En direct

« Je veux façonner une ville facile à vivre »

Propos recueillis par Fabienne Proux et Jean-Philip pe Defawe |  le 28/10/2011  |  Collectivités localesIlle-et-VilaineIndre-et-LoireLoire-AtlantiqueMaine-et-Loire

Le Mans -

Le maire du Mans Jean-Claude Boulard présente sa stratégie pour l’aménagement et le développement économique de sa ville. Il travaille à la création d’un pôle métropolitain avec la ville de Tours, auquel il espère associer Angers et Alençon.

Comment appréhendez-vous l’aménagement de votre ville ?

Je milite pour une ville facile à vivre, c’est-à-dire : des loyers abordables, des transports publics fonctionnels, des services publics accessibles, des logements près des zones d’emploi pour réduire les déplacements, la culture à portée de main et une activité économique dynamique. Tous les équipements structurants, culturels, sociaux, sportifs de la ville et de la métropole seront bouclés à la fin de la mandature, et lorsque la deuxième ligne de tramway sera en service, ils seront tous accessibles en tramway.

Quel rôle jouent les collectivités locales dans les périodes de crise économique ?

Par leurs investissements et leur dynamisme, elles atténuent le recul au niveau national, mais cela ne doit pas empêcher de rester lucide et d’admettre que, quoi qu’en disent les grands élus, la vie de certaines populations de nos territoires s’est détériorée depuis 2008. Alors que partout on parle d’économies, nous arrivons encore à maintenir nos investissements et répondre à des besoins, la question est de savoir pour combien de temps. Gouverner, c’est adapter son territoire à l’imprévisible tout en étant opportuniste et en capitalisant sur ses fondamentaux.

Quels sont les fondamentaux du Mans ?

En économie : une industrie automobile et une filière assurance dynamiques. Et en matière d’infrastructures : une étoile autoroutière à sept branches, une gare TGV à 50 m de Paris, un aéroport international (Roissy) à une heure et demie en train, le port du Havre, ainsi qu’un quartier tertiaire de 120 000 m 2 gare sud et une réserve foncière de 12 ha sur le site de l’ancien hôpital psychiatrique. L’enjeu est de développer la logistique de transport en profitant du fait que 12 millions d’habitants peuvent être desservis à partir du Mans en moins de 1 h 30 d’autoroute. Nous travaillons avec le promoteur Buildert Art et l’exploitant Idec à l’implantation d’une base logistique de 50 ha sur la zone d’Auvour, à Yvré-l’Évêque.
En matière de développement économique, ma démarche consiste à maintenir l’industrie par l’adaptation de filières déjà présentes telle que l’automobile - avec la création d’activité autour des batteries électriques - et l’agroalimentaire via l’implantation d’une vraie filière halal appelée à devenir un site exemplaire de production et de transformation en Europe.

Quel regard portez-vous sur le pôle métropolitain Loire-Bretagne (voir p. 128) ?

Le Mans est davantage tourné vers le bassin parisien que l’Ouest. Que Nantes et Rennes vivent ensemble me paraît justifié, mais le triangle Tours-Angers-Le Mans a une réelle pertinence, car ces trois villes ont la même dimension et aucune ne dominera l’autre. Nous sommes d’ailleurs en train de créer avec Tours, et peut-être Alençon, un pôle métropolitain. Nous espérons qu’Angers s’associera à notre démarche en mesurant les avantages d’appartenir à deux ensembles. Cet espace métropolitain entre deux fleuves a tout intérêt à mutualiser ses atouts en matière de transport, de tourisme, de recherche… pour se répartir l’excellence.

Quelle est votre politique en matière d’habitat ?

Je ne suis pas favorable à la densité sauf le long des lignes du tramway. Le Mans a la chance d’avoir un immense espace urbain, identique à la superficie de Lyon, pour seulement 150 000 habitants. Nous disposons de centaines d’hectares de réserve foncière, 5 % du territoire ont été ouverts pour construire des maisons de ville sur des parcelles de 300 m 2 vendues entre 130 000 et 150 000 euros. C’est très attractif, notamment pour les Parisiens dont l’arrivée est très significative. 800 personnes/jour font le trajet pour aller travailler à Paris.

PHOTO - 595176.BR.jpg
PHOTO - 595176.BR.jpg
Les grands projets

Gare nord : Le Patio Rivoli (Bouygues Immobilier, 48 logements) en cours de construction ; Axes (Art Prom et Promocil, résidence hôtelière de 132 chambres et 5 634 m² de bureaux) en cours de construction ; un hôtel (Eiffage, 106 chambres), permis de construire en cours d’instruction.
ZAC en cours de commercialisation : université Ribay-Pavillon (1 800 logements et 35 ha d’activités) ; rue Nationale (220 logements) ; Cartoucherie (700 à 800 logements et 10 ha d’activités) ; Fouillet (500 à 600 logements et 4 ha d’activités) ; Cœur de vie (140 logements à La Chapelle-Saint-Aubin).
ZAC en cours d’étude de maîtrise d’œuvre : Bussonnière (1 000 logements) à Allonnes ; Halle de Brou (200 logements) à Yvré-l’Évêque.

Commentaires

« Je veux façonner une ville facile à vivre »

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX