Environnement

Johannesburg : les collectivités locales françaises s’engagent en faveur du développement durable

Mots clés : Collectivités locales - Démarche environnementale - Développement durable

Les collectivités locales et territoriales françaises ont pris l’engagement d’accélérer la mise en oeuvre des principes du développement durable sur leurs territoires, dans une déclaration commune qui sera présentée le 31 août 2002 au sommet de la Terre de Johannesburg.
« Les Français ne voulaient pas s’associer à une déclaration d’échec global. (Or) la première mission de Johannesburg est de faire le bilan de Rio et ce bilan est assez maigre », a déclaré à l’Agence Frnace Presse René Beaumont, président du conseil général de Saône-et-Loire et membre de la délégation française au sommet de Johannesburg.

« Ce qui a motivé la déclaration française c’est de dire: nous Français avons le sentiment que, depuis Rio, (…) nous avons avancé. Mais c’est vrai que, mondialement, cela n’a pas été aussi vite, l’un des gros achoppements de l’exécution de Rio c’est l’attitude des Etats-Unis », a estimé M. Beaumont, vice-président de l’Assemblée des départements de France (ADF).
Dans leur déclaration, rédigée le 4 juin en vue du sommet de Johannesburg, les collectivités locales et territoriales françaises s’engagent notamment à recourir prioritairement aux transports collectifs et aux circulations douces, à rechercher l’utilisation des énergies locales et renouvelables et à favoriser le développement d’une économie sociale et solidaire.

En matière de coopération décentralisée, elles s’engagent à « renforcer la coopération décentralisée et les jumelages » en faveur du développement durable. Elles appellent l’Etat à consacrer au moins 0,7% du PNB aux programmes de coopération avec les pays en voie de développement. « C’est une prise de conscience mondiale (pour dire) qu’il faut une action collective de tous les pays, quel que soit leur niveau d’évolution, (…) et qu’il faut traduire cela par des mesures concrètes dans les secteurs les plus urgents », en particulier l’eau, a ajouté M. Beaumont, jugeant « indécent » aujourd’hui qu’il y ait deux milliards de citoyens dans le monde qui ne puissent pas consommer une eau de qualité sanitaire satisfaisante.

Vous êtes intéressé par le thème Environnement ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X