Jérôme Thevard : « Après la fermeture, je vais garder les lien avec mes salariés »

Jérôme Thevard : « Après la fermeture, je vais garder les lien avec mes salariés »

Laurent Duguet |  le 18/03/2020  |  Eure-et-LoirConfinementCoronavirus

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Eure-et-Loir
Confinement
Coronavirus
Valider

Jérôme Thevard, 45 ans, est couvreur-charpentier. Son entreprise artisanale embauche douze salariés, à Epernon (Eure-et-Loir).

« Même si l’allocution du Président de la République n’était pas claire et laissait des portes ouvertes, j’étais parti pour fermer l’entreprise. Comme je fais partie d’une coopérative d’achat (Pluri’el, en Eure-et-Loir), qui compte 150 adhérents, j’ai échangé avec des collègues sur la situation sanitaire. On en est tous arrivés à l'idée, peu ou prou, que ça devenait compliqué de travailler et que notre responsabilité pourrait être soulevée, en cas de contamination de nos salariés ou des clients. Il faut donc passer par là ! C’est vrai qu’il y avait des avis partagés, mais même en créant des barrières, dans la mesure où l’on manipule des outils et des engins toute la journée, la meilleure solution, c’était d’arrêter.

J’ai vraiment pris cette décision mardi matin. J’ai appelé les clients, annulé les rendez-vous à venir, et j’ai enclenché les démarches pour mes salariés. J’ai constaté que les sites étaient saturés, les comptables débordés. L’ensemble de mes salariés est en chômage technique et mon assistante effectuera du télétravail. Quant à mes deux apprentis, qui devaient être en CFA cette semaine et qui, en raison de la fermeture, étaient en entreprise, se retrouvent au chômage technique. Je vais poursuivre, dans les jours à venir, les démarches administratives entamées. J’ai aussi contacté les banques pour reporter les échéances de prêts. Je vais essayer de ne pas me démunir de toute la trésorerie à court et moyen terme, sachant que je pense que cette situation va perdurer jusqu’en mai.

L’entreprise aura besoin de trésorerie pour tenir et relancer l’activité. Le problème réside dans la facturation : la plupart de mes clients sont âgés et règlent par chèque. Tout le monde étant confiné, ça ne va pas être facile. Je m’inquiète pour les autres entreprises qui n’ont pas de trésorerie. J’entends bien que l’Etat permet des reports de charge mais pour certains, dans trois ou quatre mois, il sera trop tard. Maintenant, je pense à mes salariés. Je vais les appeler régulièrement, garder le contact, savoir comment ça se passe pour eux. Nous sommes dans une activité toujours en extérieur et je sais que pour certains, ce confinement va être compliqué. Certes, les premiers jours ils vont bricoler, mais si la situation perdure, je crains que ça devienne compliqué. »

Commentaires

Jérôme Thevard : « Après la fermeture, je vais garder les lien avec mes salariés »

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Initiation à l’architecture, à l’urbanisme et à la construction

Date de parution : 08/2020

Voir

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur