En direct

Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse :
- ©

Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse : "Le tram nous permet de démarrer d'autres grands projets"

Defawe Philippe |  le 12/05/2006  |  France Collectivités localesUrbanismeAménagementHaut-Rhin

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Transports
Collectivités locales
Urbanisme
Aménagement
Haut-Rhin
International
Architecture
Transports mécaniques
Valider

Trois questions Jean-Marie Bockel, sénateur et maire de Mulhouse, président du syndicat intercommunal des transports de l’agglomération mulhousienne (Sitram) à l’occasion de la mise en service de la première phase du tram-train.

Comment avez-vous appréhendé les enjeux d’aménagement associés à la mise en service du tram-train ?
Rappelons qu’il s’agit d’abord de répondre à un besoin d’amélioration des déplacements urbains non seulement par le tram, mais aussi par la prise en compte des modes doux. Sans tomber dans une attitude idéologique, la restriction physique de la place de l’automobile donne l’occasion de rendre l’espace public plus humain. Dans les quartiers desservis, la restructuration spectaculaire de la voirie de façade à façade, a servi de vecteur, d’atout et de levier à la politique de rénovation urbaine. Le tram nous a permis de démarrer des grands projets, dont celui de la Porte Jeune, symbole d’un échec urbanistique des années 70.

Mulhouse atteint-elle la taille critique pour justifier un projet aussi ambitieux ?
Après un premier mandat au cours duquel j’ai pensé qu’il ne s’agissait pas de l’outil adapté, je n’ai engagé la démarche qu’en raisonnant en fonction du tram-train. Avec ce mode, la population desservie passe à plus de 300 000 habitants. Entre temps, d’autres agglomérations de 200 000 habitants ont à leur tour choisi le tram. En ce qui concerne la dimension périurbaine, Mulhouse contribue à l’importation d’un concept novateur auquel peu croyaient. Entre le début 2003 et la fin 2005, Adrien Zeller, président du conseil régional d’Alsace, et moi-même, avons tout fait pour amener RFF à jouer le jeu, ce qui a sauvé le projet.

Comment espérez-vous gagner le pari d’un retour des activités tertiaires et commerciales vers le centre-ville?
A court terme, reconnaissons qu’il est plus aisé de trouver des bureaux faciles d’accès et à bon prix en périphérie qu’au centre. La zone franche urbaine des Collines, dont nous réalisons l’extension, contribue d’ailleurs à cette tendance. Je constate néanmoins que la conjonction du tram et des TGV Est et Rhin-Rhône suscite un intérêt nouveau pour Mulhouse. Le projet commercial d’Altarea confortera ce mouvement à la Porte Jeune. Mulhouse se caractérise par un poids du commerce périphérique plus important que la moyenne des autres agglomérations. Cette situation résulte d’un centre-ville trop petit. Nous créons les conditions pour l’agrandir.

Propos recueillis par Laurent Miguet

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil