce-pas Monsieur le Maire ?
Le débat architectural semble aussi intéresser d’avantage nos concitoyens dont l’intérêt esthétique se limitait aux domaines de l’habillement ou de la décoration et qui aujourd’hui s’étend aux formes de l’architecture mais aussi à ses fonctions et à son impact sur le développement durable.
La conséquence naturelle de toutes ces évolutions, c’est une plus grande présence de l’architecture dans les médias et un nouvel intérêt manifesté par le grand public qui, je l’espère, Monsieur le Ministre, se concrétisera lors de la prochaine ouverture de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine.
Certains pourront trouver ce tableau par trop idyllique mais quand la dynamique est positive pourquoi se priver de l’encourager, pourquoi ne pas la susciter davantage ?
Il nous faut donc poursuivre nos actions pour aider l’architecture à s’installer davantage à tous les niveaux.
Ce qui permettra aux entreprises d’architecture d’atteindre une taille suffisante pour aborder de nouveaux marchés.
Ce qui leur permettra d’obtenir un meilleur retour économique de leur apport conceptuel.
Ce qui permettra enfin de toujours placer l’exigence architecturale à un niveau élevé quels que soient les modes de financement.
Ces objectifs sont d’autant plus légitimes que le contexte économique est particulièrement dynamique pour le secteur de la Construction. Les architectes et l’architecture doivent en profiter et y trouver mieux leur place.
Vous l’avez compris, Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs, face à un bon cru 2006 des Prix d’Architecture, et dans un contexte manifestement propice, le message de ce soir est volontairement optimiste : l’architecture s’installe et nous devons l’aider à s’installer avec audace, imagination et une vraie exigence de qualité.
Cette demande d’architecture est un enjeu important pour le développement social, économique et environnemental de notre société et elle devra avoir toute sa place dans les grands débats politiques des prochains mois.

Lire aussi le discours du ministre de la Culture

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

AMC n°261 - Spécial Intérieurs 2017

Date de parution : 07/2017

Voir

Nouvelles architectures en métal

Nouvelles architectures en métal

Date de parution : 11/2016

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur