En direct

L’animal fête le patrimoine rural, les 16 et 17 juin
Le petit patrimoine rural s'exposera dans 1000 animations locales, les 16 et 17 juin - © © patrimoine environnement

L’animal fête le patrimoine rural, les 16 et 17 juin

Laurent miguet |  le 23/04/2018  |  SantéTechniqueEnvironnementPatrimoine

1000 animations déclineront le thème « l’animal et l’homme », les 16 et 17 juin aux 21es « journées du patrimoine de pays et des moulins ». « Cette fête de la ruralité célèbre aussi les paysages écrin », souligne Alain de la Bretesche, président de la fédération Patrimoine Environnement, et porte-parole du comité de pilotage qui réunit 8 associations. L’agro-écologie et la micro-hydroélectricité alimentent le débat sur la modernisation de ce patrimoine paysager.

La bergerie royale de Rambouillet diffusera un des messages clé des 21es « journées du patrimoine de pays et des moulins » : l’agroécologie ramène la ruralité vers la modernité. Construit en 1784 et 1785 sur ordre de Louis XVI pour rattraper le retard français dans les techniques agricoles, le site de la première école de bergers, ouverte en 1794, accueillera l’événement phare, parmi les quelque 1000 animations programmées les 16 et 17 juin autour du thème « l’homme et l’animal » avec le parrainage du journaliste Jean-Pierre Pernaut.

Derrière les démonstrations des services rendus par l’élevage au transport, à l’habillement et à l’alimentation, l’institution dévoilera sa vocation pédagogique actualisée à la lumière du défi écologique : ses 25 chargés de mission renouvellent le référentiel des lycées agricole publics.

Consensus agro-écologique

L'écopâturage renouvelle la relation entre l'animal, l'homme et le paysage, thème des 21èmes journées du patrimoine de pays.
L'écopâturage renouvelle la relation entre l'animal, l'homme et le paysage, thème des 21èmes journées du patrimoine de pays.

« Avec l’agroforesterie que nous expérimentons depuis un an sur deux parcelles, le paysage redevient un vrai sujet, alors que l’agriculture intensive l’avait sorti du jeu », souligne Roland Delon, directeur de la bergerie royale qui a accueilli 115 000 visiteurs en 2017. Associant culture et élevage, les deux sites pilote d’agroforesterie mettent en scène un milieu forestier et un verger fruitier. Ils contribuent à la nouvelle image de la Bergerie royale, à côté de deux restaurations en chantier et en cours d’études : ces opérations concernent l’un des plus grands colombiers d’Ile-de-France et la cour impériale construite en 1805, soit 19 ans après l’arrivée des moutons offerts par le roi d’Espagne, noyau de la race dite des « mérinos de Rambouillet » que la France a exportée de l’Argentine à la Nouvelle-Zélande.

Les restaurations patrimoniales et les expérimentations agro-écologiques enrichissent un patrimoine paysager préservé par 13 km de murs et caractérisé par des aménagements sans équivalent, comme les tirées de faisans. « Avec leurs haies et leurs mares, ces paysages protégés constituent une chance exceptionnelle pour l’agriculture bio », souligne Roland Delon. Surveillé par ses trois tutelles – Culture, Agriculture, Ecologie – le domaine intègre la chasse fermée au public et riche d’une biodiversité remarquable, tant pour la petite faune endogène que pour des espèces importées comme le cerf Sika, offert au président Sadi Carnot par l’empereur du Japon.

Discorde hydraulique

A Mellac (Finistère), l'association présidée par l'ancien ministre Louis Le Pensec ranime le moulin du XVème siècle et ses abords.
A Mellac (Finistère), l'association présidée par l'ancien ministre Louis Le Pensec ranime le moulin du XVème siècle et ses abords.

A côté de l’agro-écologie, la gestion de l’eau constitue l’autre toile de fond des journées du patrimoine de pays et des moulins. Dans sa contribution à l’événement, la fédération française des amis des moulins (FFAM) s’appuie cette année sur le domaine du Moulin Blanc, situé au carrefour de plusieurs itinéraires de randonnée à Mellac (Finistère) : l’association locale présidée par Louis Le Pensec, ancien ministre socialiste de l’Agriculture et de la pêche, a redonné vie à ce monument du XVe siècle. Un inventaire triannuel de la biodiversité et l’accueil de classes de nature témoignent de la contribution de l’association locale à la connaissance et à la pédagogie environnementales.

Mais il en faudrait plus pour clore le dossier des contributions des moulins à la micro-hydroélectricité : quelles  voies de compromis trouver entre patrimoine, continuités écologiques et énergies renouvelables ? Le débat fait rage depuis le Grenelle, il s’est intensifié avec la loi Biodiversité, et les derniers signes donnés par l’Etat nourrissent les inquiétudes de la FFAM et de Patrimoine Environnement : « Comment parler de conférence de consensus, si nous sommes exclus des réunions préparatoires aux assises de l’eau annoncées par le président de la République ? »

Alain de la Bretesche, président de Patrimoine Environnement, prépare un courrier conjoint avec son homologue de la FFAM Alain Forsans, pour alerter le président de la République, avant les assises de l’eau, attendues pour cet été.

Dernière ligne droite pour les Entrées de ville

Jusqu’au 15 mai, les villes peuvent proposer leur candidature au 15e concours national des entrées de ville et reconquête des franges urbaines.

Patrimoine Environnement et Sites et Cités remarquables de France ont relancé, avec un rythme biennal, le concours mis entre parenthèses entre 2013 et 2015, après 13 éditions annuelles. Soutenues par les ministères de l’Ecologie et de la Culture, les deux associations misent sur cette nouvelle configuration pour soutenir leur cause dans la durée : « Faire connaître et valoriser des démarches engagées en faveur d’espaces de qualité dans les entrées de ville et les franges urbaines ». Autrement dit, lutter contre la France moche des zones commerciales périphériques. Un colloque présentera les lauréats en décembre.

Commentaires

L’animal fête le patrimoine rural, les 16 et 17 juin

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX