En direct

L'A20 en noir et blanc

GUILLAUME DELACROIX |  le 10/04/1998  |  TransportsProduits et matérielsMatériel de chantierTravailTarn-et-Garonne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Produits et matériels
Matériel de chantier
Travail
Tarn-et-Garonne
Corrèze
France
Lot
Valider

Sommaire du dossier

  1. Chantiers d'hiver : les remblais allégés
  2. Remblais : la maîtrise du polystyrène
  3. Une place en billes d'argile
  4. AVIS TECHNIQUES PUBLIES
  5. 1 mm de tolérance sur le parvis du Stade de France !
  6. Les laitiers d'aciérie ont trouvé leur stabilité
  7. 140 000 m2 de revêtement aéronautique
  8. Quand les routiers font de l'assainissement
  9. NOTES D'INFORMATION PUBLIEES
  10. L'A20 en noir et blanc
  11. Des techniques éprouvées, pour le revêtement des chaussées
  12. Béton armé continu sur un enrobé
  13. Adapter l'étanchéité à l'ouvrage
  14. Granulats : responsabilité du producteur
  15. Où en est la recherche ?
  16. La chasse au bruit devient une des priorités
  17. Des matériaux recyclés performants
  18. L'enrobage reste une question fondamentale
  19. Matériels de chantier Contrôle des enrobés
  20. MATERIEL DE CHANTIER Colmatage des fissures
  21. Matériels de chantier Marqueuse pour dosage inversé
  22. Matériels de chantier Fraiseuse à chenille escamotable
  23. Matériels de chantier Largeur de fraisage de 0,5 à 2 m
  24. Matériels de chantier Un tandem de 7 t
  25. MATERIAUX Isolation-étanchéité circulable
  26. MATERIAUX Revêtement à structure métallique
  27. MATERIAUX Microbéton bitumineux pour couche de roulement
  28. MATERIAUX Enrobés silencieux
  29. MATERIAUX Enrobé coulé à froid
  30. MATERIAUX Bitumes pour voirie
  31. MATERIAUX Granulats froids mousse de bitume chaud
  32. Les routes du XXIe siecle
  33. La route communicante au service de la sécurité et du confort de l'usager
  34. Routes : le virage écologique
  35. «Prévoir le recyclage d'une chaussée dès sa conception»
  36. «Des projets d'implantation aux abords des grandes agglomérations»
  37. Régénérer la couche de roulement par retraitement
  38. «Maîtriser la rupture des émulsions de bitume»
  39. Les différentes couches constituant la route

-Les couches de fondation de l'autoroute Vierzon-Montauban : 16 km de grave-ciment en Corrèze, 21 km de grave-bitume en Tarn-et-Garonne. -Guidage des niveleuses et d'une autograde par des tours-lasers.

Gratuite jusqu'au sud de Brive-la-Gaillarde, l'autoroute A20 est ensuite concédée à la société Autoroutes du sud de la France (ASF) jusqu'à Montauban. Sur les tronçons actuellement en travaux - Donzenac-Noailles et Cahors-Sud - Montauban -, les choix techniques diffèrent selon la maîtrise d'oeuvre. En Corrèze, la direction départementale de l'équipement met en oeuvre du blanc, alors qu'en Tarn-et-Garonne, Scetauroute préfère le noir.

Dans le premier cas, la centrale de grave-ciment est installée à 10 km du chantier, ce qui nécessite la mobilisation d'une importante flotte de camions (plus de trente semi-remorques). D'une capacité de 700 t/h, cette centrale produit en moyenne 5 500 t chaque jour. Quatre trémies sont alimentées par des chargeuses qui parcourent, selon Christophe Casals, ingénieur travaux de Viafrance Grands Travaux, jusqu'à 140 km quotidiennement. Les granulats calcaires d'origine locale présentent deux coupures : 0/6 et 6/20. Ils sont mélangés au ciment puis à l'eau dans un malaxeur, selon les proportions suivantes : grave 0/6, 42,2 % ; grave 6/20, 54 % ; ciment CEM 32,5, 3,8 % ; eau, 6 %. Cette formulation contrôlée deux fois par jour permet d'obtenir une maniabilité de quatre heures du matériau, ainsi qu'un compactage optimal.

Des tours-lasers tous les 60 m

« Sur le chantier, les vérifications consistent à mesurer la densité après mise en oeuvre ; les produits à base de liant hydraulique offrent en effet des caractéristiques mécaniques qui sont fonction du pourcentage de vides », précise Christophe Casals. Le marché fixe ce pourcentage à 97 % sur plus de la moitié des mesures effectuées. Déversée par les camions, la grave-ciment est mise en place 30 m en arrière par deux niveleuses, compactée par quatre cylindres vibrants, puis profilée par une autograde, elle-même suivie d'un compacteur à pneumatiques qui ferme la couche de base. Première caractéristique : les niveleuses sont guidées par des lasers tournants installés sur des tours mobiles, comme sont maintenant guidés les finisseurs. La réalisation de la plate-forme s'opère donc sans compensation manuelle. Des mâts fixés sur la machine reçoivent le signal et transmettent les coordonnées du tracé à l'ordinateur embarqué qui en déduit la hauteur du tambour et de la lame et donne l'ordre à la machine. Les tours-lasers sont montées sur roulettes et viennent prendre position tous les 60 m pour mesurer les profils en long et en travers.

Une autograde de 8,75 m de large

Seconde caractéristique : l'autograde forme le profil définitif en pleine largeur. Cette énorme machine de 8,75 m de large est commandée par deux personnes. Elle « gratte » la grave-ciment à l'aide d'un tambour muni de « griffes », qui déstructurent la surface, et d'une lame qui réalise le réglage depuis les informations fournies par les tours-lasers.

La grave-ciment est recouverte d'une émulsion à 1 kg/m2, puis d'un gravillonnage (6 à 8 l/m2), de façon que son humidité soit maintenue. Cette sorte d'étanchéité permet en même temps d'assurer l'accrochage de la couche bitumineuse supérieure.

Sur le tronçon sud, les trois quarts du tracé sont réalisés sur un remblai. La couche de réglage du terrassier est d'abord rabotée à l'autograde sur 3 cm, avant la mise en oeuvre du noir avec des granulats 0/14, à raison de 12 cm de grave-bitume en couche de fondation, de 11 cm de grave-bitume en couche de base, et enfin de 7 cm de béton bitumeux semi-grenu en couche de roulement. Une émulsion d'accrochage est épandue entre chaque couche.

« La difficulté de ce chantier est due à la présence de vingt-trois ouvrages de franchissement, explique Jean-Noël Roberties, directeur des travaux de Viafrance Grands Travaux. Outre les reprofilages nécessaires pour corriger les déformations du génie civil, nous réalisons systématiquement un cavalier de protection sur l'étanchéité de l'ouvrage. Cela oblige à interrompre à chaque fois le travail du finisseur. » Celui-ci intervient en une seule fois (sur le profil en travers), puisqu'il présente une largeur de 9 m. Il est par ailleurs équipé d'un alimentateur, situé entre le camion et la trémie avant. Avec une cadence de 4 m/min, le chantier consomme de 5 000 à 6 000 t de matériau chaque jour.

FICHE TECHNIQUE

Tronçon nord

Maître d'ouvrage : Etat.

Maître d'oeuvre : DDE 19.

Entreprises : Viafrance Grands Travaux (groupe Eurovia), Razel (terrassements) et Cognac TP (RAU).

Marché Viafrance : 48 millions de francs.

Tronçon sud

Maître d'ouvrage : ASF.

Maître d'oeuvre : Scetauroute.

Entreprises : Viafrance Grands Travaux (groupe Eurovia), Valérian (terrassements), Sdel (RAU).

Marché Viafrance : 57,5 millions de francs.

PHOTO : Selon la nature des donneurs d'ordre, et donc de la maîtrise d'oeuvre, les procédés mis en oeuvre diffèrent. Ainsi, en couche de base, c'est une grave-ciment qui est employée à Brive (DDE); en revanche, entre Cahors et Montauban, Scetauroute met en oeuvre une grave-bitume sur un remblai.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil