En direct

« L’accessibilité repose sur la synthèse »
PHOTO - 569356.BR.jpg - © Ville de Sélestat

« L’accessibilité repose sur la synthèse »

Propos recueillis par Laurent Miguet |  le 01/07/2011  |  Collectivités localesBas-Rhin

Sélestat -

Pouvez-vous résumer la méthode d’élaboration du plan d’accessibilité de la voirie, récemment approuvé par la Ville de Sélestat ?

Après des années de réflexions internes, nous nous sommes posé la question de la nécessité d’un accompagnement extérieur. Sans avoir rien demandé, nous avons vu affluer des propositions de qualité très incertaine, avec des devis souvent prohibitifs, gonflés par l’opportunité des échéances légales.
Outre le prix, la société Ceciaa nous a convaincus par sa capacité de synthèse : je circule en fauteuil roulant ; l’un des ingénieurs de ce prestataire est malvoyant ; le comité consultatif, composé d’habitants de Sélestat, associe lui aussi plusieurs types de handicap, y compris des parents d’enfants déficients mentaux. L’élaboration du plan a découlé de ces regards multiples dans trois types d’espace : le centre historique, les grands axes de circulation et les quartiers d’habitation.

Au stade de la mise en œuvre, quels moyens vous donnez-vous pour garantir la qualité des réalisations ?

Nous connaissons bien les compétences des entreprises que nous choisissons par appels d’offres. Nous nous appuyons sur le retour de l’expérience de l’aménagement de l’îlot des Canards, en centre-ville, réalisé par le Nouveau Logis de l’Est. Expert dans l’accessibilité des bâtiments et des espaces publics, le CEP (1) a formé les parties prenantes de cette opération pilote.

Mutualisez-vous votre expérience avec d’autres élus locaux en charge du handicap ?

Un réseau alsacien essaie de tenir le rythme de réunions annuelles. Pour une ville moyenne comme Sélestat, qui compte environ 20 000 habitants, le passage à l’acte se révèle plus simple que dans des villes importantes comme Strasbourg ou Mulhouse.
J’ai tendance à recommander de ne se focaliser ni sur les enjeux réglementaires ni sur les budgets : il existait déjà des bonnes lois avant 2005, trop peu utilisées. Quant aux budgets, il arrive toujours un moment où ils s’épuisent : la bonne approche consiste à mon avis à intégrer l’accessibilité dans tous les projets, parmi les prestations de base, ce qui permet souvent d’arriver à des solutions efficaces et peu coûteuses.

Commentaires

« L’accessibilité repose sur la synthèse »

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX