Transport et infrastructures

L’agglomération de Bordeaux opte pour Keolis et lance la 3è phase du tramway

La communauté urbaine de Bordeaux devrait changer d’opérateur pour ses transports en commun d’ici quelques jours. Le 23 octobre, à l’issue d’un bureau partagé, le président de la Communauté urbaine de Bordeaux, Vincent Feltesse, annonçait sa décision de retenir l’offre du challenger Keolis, face à celle de Veolia, délégataire actuel.

La décision définitive devrait intervenir à l’issue du vote en Conseil communautaire du 28 novembre prochain.
«Avec près de 750 millions d’euros, il s’agit de la plus grosse délégation de service public de la mandature» se félicite Vincent Feltesse.
L’élu revient sur «plusieurs mois d’une négociation musclée avec les deux candidats dont le principe a été de jouer à la hausse l’offre de transport, et à la baisse notre participation à l’équilibre financier». Keolis s’engage ainsi à faire passer la fréquentation de 90 millions de voyages/an à 147 millions/an, soit une augmentation de 50% pour 32 millions de km parcourus. Et à faire baisser la contribution forfaitaire d’exploitation à 83 millions d’euros d’ici 2013 (contre 100 millions actuellement) «et sans augmentation de tarifs voyageurs, hors inflation» précise le président. D’autant, comme le précise Alain Juppé, premier vice-président, «que le risque financier lié à l’exploitation est pris par l’opérateur.»

La 3è phase du tramway financée
«Ces marges de manœuvre, qui vont s’ajouter à aux engagements de l’Etat découlant du Grenelle de l’environnement -50 millions d’euros- vont nous permettre de financer intégralement la 3è phase du tramway». Alors que la 2nde phase vient de s’achever par la mise en service du prolongement de la ligne B vers Bacalan (voir nos éditions du 24 octobre p. 49), la troisième phase comporte pas moins de 17 km de tramway supplémentaires et 7 km de tram train vers le Médoc. Pour un investissement estimé à 450 millions d’euros. Les prolongements sont particulièrement attendus, puisqu’ils desserviront d’ici 2013 certains points névralgiques de l’agglomération, comme l’aéroport de Mérignac (prolongement ligne A), le parc des expositions (prolongement ligne C) ou encore, les secteurs résidentiels et d’activités en plein essor démographique, vers l’ouest (nouvelle ligne D vers Eysines, Le Taillan et Saint-Médard en Jalle) et au sud (prolongement de la ligne C vers Bègles et Villenave d’Ornon).
«Le renouvellement du contrat de délégation du service public des transports constitue bien le levier à partir duquel la Communauté urbaine va se trouver en capacité de poursuivre la révolution amorcée sur le terrain des déplacements» renchérit Gérard Chaussez, élu communautaire en charge des déplacements. Alors que la fréquentation du réseau TBC s’établit à près de 85 millions de voyages en 2007, Keolis table sur une augmentation minimum de 50 millions de voyages entre 2009 et 2013, notamment par une refonte des lignes bus, un cadencement des lignes principales et des rames supplémentaires pour le tramway. Un engagement sur la fréquentation qui permettrait de doubler quasiment les recettes (36 M€ en 2007) et de diminuer la contribution versée par la Communauté urbaine pour l’exploitation du réseau. Le président de la CUB a tenu également à intégrer dans la discussion le vélo en libre service, qui devrait fonctionner d’ici l’été 2009. En bref, «on obtient une offre supplémentaire de 18% de transport, pour un coût diminué de 17% et un risque pris par le délégataire» résume Vincent Feltesse.

Bertrand Escolin (bureau de Bordeaux du Moniteur)

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X