En direct

L’Aigle reprend son envol
Le refuge de l'Aigle est perché à 3 440 m sur un éperon rocheux en forme de bec : le pic de l’Aigle, émergeant entre le glacier de l’Homme et celui du Tabuchet dans les Alpes - © © Louis Gaillot

L’Aigle reprend son envol

avec Xavier Crépin |  le 03/08/2015  |  IsèreHautes-AlpesTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Isère
Hautes-Alpes
Technique
Valider

Le fameux refuge de l’Aigle, situé à 3450 m d’altitude a été inauguré le 9 juillet dernier.

Dans un site exceptionnel, accroché au rocher de l’Aigle, et face aux arêtes de la Meije, « l’Aigle », 3450 m d’altitude, appartient depuis plus d’un siècle au club très fermé des refuges mythiques.

D'une capacité de 18 places inadaptée pour répondre à une fréquentation croissante en pleine saison et subissant au fil des ans les outrages du temps, la frêle cabane centenaire était devenue vulnérable, notamment face au risque d’incendie, le refuge avait donc été fermé le 23 octobre 2012 pour être réhabilité.

Un projet a vu le jour qui augmente sa capacité d’accueil (30 places contre 18), améliore le confort et répond aux exigences contemporaines tout en respectant les dimensions patrimoniale et historique.

Pour ce faire, une véritable coque de confortement vient envelopper l’ancien refuge qui a été remonté pièce par pièce. Constituée de panneaux bois massif contrecollés en épicéa de 140 mm, cette carapace est isolée de laine de bois latexée de 60 mm puis habillée de tuiles d’aluminium. Un bardage de mélèze signale le pignon sud. L’installation de triple vitrage a été nécessaire pour résister aux vents. Le bâtiment sera autonome en eau chaude grâce à des capteurs solaires.

Pour acheminer les 12 t de métal et les 32 t de bois certifié des Alpes, le rôle de l’hélicoptère, qui fera aussi office de grue, est déterminant. Sur un budget de 1,5 million d’euros (études comprises), le coût des travaux s’élève à 1 million HT dont 100 000 euros d’héliportage.

Comme le précise Jacques Felix-Faure, architecte à l’Atelier 17C « répéter les choses permet de diminuer les risques d’un chantier en altitude où la météo fait la loi ». Ainsi, l’Atelier 17C et le bureau d’études Hervé Vieille ont formé une véritable cordée avec les entreprises et les ouvriers.

Commentaires

L’Aigle reprend son envol

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur