L'AQC présente son Flop 10 annuel

L'AQC présente son Flop 10 annuel

Maya Pic |  le 14/09/2021  |  Pathologie des ouvragesPathologie du bâtimentSinistralité DésordresAQC

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Pathologie des ouvrages
Pathologie du bâtiment
Sinistralité
Désordres
AQC
100 % second œuvre
100 % gros œuvre
France
Stores et fermetures
Valider

L'Agence Qualité Construction a publié l’édition 2021 de son Observatoire de la qualité de la construction. Ce rapport établit notamment un flop 10 des désordres les plus récurrents et coûteux.

L’Observatoire de l’AQC s’appuie sur quatre dispositifs d’observation : Sycodés, Alerte, REX Bâtiments Performants et VigiRisques. Le Sycodés identifie les pathologies les plus récurrentes afin de mieux les connaître et les prévenir. Son Flop 10 présente les 10 éléments d'ouvrage dont les désordres sur travaux neufs sont les plus courants et les plus coûteux en réparation.

Les revêtements de sol intérieur, n°1 des flops

En maison individuelle, sur la période 2018-2020, les revêtements de sol intérieur restent en première place du Flop 10 (11,5 % de l’effectif des sinistres). Une sinistralité qui a presque doublé depuis 25 ans et qui, pour Catherine Labat, expert construction au cabinet Neoxa-Ixi, peut être due aux chapes fluides de plus en plus utilisées : « Elles présentent une sensibilité élevée au retrait pendant le séchage et peuvent faire des "vagues" (appelé tuilage), ce qui entraîne à moyen terme des fissures dans le carrelage. »

Sur le même sujet Le revêtement de sol intérieur, numéro 1 du « flop 10 » de l’AQC

La catégorie « Couverture en petits éléments » conserve la deuxième place en maison individuelle (9 % des sinistres), mais est en diminution sensible depuis 25 ans (12 % sur la période 1995-2009). « Cette baisse est probablement liée à une pose mieux réalisée et à l’utilisation beaucoup plus fréquente d’écrans de sous-toiture en protection contre la neige, y compris dans les régions où ce n’est pas obligatoire » estime Jean-Jacques Laubeuf, président d’IXI Groupe.

Autre exemple mais en logement collectif cette fois, les sinistres liés aux fenêtres et portes-fenêtres (hors toiture) sont en troisième position en effectif (8 %), en augmentation de 2 % par rapport à la période 2010-2020. La mise en œuvre de la RT 2012, avec les essais d’infiltrométrie d’air, nouveau sinistre potentiel, pourrait expliquer cette hausse.

Alerte sur la mousse PU projetée in situ

En 2021, le dispositif Alerte de l’AQC fait état d'un nombre accru de sinistres avec de la mousse polyuréthane projetée in situ, en isolation sous chape, principalement en maison individuelle. Ce désordre se manifeste par une déformation de la mousse avec un affaissement qui peut être ponctuel et réparti aléatoirement. Le tassement commence rapidement, entre 2 et 4 semaines après la projection, mais le désordre peut apparaître plus tardivement (jusqu'à 5 à 6 mois après la réception du chantier). L'ampleur de l'affaissement varie de 3 à 5 cm selon l'épaisseur de la mousse projetée (de 6 à 10 cm).

Le rapport 2021 complet – avec les chiffres, les graphiques et des focus sur les deux autres dispositifs d'observation de l'AQC – est disponible gratuitement sur le site qualiteconstruction.com.

Commentaires

L'AQC présente son Flop 10 annuel

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil