En direct

Jean de Gastines, l’autre architecte du Pompidou-Metz
L'architecte Jean de Gastines - © © Thomas Gogny / Le Moniteur

Jean de Gastines, l’autre architecte du Pompidou-Metz

Marie-Douce Albert |  le 12/05/2010  |  ProfessionArchitectureMoselle

Pour faire son entrée sur le terrain hexagonal, l'architecte japonais Shigeru Ban se cherchait un allié. Tout s'est joué autour d'un dîner avec Jean de Gastines. Le Français, qui travaillait jusqu'alors surtout pour la commande privée, est son associé depuis 2003.

Dans un bureau, un Shigeru Ban-Gaston Lagaffe tente des expériences explosives tandis qu'un collègue à tête de Jean de Gastines toque furieusement à la porte. La planche de BD détournée par l'un des fils de l'architecte français amuse beaucoup son confrère japonais. Shigeru Ban ne sait pas bien qui est le personnage de Franquin au talent si particulier pour les catastrophes ; en revanche, il se reconnaît bien dans cette capacité à donner "des maux de têtes" à tous ceux qui doivent le suivre dans ses expérimentations. "Il est très facile de travailler avec Jean de Gastines. Pas avec moi... C'est pour ça que je l'apprécie", sourit l'architecte.

Rendez-vous arrangé

On peut cependant prêter des traits communs aux deux architectes qui ont construit le Centre Pompidou-Metz (*). Jean de Gastines est né à Casablanca en 1957, la même année que Shigeru Ban. On les décrits tous les deux comme assez discrets, pour ne pas dire réservés. Et ils partagent le même appétit pour la bonne chair et le bon vin. D'ailleurs ils se rencontrés autour d'une table il y a une dizaine d'années, alors que le Japonais se cherchait un associé pour commencer à travailler en Europe. Le Centre Pompidou déjà, n'était pas étranger à cette rencontre puisque le rendez-vous a été arrangé par un commissaire d'exposition de l'établissement. "Le dîner s'est très bien passé, se souvient Jean de Gastines. Et le lendemain, on démarrait." Pour le Français, cette association avec un confrère qui a commencé à se faire connaître pour ses architectures en papier et carton, est une occasion d'aborder des projets d'un genre nouveau.

Un jour...

Jean de Gastines qui avait d'abord voulu faire du cinéma et avait même eu l'occasion de travailler avec Ridley Scott, a finalement bifurqué vers l'architecture pour sortir diplômé des Beaux-Arts en 1984. Pendant ses études, il a fait un passage de plusieurs mois à l'agence californienne de Frank Gehry, à Santa Monica. Il y était chargé des maquettes. "Mais quand il s'agit d'exécuter les formes de Gehry, ce travail prend un tout autre sens", remarque-t-il. Il a également collaboré à la SCAU, avec Aymeric Zublena mais il n'avait en réalité aucune envie de "travailler pour quelqu'un". "Tous ces architectes que je voyais en agence et qui disaient 'un jour...' mais ne bougeaient jamais, me faisaient peur." Dès 1985, Jean de Gastines crée donc sa structure. Il commence petit, notamment par la rénovation d'un appartement dans le centre de Paris. Appartement qu'il a par la suite récupéré et qu'il habite depuis maintenant 28 ans.

Des chais aux thermes

Lui qui se dit volontiers "épicurien" œuvre dans des domaines qui évoquent le plaisir. Il fait des résidences de tourisme, des chais. Puis du monde du vin, il "passe à l'eau" en travaillant sur des établissements thermaux. Dans ces commandes privées, Jean de Gastines apprécie la proximité avec les clients. "Ils sont exigeants mais ils sont aussi très concernés. Ce sont eux qui prennent les risques." Shigeru Ban, il le dit lui-même, est plus atypique. Il tient le rôle de l'explorateur, de l'inventeur. "Il est évident que nous développons d'abord les idées de Shigeru, note Jean de Gastines. Mais je suis associé à la conception et aucune décision n'est prise sans l'accord de l'autre." L'inauguration du Centre-Pompidou-Metz n'annonce en rien la fin de leur collaboration. Il faut croire que son confrère japonais ne lui provoque pas tant de maux de tête.

(*) Pour la phase concours, Shigeru Ban et Jean de Gastines étaient associés à Philip Gumuchdjian

www.jdg-architectes.com

Lire aussi le portrait de Shigeru Ban, en cliquant ici

Commentaires

Jean de Gastines, l’autre architecte du Pompidou-Metz

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur