« Nous espérons que les cas contact non vaccinés se montreront responsables », Jean-Christophe Repon (Capeb)

Depuis le 3 janvier, les cas contact qui ont suivi un schéma vaccinal complet ne sont plus tenus de s’isoler. Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, commente les nouvelles règles, et enjoint aux employeurs de sensibiliser leurs salariés sur les bénéfices de la vaccination.

Partager
« Nous espérons que les cas contact non vaccinés se montreront responsables », Jean-Christophe Repon (Capeb)
Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, en appelle à la vaccination chez les salariés des TPE du bâtiment.

Comment accueillez-vous l’assouplissement des règles sur l’isolement des cas contact ?

Désormais, les personnes cas contact vaccinées ne sont plus soumises à l’isolement. Dans un contexte de pénurie de compétences et de retard dans l’acheminement des matières premières, je ne peux que me réjouir d’une mesure qui permettra de réduire les délais de réalisation des travaux. L’activité dans l’artisanat du bâtiment se porte bien, alors plus on permettra aux employeurs d’assouplir la gestion de leur activité tout en protégeant la santé des salariés et des clients, mieux ce sera !

Les cas contact non vaccinés, eux, doivent toujours s’isoler : comment prendre en compte cette obligation en entreprise ?

Cette mesure peut créer un angle mort. Dans les TPE, on se parle : on sait la plupart du temps qui est vacciné et qui ne l’est pas. De quoi, d’ailleurs, générer des conflits entre collègues entre les personnes qui défendent la vaccination et les autres !

Mais on peut imaginer des scénarios où des cas contact s’abstiendraient d’en informer leur employeur et se rendraient tout de même sur les chantiers. Nous espérons ainsi que tous les professionnels se montreront responsables. Faut-il encore savoir, avec ces contaminations galopantes, qu’on est cas contact ! Il appartient à chaque individu de faire la part des choses, mais nous souhaitons que les chefs d’entreprises encouragent leurs salariés à la vaccination, meilleure solution pour lutter contre la pandémie.

La multiplication des cas positifs due à l’extrême contagiosité du variant Omicron commence-t-elle à se ressentir au niveau de l’organisation des TPE ?

Je ne dispose pas, pour l’heure, de chiffres en matière de contaminations au sein de nos entreprises adhérentes. Mais on note, bien entendu, que, comme partout ailleurs, les salariés testés positifs y sont beaucoup plus nombreux. Les employeurs sont aussi contraints de revoir leurs plannings pour répondre à des demandes de clients qui sont eux-mêmes cas contact ou positifs, ou souhaitent décaler les travaux car ils sont actuellement en télétravail. Mais ce qui fait la force de l’entreprise artisanale, c'est son agilité, avec la possibilité, en cas de contraintes, de rebondir sur un autre chantier, d’intervertir des travaux.

Le variant Omicron nous rappelle la sensation d’insécurité que nous éprouvions au printemps 2020, où nous prenions d’infinies précautions tout en maintenant l’activité. Les entreprises ont joué le jeu en appliquant le guide de l’OPPBTP, et rares ont été les clusters survenus sur les chantiers du BTP. Cette période de forte contagiosité nous amène à redoubler de vigilance quant aux gestes barrière, au port de masque, au lavage des mains ou encore à la réduction de la coactivité.

Ne reste qu’à espérer une retombée de cette vague épidémique la plus rapide possible, pour éviter de désorganiser davantage nos entreprises : alors que nous bénéficions d’une belle activité dans le bâtiment, l’épuisement guette une partie de nos dirigeants.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

Sujets associés

NEWSLETTER Architecture

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil