En direct

Jean Mus, le paysagiste romantique de la méditerranée
Deux livres et un festival des jardins de la Côte-d'Azur placent Jean Mus sous les projecteurs de l'actualité paysagère. - © PAUL MAURER

Jean Mus, le paysagiste romantique de la méditerranée

Laurent miguet |  le 08/11/2016  |  ProfessionArchitectureAménagementCultureAlpes-Maritimes

Trois projecteurs médiatiques pointent leur faisceau vers le paysagiste emblématique de la Côte-d'Azur : sujet des « jardins méditerranéens contemporains » édité par Ulmer et des « jardins secrets de Méditerranée » réédités par Flammarion cet automne, Jean Mus assumera la fonction de porte-parole du premier festival des jardins de la côte d’Azur qui se déroulera en avril prochain dans plusieurs sites des Alpes-Maritimes.

Crinière blanche, regard lumineux couleur côte d’Azur, et sourire à l’avenant : de sa haute taille, Jean Mus rassure, avec sa voix rocailleuse et chantante, toujours prête pour de nouvelles digressions, au gré du vent, ce complice qu’il désigne comme « le moins cher des jardiniers ». Sur fond d’amour de la nature provençale, le mariage de la douceur et de la force rappellent le berger de « l’homme qui plantait des arbres » de Giono, en moins taiseux…

Généreux

Jean Mus aime parler, comme un conteur, plus que pour se mettre en avant : il se rappelle d’ailleurs avec frayeur son mutisme tétanisé, lors de sa première interview en radio. Dans les deux livres que lui consacrent les éditions Ulmer et Flammarion en ce mois de novembre 2016, le mot « jardin » prime sur le sien. Et quand il évoque ces ouvrages, il rend d’abord hommage à la journaliste américaine Dane McDowell, qui en a écrit les textes : « J’annonce 13 mots. Elle trouve les 80 qui en découlent, grâce à la complicité du cœur et à l’envie de partager ».

L’éloge suivant touche les photographes Vincent Motté et Philippe Perdereau, « missionnaires du soleil et de la lune », à l’affût de toutes les lumières. Puis viennent les jardiniers, qui savent écouter la respiration et la souffrance des plantes. Sans oublier les plantes elles-mêmes : Jean Mus laisse parler la nature, et cherche à « l’accompagner sans la trahir ». Le respect des autres transparaît dans les dernières pages des « jardins secrets de Méditerranée », à travers un carnet d’adresse où figurent toutes les compétences qu’il prend plaisir à agencer, du jardinier au ferronnier et au potier.

Elégant

L’élégance du partage se conjugue avec celle de la conception : pas la peine d’en rajouter pour tirer le meilleur parti d’un site. Jean Mus ne récuse pas sa réputation de sobriété, par rapport aux couleurs. Et tant pis si sa réticence, face aux tailles brutales, peut heurter la clientèle des horticulteurs : « Jean a toujours résisté aux sirènes de la mode. Il reste un romantique qui fonctionne à l’émotion, par opposition au cartésianisme », analyse Dane McDowell.

Les débats qui passionnent les représentants de sa profession ne l’intéressent guère : « Le statut de concepteur paysagiste ? Je m’en fous ! Je me définis comme un marchand de bonheur respectueux des lieux ». Mais il ne s’interdit pas pour autant d’ironiser sur la singularité de la Gaule du paysage : « Nous sommes le seul pays au monde à refuser l’appellation d’architecte paysagiste » ! Ce franc-parler reste sa marque de fabrique y compris lorsqu’il évoque sa fonction officielle de porte-parole du premier festival des jardins de la Côte d’Azur, qui se tiendra en avril : « Je n’ai dit oui à Eric Ciotti qu’après avoir choisi la composition du jury qui privilégiera les regards internationaux ».

Romantique

La hauteur de vue, par rapport à l’air du temps, renvoie aux origines : avant de décrocher son diplôme à l’école de Versailles voici un demi-siècle, Jean Mus a grandi auprès d’un « papa merveilleux », qui dirigeait une équipe de 17 jardiniers à Grasse. Dans le jardin de la villa Croisset dessiné par Ferdinand Bac, petit cousin germain de Napoléon III,  le futur paysagiste n’a pas seulement appris l’amour de la nature. Il s’est aussi imprégné de l’art de vivre de l’élite européenne du début du XXème siècle : un berceau sur mesure pour un romantique devant l’éternel.

Commentaires

Jean Mus, le paysagiste romantique de la méditerranée

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX