En direct

L’architecture à Nancy ne veut ni fleur ni couronnes pour un ancien magasin

Christian Robischon, bureau de Strasbourg du Moniteur |  le 19/08/2016  |  ArchitectureBâtimentMeurthe-et-MoselleERPCentre commercial

Plusieurs noms de l’architecture à Nancy paient de leur personne depuis plusieurs jours pour sauver de la destruction un ancien magasin fleuriste, témoin selon eux de l’architecture moderne locale. L’immeuble, incontestablement atypique, en vaut-il la peine ?

Le monde de l'architecture à Nancy est en émoi depuis quelques jours... pour un ancien magasin de fleurs, désaffecté depuis dix ans et voué à la démolition. Mais pas n'importe lequel, soutient le « comité de défense » qui s'est constitué autour d'enseignants, chercheurs et praticiens de l'architecture en activité ou en retraite. La révolte est sonnée notamment par l'historienne de l'architecture Catherine Coley, le maître de conférences à l'université de Lorraine Gilles Marseille, le chercheur Joseph Abram, l'architecte André Vaxelaire ainsi que Denis Grandjean, ancien directeur de l'Ecole d'architecture de Nancy. Toutes ces personnalités se font batteurs de pavé depuis le 16 août pour faire physiquement barrage à la destruction.

Celle-ci est prévue par le groupe Batigère, propriétaire du bâtiment, comme point final d'une opération d'habitat « totalement concertée » avec les riverains qui permettrait d'aérer l'espace public au pied du tramway, et en vertu du permis de démolir accordé par la mairie le 26 mai dernier.


« Témoin de l'architecture des Trente Glorieuses »...

Le bâtiment de l'ex-magasin « Christophe » ne semble pas payer de mine aux yeux de tout le monde, mais pour le comité, il faut regarder sa façade arrière, dont la « grande inventivité qui en fait un témoin majeur de l'architecture des Trente Glorieuses à Nancy ». Plus précisément, de « l'architecture organique caractérisée par la recherche de la fluidité des circulations, les formes courbes et l'usage de matériaux naturels bruts, en l'occurrence ici la pierre de Villacourt », explique Gilles Marseille. L'ex-magasin nancéien se structure autour d'une rampe en béton à partir d'un noyau central, qui parcourt l'étage puis le toit-terrasse sur monté partiellement d'une couverture en ardoise.

Il s'agit de l'œuvre principale que laisse à la postérité Maurice Baier, un architecte local décédé en début d'année, qui mériterait meilleure notoriété, toujours selon les défenseurs de l'ancien magasin. « Il a ouvert toute une génération d'architectes à l'architecture américaine incarnée par Frank Lloyd Wright puis Bruce Goff », plaide Gilles Marseille, qui avoue n'avoir prêté que moyennement attention à cet immeuble nancéien, mais s'est « convaincu de la nécessité de le sauver, une fois entré dedans ».

La mobilisation in extremis ne manque pas d'étonner le maître d'ouvrage et la collectivité, alors que l'instruction de la demande de permis s'est déroulée dans l'indifférence et que son octroi a fait l'objet de la publicité habituelle requise, sans susciter de recours. « L'immeuble n'étant ni classé, ni inscrit, ni même répertorié aux Monuments historiques, il n'y avait aucun motif légal de refuser le permis de sa démolition », souligne-t-on à la mairie.

... devenu « vétuste et peu fonctionnel »


L'œuvre obtient un sursis. Les pelleteuses ont rebroussé chemin cette semaine et Batigère a accepté d'ouvrir une nouvelle phase de concertation de quelques semaines. Le bailleur se dit prêt à céder le site mais pour cela, il indique attendre du comité de défense des « propositions pour des projets de valorisation viables économiquement ». Ce n'est pas gagné d'avance : les tentatives de relocation ou revente sont restées vaines pendant cinq ans. Depuis, les outrages du temps ont fait leur effet jusqu'à rendre l'immeuble « vétuste et peu fonctionnel », expose le propriétaire.

Commentaires

L’architecture à Nancy ne veut ni fleur ni couronnes pour un ancien magasin

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'éveil métropolitain

L'éveil métropolitain

Date de parution : 01/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur